• Campagnes

Chine. Arrestation de la famille d'un défenseur des droits humains

, N° d'index: ASA 17/036/2011

Xinna et Uiles, respectivement la femme et le fils de Hada, un militant mongol des droits humains, ont été officiellement arrêtés. Hada est incarcéré dans une prison secrète et mène fréquemment des grèves de la faim pour protester contre son maintien en détention.

Action complémentaire sur l'AU 2/11, ASA 17/036/2011 Chine 20 juillet 2011
ACTION URGENTE
CHINE. ARRESTATION DE LA FAMILLE D'UN DÉFENSEUR DES
DROITS HUMAINS
Xinna et Uiles, respectivement la femme et le fils de Hada, un militant mongol des droits humains, ont
été officiellement arrêtés. Hada est incarcéré dans une prison secrète et mène fréquemment des grèves
de la faim pour protester contre son maintien en détention.
Le prisonnier d'opinion Hada devait être libé le 10 décembre 2010, à l'issue d'une peine de 15 ans d'emprisonnement. Pourtant,
les autorités l'ont maintenu en détention et ont arrêsa femme Xinna et leur fils Uiles peu avant cette date. Ils ont dans un premier
temps été détenus au secret ; on ignorait leur sort et certains membres de leur famille étaient surveillés par les autorités.
Naraa, la sœur de Xinna, a indiqué au Centre d'information sur les droits humains de Mongolie du Sud avoir vu Hada le 20 février ;
les autorités l'avaient convoquée ce jour-afin qu'elle persuade Hada d'arrêter sa grève de la faim. Selon elle, Hada était incar
dans une prison secrète de deux étages à proximité de l'aéroport international de Baita, à Hohhot (en chinois Huhehaote), la capitale
de la région autonome de Mongolie intérieure. Naraa aclaré au Centre d'information que la police avait fait pression sur elle afin
qu'elle écrive des lettres à Hada pour lui dire que ses proches ne le soutenaient plus et n'iraient plus lui rendre visite en prison.
D'après le Centre d'information, elle a refusé d'écrire de telles lettres et est tombée malade en raison des pressions exercées sur elle.
Naraa a pu voir les notifications de l'arrestation officielle de Xinna et Uiles dans la cellule de Hada lorsqu'elle lui a rendu visite.
Selon elle, Xinna et Uiles ont été officiellement arrês aux alentours du 17 janvier et ont été inculpés respectivement de
« commerce illégal » et de «tention de stufiants » en lien avec leurs activités à la Librairie universitaire mongole. Ils sont
incarcérésparément aux centres de détention 1 et n° 3 de Mongolie intérieure. Aucun membre de la famille n'a pu rendre visite
à Uiles en tention. Le frère de Xinna a été autorisé à la voir pendant environ une heure le 4 juillet. D'après lui, elle était
manifestement « très tendue ».
DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS
(en anglais, en chinois ou dans votre propre langue) :
demandez aux autorités de libérer Hada immédiatement et sans condition, en soulignant qu'il s'agit d'un prisonnier d'opinion,
qu'il est détenu depuis 1995 et qu'il a fini de purger sa peine le 10 décembre 2010 ;
appelez-les à libérer immédiatement et sans condition Xinna et Uiles, qui sont détenus en raison de leurs liens avec Hada et
des activités qu'ils continuent à mener à la Librairie universitaire mongole ;
priez-les instamment de veiller à ce que ces personnes ne soient ni torturées ni soumises à d'autres formes de mauvais
traitements, et à ce qu'elles puissent, pendant toute la durée de leur détention, entrer en contact avec des membres de leur
famille, consulter les avocats de leur choix et bénéficier de tous les soins médicaux dont elles auraient besoin.
VEUILLEZ ENVOYER VOS APPELS AVANT LE 22 AOÛT 2011 À :
Directeur du département de la Sécurité
publique de la région autonome de Mongolie
intérieure
Zhao Liping Tingzhang
Nei Menggu Zizhiqu Gong'anting
15 Haila'erdajie, Hohhot 010051
Nei Menggu Zizhiqu
République populaire de Chine
Fax : +86 471 6550102
Formule d'appel : Dear Director, / Monsieur,
Président du gouvernement populaire de la
région autonome de Mongolie intérieure
Bate'er Wulan Zhuxi
Nei Menggu Zizhiqu Renmin Zhengfu
1 Chilechuandajie, Hohhot 010098
Nei Menggu Zizhiqu
République populaire de Chine
Fax : +86 471 4621406
Courriel : nmg@nmg.gov.cn
Formule d'appel : Dear Chairman, /
Monsieur,
Copies à :
Ministre de la Justice de la République
populaire de Chine
Wu Aiying Buzhang
Sifabu, 10 Chaoyangmen Nandajie
Chaoyangqu, Beijingshi 100020
République populaire de Chine
Fax : +86 10 65292345
Courriel : pfmaster@legalinfo.gov.cn
Formule d'appel : Dear Minister, / Madame
la Ministre,
Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques de la Chine dans votre pays (adresse/s à compléter) :
Nom(s), adresse(s), n° de fax, courriel, formule d'appel
Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Ceci est la première mise à jour de l'AU 2/11.
Pour en savoir plus : http://www.amnesty.org/fr/library/info/ASA17/001/2011/fr
20 juillet 2011
ACTION URGENTE
CHINE. ARRESTATION DE LA FAMILLE D'UN DÉFENSEUR DES
DROITS HUMAINS
INFORMATIONS GÉNÉRALES
Selon Naraa, Hada a été extrait de la prison de Chifeng, où il purgeait une peine pour « séparatisme » et « espionnage », le
3 décembre, soit une semaine avant la date prévue pour sa libération. Le 10 décembre, il a été conduit à la prison secrète de
Hohhot, où il a rejoint Xinna et Uiles, arrêtés respectivement les 4 et 5 décembre. À peu près au même moment, la police a
effectué une descente dans la Librairie universitaire mongole, tenue par la famille, et a ordonné qu'elle soit fermée.
Hada, Xinna et Uiles ont entamé une grève de la faim vers le 24 décembre pour protester contre leur détention. Naraa a été
autorisée à leur rendre visite entre le 1
er
et 4 février, à l'occasion du nouvel an mongol. Elle a indiqué au Centre d'information sur
les droits humains de Mongolie du Sud qu'aux alentours de ces dates, les autorités avaient demandé aux trois détenus de
s'engager à refuser tout entretien avec les médias. De plus, Hada s'est vu inciter, en contrepartie d'une somme d'argent, à cesser
de clamer son innocence et à reconnaître avoir commis des actes illicites. Selon Naraa, tous trois sont maintenus en détention
car ils ont refusé de signer des documents en ce sens. Xinna et Uiles ont été extraits de la prison secrète le 6 février.
La femme et le fils de Hada ont été arrêtés plusieurs fois depuis le placement en détention de celui-ci en 1995. Les autorités ont
exercé des pressions à plusieurs reprises sur Uiles qui n'avait que 13 ans lorsqu'il a été arrêté et battu pour la première fois
afin qu'il coupe tout lien avec ses parents. En 2002, il a été condamné à deux ans d'emprisonnement pour un « vol avec
violence », qui aurait porté sur la somme de 92 yuans (environ 12 euros) et aurait été commis alors que Uiles avait 17 ans. Ses
trois « victimes » avaient écrit à l'accusation pour dire qu'il était innocent, mais il a tout de même été déclaré coupable. Pendant
son incarcération, il a été menotté et enchaîné 40 heures durant après une visite de sa mère au cours de laquelle ils s'étaient
brièvement parlé en mongol.
Xinna fait l'objet d'une surveillance permanente depuis qu'elle a été arrêtée pour la première fois, en 1995, pour avoir « incité à
manifester ». Les autorités ont ordonné à plusieurs reprises la fermeture de la librairie familiale pour « commerce illégal », ce qui
fait que Xinna a eu des difficultés à gagner sa vie. Elles ont menacé Xinna plusieurs fois de la placer en détention si elle
continuait à faire campagne pour la libération de Hada.
Compte tenu de la surveillance constante et des manœuvres de harcèlement incessantes que les autorités ont fait subir à Xinna
et à Uiles ces 15 dernières années, pendant le séjour en prison de Hada, et étant donné notamment les fermetures répétées de
leur librairie qui promeut activement la littérature et la culture mongoles , la date et les circonstances de leur arrestation, ainsi
que les pressions exercées sur d'autres membres de la famille, Amnesty International pense que les charges actuellement
retenues contre eux sont un prétexte pour les maintenir en détention en raison de leurs liens avec Hada, du refus de celui-ci
d'admettre avoir commis des actes illicites, ainsi que des activités culturelles qu'ils continuent exerçant ainsi leur droit à la
liberté d'expression à pratiquer.
Noms : Hada, Xinna et Uiles
Genres : Hada, homme ; Xinna, femme ; Uiles, homme.
Action complémentaire sur l'AU 2/11, ASA 17/036/2011, 20 juillet 2011

Dans quelle langue voulez-vous lire le rapport ?