• Campagnes

Mexique. Des défenseurs des droits humains de plus en plus menacés

, N° d'index: AMR 41/082/2011

Norma Esther Andrade a été renvoyée de l'hôpital le 6 décembre, bien qu'elle ne se fût pas remise de ses blessures, car le personnel soignant qui s'occupait d'elle recevait des menaces. Une banderole sur laquelle une menace de mort était écrite a également été accrochée près de l'école primaire où cette femme travaille. Sa sécurité, ainsi que celle de sa famille et de ses collègues, suscite de vives inquiétudes.

Action complémentaire sur l'AU 349/11, AMR 41/082/2011 - Mexique 9 décembre 2011
ACTION URGENTE
MEXIQUE. DES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS DE
PLUS EN PLUS MENACÉS
Norma Esther Andrade a été renvoyée de l'hôpital le 6 décembre, bien qu'elle ne se fût pas remise de ses
blessures, car le personnel soignant qui s'occupait d'elle recevait des menaces. Une banderole sur
laquelle une menace de mort était écrite a également été accrochée près de l'école primaire cette
femme travaille. Sa sécurité, ainsi que celle de sa famille et de ses collègues, suscite de vives
inquiétudes.
Le 6 décembre, la défenseure des droits humains Norma Esther Andrade a été renvoyée de l'hôpital, quatre jours
après avoir été grièvement blessée par un inconnu qui lui a tiré dessus à plusieurs reprises dans la rue. Elle ne
s'était pas complètement remise au moment de sortir de l'établissement. La fille de Norma Esther Andrade, Malú
García Andrade, a plus tard appris que les membres du personnel soignant avaient reçu par téléphone des menaces
adressées par des inconnus qui leur ont dit que s'ils ne renvoyaient pas « cette sale sorcière de Norma », ils seraient
agressés.
Le 7 décembre, plusieurs témoins ont vu une grande banderole sur laquelle était inscrite une menace de mort visant
Norma Esther Andrade et sa fille, accrochée près de l'école primaire la première travaille comme enseignante, à
Ciudad Juarez. Le message indiquait notamment que les coups de feu du 2 décembre étaient un avertissement. On
ignore ce qui était exactement écrit étant donné que des policiers municipaux ont retiré la banderole peu après et
ont ensuite affirmé qu'ils ne savaient plus elle était. Des témoins assurent que d'autres noms étaient marqués.
Au Mexique, la criminalité organisée a souvent recours à des banderoles déployées en public qui expriment des
menaces et d'autres messages.
Norma Esther Andrade est la co-fondatrice de l'organisation Puissent nos filles rentrer à la maison (NHRC). Sa fille
et elle, ainsi que d'autres membres de l'organisation, ont reçu plusieurs menaces depuis juin 2002. Le
30 septembre 2011, Malú García Andrade, directrice du NHRC, a porté plainte auprès des autorités fédérales après
avoir été menacée par téléphone. Quelques jours plus tard, elle a reçu un nouveau message indiquant qu'elle avait
12 heures pour quitter la ville avec ses proches ou ils seraient tués. Depuis 2008, quatre membres du NHRC font
l'objet d'ordonnances de protection émises par la Commission interaméricaine des droits de l'homme qui exige que
les autorités mexicaines assurent la protection de ces personnes.
DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS
CI-APRÈS, en espagnol ou dans votre propre langue :
appelez les autorités à assurer la curité de Norma Esther Andrade, de sa famille et d'autres membres du
NHRC, comme elles s'y sont engagées, et à fournir des soins médicaux à Norma Esther Andrade ;
demandez instamment qu'une enquête minutieuse et impartiale soit menée sans délai, et avec la pleine
coopération de la police municipale, sur l'agression de cette femme et toutes les menaces qui lui ont été adressées,
ainsi qu'à ses proches, et engagez les autorités à traduire les responsables présumés en justice ;
priez-les de mettre en place un mécanisme destiné à assurer la protection de tous les défenseurs des droits
humains au Mexique.
9 décembre 2011
ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 20 JANVIER 2012 À :
Ministre de l'Intérieur
Alejandro Poiré Romero
Secretaría de Gobernación
Bucareli 99, 1er. piso, Col. Juárez
Delegación Cuauhtémoc
México D.F., C.P.06600, Mexique
Fax : +52 55 5093 3414
Courriel : secretario@segob.gob.mx
Formule d'appel : Estimado Señor
Secretario, / Monsieur le Ministre,
Gouverneur de l'État de Chihuahua
César Duarte Jáquez
Gobernador del Estado de Chihuahua
Palacio de Gobierno, 1er piso, C.
Aldama #901, Col. Centro,
Chihuahua, Estado de Chihuahua,
C.P. 31000,
Mexique
Fax : +52 614 429 3300 puis
composez l'extension 11066
Courriel :
despachodelejecutivo@hotmail.com
Formule d'appel : Estimado Señor
Gobernador, / Monsieur le
Gouverneur,
Copies à :
Commission nationale des droits
humains
Comisión Nacional de los Derechos
Humanos de México
Courriel : correo@cndh.org.mx
et
Puissent nos filles rentrer à la
maison (NHRC)
(organisation de Norma Esther
Andrade)
Courriel : karla_micheel@yahoo.com
Veuillez également envoyer des copies aux représentants diplomatiques du Mexique dans votre pays (adresse/s à compléter) :
Nom(s), adresse(s), n° de fax, courriel, formule de politesse
Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Ceci est la première mise à jour de
l'AU 349/11. Pour plus d'informations : http://www.amnesty.org/fr/library/info/AMR41/080/2011/fr.
9 décembre 2011
ACTION URGENTE
MEXIQUE. DES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS DE
PLUS EN PLUS MENACÉS
INFORMATIONS GÉNÉRALES
L'organisation Puissent nos filles rentrer à la maison (NHRC) a été créée en 2001 à la suite d'une vague d'enlèvements et de
meurtres de femmes à Ciudad Juarez, que les autorités n'ont pas pu empêcher et qui n'ont fait l'objet d'aucune enquête
appropriée. Parmi les victimes figure Lilia Alejandra Garía Andrade, une des filles de Norma Esther Andrade et la soeur de Ma
García Andrade. Le NHRC milite pour que justice soit rendue aux victimes, et à leurs proches, des violences récurrentes faites
aux femmes à Ciudad Juarez et à Chihuahua ; l'organisation met également l'accent sur l'incapacité des autorités d'enquêter de
manière efficace sur ces crimes ou d'amener les responsables présumés à rendre des comptes.
Noms : Norma Esther Andrade, Malú García Andrade
Genre h/f : f
Action complémentaire sur l'AU 349/11, AMR 41/082/2011, 9 décembre 2011

Dans quelle langue voulez-vous lire le rapport ?