• Campagnes

Pérou. Deux personnes ont été abattues par la police, d'autres sont en danger

, N° d'index: AMR 46/019/2009

Le 2 décembre, la police a abattu deux hommes dans leur village du nord-ouest du Pérou, alors qu'elle était à la recherche d'un autre homme. D'autres habitants de la région risquent d'être tués dans des opérations similaires, à moins que le gouvernement n'ordonne à la police de revoir les modalités du recours à la force meurtrière.

AU 343/09, AMR 46/019/2009 Pérou 23 décembre 2009
ACTION URGENTE
DEUX PERSONNES ONT ÉTÉ ABATTUES PAR LA POLICE, D'AUTRES
SONT EN DANGER
Le 2 décembre, la police a abattu deux hommes dans leur village du nord-ouest du Pérou, alors qu'elle
était à la recherche d'un autre homme. D'autres habitants de la région risquent d'être tués dans des
opérations similaires, à moins que le gouvernement n'ordonne à la police de revoir les modalités du
recours à la force meurtrière.
Selon une organisation non gouvernementale (ONG) locale, deux hommes ont été abattus dans le dos et huit autres villageois ont
été blessés par balle. Ces personnes sont actuellement hospitalisées et l'une d'elles devra peut-être subir l'amputation d'une
jambe.
Quelque 30 policiers sont arrivés en milieu d'après-midi au village de Cajas-Canchaque afin d'arrêter l'un des sept hommes
recherchés pour être interrogés au sujet d'un incendie volontaire qui a coûté la vie à trois employés d'une entreprise minière le
1
er
novembre et détruit le campement de Rio Blanco Copper à Henry's Hill, près du village.
Des policiers avaient tenté d'arrêter cet homme le matin même mais n'avaient pas pu entrer car ils n'avaient pas été en mesure
de présenter un mandat. Au cours de la matinée, ils ont arrêté deux autres hommes dans des villages voisins pour la même raison
mais n'ont pas indiqué non plus s'ils disposaient d'un mandat. Selon une ONG locale, des villageois se sont opposés aux policiers
et leur ont dit qu'ils ne pouvaient pas entrer. Les policiers ont tenté de forcer le passage en bousculant des villageois, notamment
une femme de soixante-dix ans. Lorsque celle-ci a riposté, un policier a tiré sur elle, la blessant grièvement. Les policiers ont
continué à tirer, tuant deux villageois et en blessant huit autres.
Les deux hommes arrêtés le 2 décembre au matin ont été libérés deux jours plus tard après qu'un juge a estimé qu'il n'était pas
nécessaire de les maintenir en détention.
DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS
(en espagnol ou dans votre propre langue) :
faites part de l'inquiétude que vous inspirent le recours excessif à la force par des policiers, à la suite de quoi des civils sans
armes ont été tués et blessés dans le village de Cajas-Canchaque le 2 décembre, et le fait que les habitants des villages de la
communauté de Segunda y Cajas risquent d'être à nouveau soumis à de telles pratiques ;
rappelez aux autorités que l'article 3 du Code de conduite pour les responsables de l'application des lois dispose que ceux-ci
doivent utiliser la force « seulement lorsque cela est strictement nécessaire et dans la mesure exigée par l'accomplissement de
leurs fonctions » et que le principe 9 des Principes de base sur le recours à la force et l'utilisation des armes à feu par les
responsables de l'application des lois stipule que ceux-ci « ne recourront intentionnellement à l'usage meurtrier d'armes à feu
que si cela est absolument inévitable pour protéger des vies humaines ».
demandez instamment aux autorités d'ordonner l'ouverture d'une enquête impartiale et exhaustive sur les événements du
2 décembre et de traduire en justice les responsables présumés.
VEUILLEZ ENVOYER VOS APPELS AVANT LE 4 FEVRIER 2010 :
Procureure générale :
Dra. Gladys Margot Echaiz Ramos
Fiscal de la Nación/
Ministerio Público
Av. Abancay cdra. 5 s/n
Lima 1
Pérou
Fax : + 511 625 5555 poste 6304
Formule d'appel : Sra. Fiscal, / Madame la
Procureure générale,
Ministre de l'Intérieur :
Tnte. Gral. PNP Octavio Salazar Miranda
Ministerio del Interior
Plaza 30 de Agosto s/n
Urb. Córpac
San Isidro / Lima 27
Pérou
Fax : +511 4758820
Courriers électroniques :
ministro@mininter.gob.pe
Formule d'appel : Sr. Ministro, / Monsieur le
Ministre,
Copies à :
ONG :
Fundación Ecuménica para el Desarollo y la
Paz
Trinidad Morán 286 - Lince
Lima, Pérou
Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques du Pérou dans votre pays. Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore
intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.
23 décembre 2009
ACTION URGENTE
DEUX PERSONNES ONT ÉTÉ ABATTUES PAR LA POLICE, D'AUTRES
SONT EN DANGER
INFORMATIONS GÉNÉRALES
Les deux hommes abattus le 2 décembre à Cajas-Canchaque s'appelaient Cástulo Correa Huayama et Vicente Romero Ramírez.
Ce village appartient à la communauté de Segunda y Cajas, installée dans le district d'El Carmen de la Frontera (province de
Huancabamba, région de Piura).
Les forces de sécurité péruviennes bafouent depuis très longtemps les Principes de base sur le recours à la force et l'utilisation
des armes à feu par les responsables de l'application des lois, dont le principe 5 dispose que lorsque le recours à de tels moyens
est inévitable ces responsables « doivent en user avec modération et leur action doit être proportionnelle à la gravité de
l'infraction et à l'objectif légitime à atteindre » et « ne causer que le minimum de dommages et d'atteintes à l'intégrité
physique ». Le 5 juin 2009, dans la région amazonienne, les forces de sécurité ont eu recours à une force excessive pour faire
tomber un barrage routier tenu depuis cinquante jours par des personnes appartenant à des peuples indigènes qui protestent
contre des décrets-lois qui, selon elles, violent leur droit à la terre et leur droit de disposer de moyens de subsistance. Le 5 juin,
33 personnes sont mortes, parmi lesquelles 23 policiers, et au moins 200 personnes appartenant à des peuples indigènes et
d'autres habitants des environs de Bagua et Bagua Grande, dans les provinces de Bagua et d'Utcubamba, ont été grièvement
blessés.
AU 343/09, AMR 46/019/2009, 23 décembre 2009

Dans quelle langue voulez-vous lire le rapport ?