• Campagnes

États-Unis. Informations complémentaires: L'Oklahoma procède à une exécution plusieurs fois reportée. Jeffrey Matthews

, N° d'index: AMR 51/003/2011

Jeffrey Matthews a été exécuté dans l'Oklahoma le 11 janvier au soir. Il avait été condamné à mort en 1994 pour le meurtre de son grand-père, Earl Short, qui était âgé de 77 ans.

Informations complémentaires sur l'AU 140/10, AMR 51/003/2011 12 janvier 2011
ACTION URGENTE
L'OKLAHOMA PROCÈDE À UNE EXÉCUTION PLUSIEURS
FOIS REPORTÉE
Jeffrey Matthews a été exécuté dans l'Oklahoma le 11 janvier au soir. Il avait été condamné à
mort en 1994 pour le meurtre de son grand-père, Earl Short, qui était âgé de 77 ans.
L'exécution de Jeffrey Matthews, initialement prévue pour le 17 juin 2010, avait été reportée à plusieurs reprises,
d'abord par le gouverneur de l'Oklahoma puis par une cour fédérale. Le 26 mai 2010, le Comité des grâces et des
libérations conditionnelles de l'État avait refusé à trois voix contre deux de lui octroyer la grâce. Le 16 juin 2010, le
gouverneur Brad Henry avait accordé à Jeffrey Matthews un sursis jusqu'au 20 juillet. Cinq jours avant cette
échéance, il avait prolongé cette mesure jusqu'au 17 août. Au début du mois d'août, le directeur du Comité des
grâces et des libérations conditionnelles avait annoncé que le Comité ne procèderait pas à une seconde audience
pour réévaluer sa décision.
Quelques heures avant le moment prévu pour l'exécution, le juge fédéral de district Stephen Friot avait prononcé un
sursis après que les avocats de Jeffrey Matthews eurent introduit une requête d'urgence portant sur la procédure
d'injection létale qui devait être utilisée pour son exécution. Ces derniers avaient appris que l'administration
pénitentiaire n'avait pas pu se procurer le thiopental de sodium, anesthésique utilisé dans la méthode d'exécution
par l'injection de trois substances employée par l'Oklahoma. Ils avaient été informés que les autorités avaient
l'intention de le remplacer par un autre médicament, le Brevital, également appelé méthohexital, pour l'exécution de
Jeffrey Matthews.
Le 19 novembre, le juge Friot a rejeté le recours contre la méthode d'injection létale déposé par Jeffrey Matthews et
John Duty, un autre homme détenu en Oklahoma dont l'exécution était imminente. John Duty a été exécuté le
16 décembre. L'État a eu recours à une autre substance, le pentobarbital, comme anesthésique pour la méthode
d'exécution par injection de trois substances. On pense qu'il s'agissait de la première utilisation du pentobarbital
pour une exécution aux États-Unis. Cette substance est communément utilisée pour euthanasier des animaux.
Jeffrey Matthews est le troisième condamné à avoir été exécuté de cette manière. Le deuxième était Billy Alverson,
le 6 janvier 2011.
Aucune preuve matérielle cheveux, fibres, sang, ADN, empreintes digitales ou résidus de poudre ne reliait Jeffrey
Matthews au crime pour lequel il a été condamné en 1995. En 2007, l'un des policiers chargés de l'enquête a signé
une déclaration sous serment indiquant qu'il estimait « qu'il exist[ait] une probabilité raisonnable que [Jeffrey]
Matthews soit innocent ».
Sur les 1 236 exécutions auxquelles ont procédé les États-Unis depuis que la peine de mort a été rétablie en 1977,
96 ont eu lieu en Oklahoma. Deux personnes ont été exécutées aux États-Unis cette année, toutes deux dans
l'Oklahoma.
Aucune action complémentaire n'est requise de la part des membres du Réseau Actions urgentes. Un grand merci à tous ceux
qui ont envoyé des appels.
Ceci est la troisième mise à jour de l'AU 140/10. Pour plus d'informations : http://www.amnesty.org/fr/library/info/AMR51/054/2010/fr
Informations complémentaires sur l'AU 140/10, AMR 51/003/2011, 12 janvier 2011

Dans quelle langue voulez-vous lire le rapport ?