• Campagnes

Kirghizistan. Des militants des droits humains en danger

, N° d'index: EUR 58/018/2010

Au Kirghizistan, des défenseurs des droits humains ont fait l'objet de menaces violentes parce qu'ils fournissent une aide juridique gratuite à des personnes accusées d'avoir pris part aux violents affrontements qui ont opposé des groupes appartenant aux ethnies kirghize et ouzbèke en juin 2010. Leur vie pourrait être en danger.

AU 220/10, EUR 58/018/2010 Kirghizistan 13 octobre 2010
ACTION URGENTE
KIRGHIZISTAN. DES MILITANTS DES DROITS HUMAINS
EN DANGER
Au Kirghizistan, des défenseurs des droits humains ont fait l'objet de menaces violentes parce
qu'ils fournissent une aide juridique gratuite à des personnes accusées d'avoir pris part aux
violents affrontements qui ont opposé des groupes appartenant aux ethnies kirghize et ouzbèke
en juin 2010. Leur vie pourrait être en danger.
Dans l'après-midi du 12 octobre, le personnel présent dans les locaux de Spravedlivost (Justice), une organisation
de défense des droits humains, a été harcelé par deux inconnus qui ont annoncé qu'ils reviendraient le lendemain.
L'organisation, dont le siège se trouve à Djalal-Abad, dans le sud du Kirghizistan, offre une assistance juridique et
judiciaire à la fois à des Ouzbeks et à des Kirghizes à la suite des violences qui ont éclaté en juin dans le sud du
pays et ont entraîné la mort de centaines de personnes.
Les deux hommes ont dit être des proches de personnes appartenant à l'ethnie kirghize et décédées pendant les
violences de juin. D'après les membres du personnel présents, ils les auraient interrogés sur le financement de
l'organisation et leur auraient demandé pourquoi ils « [employaient] des avocats pour des tueurs ». Les deux
hommes auraient également demandé les noms et coordonnées complètes des employés ainsi que des détails sur le
directeur de l'organisation.
Les deux hommes seraient des proches de certaines des 16 personnes tuées les 13 et 14 juin, lorsque des violences
ont éclaté près d'une usine de textile de la région de Suzak, dans le sud du pays. Quatorze hommes appartenant à
l'ethnie ouzbèke ont été inculpés dans le cadre de cette affaire. Leur procès a débuté le 30 septembre à Nooken,
une ville de la région de Djalal-Abad. Il a toutefois été reporté au 14 octobre : pendant l'audience, les familles des
victimes auraient frappé des proches des accusés ainsi que l'un des avocats engagés par Spravedlivost. Les deux
inconnus ont dit au personnel de Spravedlivost que, pendant le procès, les avocats engagés par l'organisation pour
défendre certains des accusés ouzbeks devaient rester tranquillement assis, ne pas poser de question et ne pas
soumettre de requête au juge chargé de l'affaire. Les membres du personnel présents ont déclaré que les hommes
les auraient menacés : ils auraient lancé « on va vous montrer » et prévenu qu'ils reviendraient.
DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS
CI-APRÈS (en russe, en kirghize, en anglais ou dans votre propre langue) :
exhortez les autorités à prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité des membres du personnel de
l'organisation Spravedlivost ;
engagez-les à veiller à ce que tous les avocats, défenseurs des droits humains et autres acteurs de la société
civile puissent mener leurs activités légitimes sans entrave et sans craindre d'être harcelés ;
demandez-leur instamment de prendre immédiatement des mesures afin que les procès liés aux violences de juin
se déroulent dans le calme et soient conduits de manière juste et transparente.
ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 27 NOVEMBRE 2010 À :
Ministre de l'Intérieur :
Zarylbek Rysaliev
Frunze Street, 469
Bishkek 720040, Kirghizistan
Fax : +996 312 62 38 53
Courriel : pressa429@gmail.com
Formule d'appel : Dear Minister, /
Monsieur le Ministre,
Procureur général :
Kubatbek Baibolov
72, Orozbekova Street
Bishkek 720040, Kirghizistan
Fax : +996 312 66 54 11
Formule d'appel : Dear General
Prosecutor, / Monsieur le Procureur
général,
Copies à :
Présidente du Kirghizistan :
Roza Otunbaeva
Dom Pravitelstva
Bishkek 720003, Kirghizistan
Fax : +996 312 62 50 12
Courriel : admin@kyrgyz-el.kg
Veuillez également adresser des copies de votre courrier aux représentants diplomatiques du Kirghizistan dans votre pays. Vérifiez auprès de votre
section s'il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.
13 octobre 2010
ACTION URGENTE
KIRGHIZISTAN. DES MILITANTS DES DROITS HUMAINS
EN DANGER
INFORMATIONS GÉNÉRALES
Amnesty International est préoccupée par le harcèlement et les obstacles auxquels sont confrontés les défenseurs des droits
humains, les avocats et les militants de la société civile dans le sud du Kirghizistan à la suite des violences de juin. Les
défenseurs des droits humains et les avocats qui travaillent sur des affaires dans lesquelles des Ouzbeks sont accusés d'avoir
organisé ces événements ont été agressés verbalement et physiquement. Lors de certains des procès engagés à la suite de ces
violences, il est arrivé que des personnes qui assistent aux audiences attaquent les avocats des accusés en présence d'agents de
police et de membres du tribunal, qui n'ont fait que peu d'efforts, voire aucun, pour stopper ces agressions.
Récemment, dans le cas du défenseur des droits humains Azimjan Askarov, des proches du policier qu'il était accusé d'avoir tué
ont menacé et agressé les avocats de la défense au tribunal : ils leur ont asséné des coups de bâton et ont lancé un verre dans
leur direction. Les membres du tribunal, y compris le juge, ne sont intervenus que sporadiquement pour faire cesser ces
violences et restaurer l'ordre. Les avocats de la défense n'auraient pas eu la possibilité d'interroger les témoins ni de déposer des
requêtes. Lorsqu'ils ont exprimé leur crainte de ne pas être en mesure de défendre leurs clients dans ces conditions, le juge
aurait menacé de leur retirer leur licence professionnelle. Les proches de la victime ont aussi attaqué des membres des familles
des accusés à l'extérieur du tribunal. Les policiers présents sur les lieux ne sont pas intervenus. L'audience d'appel d'Azimjan
Askarov doit avoir lieu le 25 octobre dans la région de Djalal-Abad.
Dans une autre affaire liée aux violences de juin, l'avocat Taïr Assanov a été agressé au tribunal après avoir demandé une
enquête sur les mauvais traitements que la police avait fait subir à son client et à neuf autres hommes au cours de leur procès à
Och, dans le sud du Kirghizistan. Le client de Taïr Assanov et neuf autres hommes doivent répondre d'accusations allant de
l'implication dans la mort du chef de la police du district de Kara-Suu et de son chauffeur à la participation à des émeutes.
Après qu'il eut demandé une enquête sur le passage à tabac dont les 10 hommes avaient été victimes, des proches du policier
tué présents dans la salle ont commencé à crier des insultes contre Taïr Assanov avant de l'attaquer. À la fin de l'audience, des
proches du policier tué ont suivi Taïr Assanov hors de la salle et l'ont attaqué. Ils l'ont frappé pendant une dizaine de minutes.
Des policiers étaient présents durant la scène mais ne sont pas intervenus.
Spravedlivost est une organisation indépendante de premier plan agissant pour la défense des droits humains et dont le siège se
trouve à Djalal-Abad. Depuis des années, les membres de Spravedlivost prennent en charge des affaires liées à la violence
policière, à la torture ou à d'autres mauvais traitements. Ils offrent une assistance juridique à tous ceux qui se présentent dans
leurs bureaux, quelles que soient leurs origines ethniques et leur situation. Spravedlivost a activement observé et rassemblé des
informations sur les violations des droits humains commises à Djalal-Abad pendant les violences de juin.
AU 220/10, EUR 58/018/2010, 13 octobre 2010

Dans quelle langue voulez-vous lire le rapport ?