Bélarus. Amnesty International exhorte les autorités à abolir la peine de mort, mettre fin au recours à la torture et à d'autres mauvais traitements pour obtenir des « aveux », et permettre aux ONG de mener librement leurs activités

Par ÉFAI, , N° d'index: EUR 49/008/2010

Pas moins de 14 États ont exprimé leurs préoccupations quant à la peine de mort lors de l'examen concernant le Bélarus [A/HRC/15/16, paragraphes 98.16 et 98.17 (Brésil, Lituanie, Italie, Espagne, Suisse, Autriche, Hongrie, Norvège, Irlande, Pays-Bas, République tchèque, Belgique, Finlande et France)]. Amnesty International se joint à eux pour exhorter le gouvernement de ce pays à décréter un moratoire immédiat sur les exécutions en vue d'abolir la peine capitale. Au cours d'un récent entretien avec l'organisation, le président du groupe de travail parlementaire du Bélarus sur la peine de mort a confirmé qu'un référendum n'était pas nécessaire pour déclarer un tel moratoire.

Dans quelle langue voulez-vous lire le rapport ?