• Campagnes

Chine. Un intellectuel tibétain risque d'être torturé en détention

, N° d'index: ASA 17/023/2010

L'intellectuel et écrivain tibétain Tagyal a été arrêté le 23 avril. Il est soupçonné d'«incitation au séparatisme». Cet homme est un prisonnier d'opinion et risque de subir des actes de torture ou d'autres mauvais traitements.

AU 120/10, ASA 17/023/2010 Chine 20 mai 2010
ACTION URGENTE
UN INTELLECTUEL TIBÉTAIN RISQUE D'ÊTRE TORTURÉ EN DÉTENTION
L'intellectuel et écrivain tibétain Tagyal a été arrêté le 23 avril. Il est soupçonné d'« incitation au
séparatisme ». Cet homme est un prisonnier d'opinion et risque de subir des actes de torture ou
d'autres mauvais traitements.
Tagyal, 47 ans, est un célèbre intellectuel tibétain dont le nom de plume est Shogdung (ou Zhogs Dung). Le
23 avril, des agents des forces de sécurité sont venus le chercher sur son lieu de travail, une maison d'édition de
Xining, la capitale de la province du Qinghai (Chine). Plus tard dans la journée, les agents se sont rendus à son
domicile et ont confisqué deux ordinateurs. Ils sont retournés chez lui vers 2 h 30 du matin et ont annoncé à sa
famille qu'il était soupçonné d'« incitation au séparatisme ».
Tagyal serait détenu au centre de détention n° 1 de Xining, également connu sous le nom « centre de détention
d'Ershilipu ». Malgré plusieurs tentatives, personne n'a pu lui rendre visite. Les Tibétains détenus par la police, en
particulier lorsqu'ils sont soupçonnés d'« incitation au séparatisme », sont fréquemment torturés ou victimes
d'autres mauvais traitements. Tagyal a une mauvaise vue et il souffre de troubles digestifs.
L'arrestation de Taygal a d'abord été annoncée par un blog qui a été bloqué depuis. Ce blog laissait entendre que
cette arrestation avait un rapport avec la publication d'une lettre ouverte rédigée le 17 avril et signée par sept autres
intellectuels et artistes tibétains. Il s'agit d'une lettre de condoléances adressée aux victimes d'un tremblement de
terre qui a touché la province du Qinghai le 14 avril. À la connaissance d'Amnesty International, aucun des autres
signataires n'a été arrêté. Tagyal a récemment publié un livre dont le titre pourrait se traduire par La Frontière entre
ciel et terre. Cet ouvrage, dans lequel il décrit le Tibet au lendemain des troubles de 2008 comme un « lieu de
terreur », pourrait également être à l'origine de son arrestation.
Le 12 avril, les autorités ont fermé la librairie tenue par sa famille, privant celle-ci de tout revenu.
DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS
CI-APRÈS (en mandarin, en tibétain, en anglais ou dans votre propre langue) :
incitez les autorités à libérer Tagyal immédiatement et sans condition, car il s'agit d'un prisonnier d'opinion qui
n'a fait qu'exercer pacifiquement son droit à la liberté d'expression ;
priez-les instamment de garantir que cet homme ne sera ni torturé, ni soumis à une quelconque autre forme de
mauvais traitements en détention ;
exhortez-les à veiller à ce que Tagyal puisse consulter l'avocat de son choix, entrer en contact avec ses proches et
recevoir tous les soins médicaux dont il pourrait avoir besoin.
ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 1 JUILLET 2010 À :
Directeur du département de la
Sécurité publique de la province du
Qinghai :
He Zaigui Tingzhang
Qinghaisheng Gong'anting
1001 Fang, 10 Ceng
Gong'antingdalou
Xiningshi 810000
Qinghaisheng
République populaire de Chine
Formule d'appel : Dear Director, /
Directeur,
Responsable de la justice dans la
province du Qinghai
Wu Faxiang Tingzhang
Qinghaisheng Sifating
11 Nanshanlu
Chengzhong district
Xiningshi 810000
Qinghaisheng
République populaire de Chine
Formule d'appel : Dear Director, /
Directeur,
Copies
Directeur du centre de détention
1 :
Xiningshi Diyi Kanshousuo
73 Ningzhanglu,
Ershilipu Paichusuo
Xiningshi Gonganju
Chengbei Fenju
810003 Qinghaisheng
République populaire de Chine
Formule d'appel : Dear Director, /
Directeur,
Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques de la Chine dans votre pays. Vérifiez auprès de votre section s'il faut
encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.
20 mai 2010
ACTION URGENTE
UN INTELLECTUEL TIBÉTAIN RISQUE D'ÊTRE TORTURÉ EN DÉTENTION
INFORMATIONS GÉNÉRALES
Le 14 avril, un séisme a frappé la préfecture autonome tibétaine de Yushu, dans le sud de la province du Qinghai. D'après les
journaux, plus de 2 000 personnes ont trouvé la mort, plus de 170 sont portées disparues et 12 135 ont été blessées, dont
1 434 gravement. Plus de 100 000 personnes ont perdu leur foyer ; un grand nombre d'entre elles vivent actuellement dans des
abris temporaires et doivent faire face à des conditions climatiques difficiles.
Une aide humanitaire nationale et internationale a afflué dans la région après le tremblement de terre. Les civils et les moines
tibétains ont joué un rôle essentiel dans les opérations de secours car, contrairement aux équipes de secours venant d'autres
régions de Chine, ils sont habitués à l'altitude élevée du plateau tibétain. Les moines tibétains ont commencé à arriver à Yushu
peu de temps après le séisme, mais le gouvernent les a récemment invités à rentrer dans leurs monastères. Le dalaï-lama a
demandé à se rendre dans la province du Qinghai pour rendre hommage aux victimes de la région et réconforter les familles, mais
sa requête a été ignorée. Le gouvernement a toutefois autorisé Gyaincain Norbu, que Pékin a désigné comme le 11
ème
panchen-
lama, à y aller.
Trois jours après le séisme, Tagyal a tenté de se rendre dans le canton de Yushu pour apporter son aide mais il n'a pas pu obtenir
l'autorisation nécessaire. Le 17 avril, il a cosigné, avec un groupe d'intellectuels tibétains connus, une lettre ouverte adressée aux
victimes de la catastrophe dans laquelle les signataires exprimaient leurs condoléances et reprochaient au gouvernement chinois
la manière dont il gère les opérations de secours.
Yushu est située sur le plateau tibétain et sa population est à 97 % tibétaine. Des troubles ethniques considérables ont éclaté
dans la région ces dernières années.
AU 120/10, ASA 17/023/2010, 20 mai 2010

Dans quelle langue voulez-vous lire le rapport ?