Sri Lanka. La situation des droits humains au Sri Lanka, juin 2012. Déclaration à l'occasion de la session de juin du Conseil des droits de l'homme

Par Amnesty International, , N° d'index: ASA 37/009/2012

Le Sri Lanka ne s'acquitte pas d'un grand nombre de ses obligations internationales relatives aux droits humains. L'impunité demeure la norme pour les auteurs de violations flagrantes, y compris de crimes de guerre présumés. Les droits humains continuent d'être gravement et systématiquement bafoués. Le conflit armé qui a déchiré le pays a pris fin en 2009, mais la pratique de la détention illégale, bien établie pendant le conflit, est toujours monnaie courante tandis que les arrestations et détentions arbitraires, la torture et d'autres mauvais traitements ainsi que les homicides en détention restent caractéristiques du maintien de l'ordre au Sri Lanka. Le nombre de cas de disparitions forcées signalés au cours des six derniers mois est alarmant ; les militants politiques qui critiquent l'État continuent d'être la cible de cette pratique. Les campagnes de dénigrement et d'intimidation visant les défenseurs des droits humains et les journalistes qui travaillent pour des journaux appartenant à l'État s'accompagnent d'attaques contre les personnes qui prônent l'obligation de rendre des comptes en matière de droits humains devant le Conseil des droits de l'homme.

Dans quelle langue voulez-vous lire le rapport ?