• Campagnes

Chine. Un pratiquant du Fa Lun Gong porté disparu. Jiang Feng

, N° d'index: ASA 17/021/2010

Jiang Feng, un pratiquant du Fa Lun Gong, a disparu à Shanghai le 18 février. On pense qu'il est détenu par les autorités chinoises. Il risque de subir des actes de torture et d'autres formes de mauvais traitements.

AU 111/10, ASA 17/021/2010 Chine 10 mai 2010
ACTION URGENTE
CHINE. UN PRATIQUANT DU FA LUN GONG POR DISPARU
Jiang Feng, un pratiquant du Fa Lun Gong, a disparu à Shanghai le 18 février. On pense qu'il est
détenu par les autorités chinoises. Il risque de subir des actes de torture et d'autres formes de
mauvais traitements.
Le 18 février, Jiang Feng a disparu à l'aéroport international de Shangai-Pudong. Il a procédé à l'enregistrement de
ses bagages mais n'est jamais monté à bord de l'avion qui devait l'emmener à New York. D'après le personnel de la
compagnie aérienne, il aurait été emmené par des membres du service de sécurité après avoir passé les contrôles.
Les autorités n'ont pas informé la famille de Jiang Feng de l'endroit où il est détenu et tous les efforts de ses
proches pour obtenir des informations auprès de la police de Shangai se sont révélés vains. Des amis de cet homme
qui vivent en Chine pensent qu'il a peut-être été ramené à Hefei, la ville de la province d'Anhui où il habite, à des
centaines de kilomètres de Shangai.
Jiang Feng avait déjà été incarcéré pendant trois ans, de 1999 à 2002, pour la pratique spirituelle du Fa Lun Gong.
Lors de sa disparition, il partait rejoindre sa femme, Mei Xuan, musicienne au sein de la compagnie Shen Yun
Performing Arts, basée à New York. Mei Xuan a passé quatre ans en prison en Chine pour avoir pratiqué le Fa Lun
Gong. Libérée en 2006, elle s'est enfuie aux États-Unis. Jiang Feng pourrait avoir été arrêté dans le but de faire
pression sur elle afin qu'elle se désengage de la compagnie Shen Yun Performing Arts, qui inclut une représentation
artistique de la persécution des pratiquants du Fa Lun Gong dans certains de ses spectacles.
DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS
CI-APRÈS (en chinois, en anglais ou dans votre propre langue) :
exhortez les autorités à révéler où se trouve Jiang Feng ;
priez-les instamment de le libérer immédiatement ou de l'inculper d'une infraction dûment reconnue par le droit
international ;
demandez-leur de garantir que cet homme ne sera ni torturé, ni soumis à une quelconque autre forme de
mauvais traitements en détention.
ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 21 JUIN 2010 À :
Directeur du département de la
Sécurité publique de la province
d'Anhui :
XU Liquan Tingzhang
Anhuisheng Gong'anting
282 Anqinglu
Hefeishi 230061
Anhuisheng
République populaire de Chine
Fax : +86 551 2801208
Formule d'appel : Dear Director, /
Monsieur le directeur,
Directeur du bureau de la Sécurité
publique de la ville d'Hefei :
Shouqunlu 290
Hefeishi 230041
Anhuisheng
République populaire de Chine
Formule d'appel : Dear Director, /
Monsieur le directeur,
Copies :
Ministre de la Sécurité publique de la
République populaire de Chine
MENG Jianzhu Buzhang
Gong'anbu
14 Dongchang'anjie
Dongchengqu
Beijingshi 100741
République populaire de Chine
Formule d'appel : Dear Minister, /
Monsieur le Ministre,
Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques de la Chine dans votre pays. Vérifiez auprès de votre section s'il faut
encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.
10 mai 2010
ACTION URGENTE
CHINE. UN PRATIQUANT DU FA LUN GONG POR DISPARU
INFORMATIONS GÉNÉRALES
Le Fa Lun Gong est un mouvement spirituel que de nombreuses personnes ont rejoint en Chine dans les
années 1990. À la suite d'un sit-in (manifestation assise) organisé sur la place Tiananmen en juillet 1999, les
autorités ont interdit ce mouvement et lancé une longue campagne d'intimidation et de persécution dirigée par une
organisation spéciale appelée « Bureau 610 ». Des dizaines de milliers de pratiquants du Fa Lun Gong ont été
arbitrairement arrêtés Chine depuis que ce mouvement spirituel a été interdit au motif qu'il représentait une
« menace pour la stabilité sociale et politique ». Certains ont été placés dans des hôpitaux psychiatriques ou des
centres de « rééducation par le travail » - une forme de détention administrative appliquée sans inculpation, ni
jugement, ni contrôle d'une autorité judiciaire ou condamnés à de longues peines de réclusion. La torture et les
autres formes de mauvais traitements sont fréquentes, quel que soit le type de détention, bien que la Chine ait
ratifié la Convention des Nations unies contre la torture en 1988. Par ailleurs, des informations émanant du Fa Lun
Gong font état de décès en détention, souvent à la suite d'actes de torture, dans diverses structures gérées par l'État
telles que les prisons, les camps de « rééducation par le travail » et les centres de détention de la police.
AU 111/10, ASA 17/021/2010, 10 mai 2010

Dans quelle langue voulez-vous lire le rapport ?