• Campagnes

Bélarus. Un prisonnier condamné à mort pour l'homicide d'un codétenu

, N° d'index: EUR 49/007/2013

Le prisonnier Rygor Iouzeptchouk a été condamné à mort le 24 avril pour l'homicide d'un codétenu dans l'est du Bélarus. Il pourrait être exécuté dans les mois à venir.

AU 153/13, EUR 49/007/2013 larus 13 juin 2013
ACTION URGENTE
UN PRISONNIER CONDAMNÉ À MORT POUR L'HOMICIDE
D'UN CODÉTENU
Le prisonnier Rygor Iouzeptchouk a été condamné à mort le 24 avril pour l'homicide d'un
codétenu dans l'est du Bélarus. Il pourrait être exécuté dans les mois à venir.
Amnesty International a récemment appris que le tribunal régional de Moguilev avait condamné à mort Rygor
Iouzeptchouk pour l'homicide d'un codétenu à la prison n° 4 de Moguilev. Le complice supposé a été condamné,
quant à lui, à 16 ans de réclusion. Selon les médias, les trois prisonniers avaient misé leur vie sur une partie de
dominos et le perdant a été étranglé au moyen d'un foulard le 5 juillet 2012. Rygor Iouzeptchouk n'a pas nié avoir
tué son codétenu. Il purgeait une peine de 25 ans de réclusion pour homicide et avait déjà été condamné avant
cela. Le meurtre de son codétenu a été commis dans une prison gérée par le ministère de l'Intérieur, qui a
l'obligation de protéger les personnes en détention.
On constate actuellement une recrudescence des condamnations à mort au Bélarus. Dans un cas d'homicide,
perpétré dans la ville de Gomel (est du pays), le procureur a également requis la peine capitale, et la même peine a
été prononcée récemment à Hrodna.
Au Bélarus, la peine capitale est souvent prononcée à l'issue de procès iniques, qui s'appuient notamment sur des
« aveux » forcés. Elle est appliquée dans le plus grand secret et sans que les détenus eux-mêmes, leurs familles et
leurs avocats ne soient prévenus suffisamment à l'avance. Les autorités refusent de restituer les dépouilles des
personnes exécutées à leurs proches et même de révéler à ces derniers où elles sont enterrées. Elles ôtent la vie à
des prisonniers au mépris des appels contraires du Comité des droits de l'homme des Nations unies. Ce dernier et
d'autres instances ou organisations estiment que l'application de la peine capitale au Bélarus bafoue les droits
humains des condamnés et de leurs familles.
DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS
CI-APRÈS (en bélarussien, en russe ou dans votre propre langue) :
exhortez le président Loukachenko à commuer immédiatement la peine capitale prononcée à l'encontre de Rygor
Iouzeptchouk ;
priez-le instamment d'instituer sans délai un moratoire sur le recours à ce châtiment ;
appelez le procureur général à diligenter une enquête visant à déterminer comment Rygor Iouzeptchouk a pu tuer
son codétenu au sein d'une prison.
VEUILLEZ ENVOYER VOS APPELS AVANT LE 25 JUILLET 2013 À :
Président
Alyaksandr Lukashenka
ul. Karla Marxa 38
220016 Minsk
Bélarus
Fax : +375172260610/
+375172223872
Courriel : contact@president.gov.by
Formule d'appel : Dear President, /
Monsieur le Président,
Procureur général
Alyaksandr Koniuk
Internatsionalnaya str. 22
220050 Minsk
Bélarus
Fax : +375 17 226 42 52
Courriel : info@prokuratura.gov.by
Formule d'appel : Dear General
Prosecutor, / Monsieur le Procureur
général,
Copies à :
Ministre de l'Intérieur
Igor Shunevich
ul. Gorodskoi Val 4
220030 Minsk
Bélarus
Fax : +375 17 203 99 18
Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques du Bélarus dans votre pays (adresse(s) à compléter) :
Nom(s), adresse(s), numéro de fax, courriel, formule d'appel.
Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.
ACTION URGENTE
UN PRISONNIER CONDAMNÉ À MORT POUR L'HOMICIDE
D'UN CODÉTENU
COMPLÉMENT D'INFORMATION
Le Bélarus est le dernier pays d'Europe qui procède encore à des exécutions. En 2012, les autorités ont ôté la vie à
trois hommes. Rygor Iouzeptchouk est la première personne condamnée à mort au Bélarus depuis le cas très
médiatisé de Vladislav Kavaliou et de Dimitri Kanavalov, condamnés à mort en novembre 2011 et exécutés en mars
2012.
Rygor Iouzeptchouk est né dans la région de Jytomyr, en Ukraine. Vassily Iouzeptchouk, l'un de ses proches, a été
exécuté en mars 2010. Il avait été condamné à mort pour homicide en juin 2009, à l'issue d'une enquête et d'un
procès que ses avocats ont qualifiés de contraires aux normes internationales. Comme il est de coutume au Bélarus,
sa famille n'a pas été informée de sa date d'exécution ni autorisée à le voir une dernière fois. Par ailleurs, elle ignore
où se trouve sa dépouille.
Amnesty International est opposée à la peine de mort en toutes circonstances, sans exception, car elle viole le droit
à la vie inscrit dans la Déclaration universelle des droits de l'homme. Il s'agit du châtiment le plus cruel, inhumain
et dégradant qui soit.
Nom : Rygor Iouzeptchouk
Genre : homme
AU 153/13, EUR 49/007/2013, 13 juin 2013

Dans quelle langue voulez-vous lire le rapport ?