• Campagnes

Mexique. Une habitante d'un terrain faisant l'objet d'un litige blessée par balle

, N° d'index: AMR 41/065/2009

Le 4 décembre, une femme vivant à Lomas del Poleo, un village de l'État de Chihuahua (nord du Mexique), a été blessée par balle. Les résidents de Lomas del Poleo, notamment ceux représentant les habitants dans un litige foncier avec des propriétaires terriens, risquent de subir d'autres actes d'intimidation ou agressions.

Action complémentaire sur l'AU 15/09, AMR 41/065/2009 Mexique 10 décembre 2009
ACTION URGENTE
UNE HABITANTE D'UN TERRAIN FAISANT L'OBJET D'UN LITIGE BLESSÉE PAR BALLE
Le 4 décembre, une femme vivant à Lomas del Poleo, un village de l'État de Chihuahua (nord du
Mexique), a été blessée par balle. Les résidents de Lomas del Poleo, notamment ceux représentant les
habitants dans un litige foncier avec des propriétaires terriens, risquent de subir d'autres actes
d'intimidation ou agressions.
Le 4 décembre, deux hommes armés et encagoulés se sont présentés au domicile d'Adelaida Plasencia Sierra à Lomas del Poleo.
Lorsqu'elle a ouvert la porte, ils lui ont d'abord dit qu'ils voulaient lui vendre un téléphone portable. Quand Adelaida Plasencia a
refusé d'acheter le téléphone, ils lui ont suggéré d'en parler avec son mari, Vicente. Ne reconnaissant pas ces hommes, elle a été
surprise qu'ils connaissent le nom de son mari. Ils l'ont alors attrapée par le bras et ont tenté de l'obliger à monter dans une
voiture. Elle leur a échappé et a couru en direction de sa maison, mais les deux hommes ont tiré sur elle. Une balle lui a fracturé
trois côtes. Ses agresseurs ont ensuite tiré en l'air neuf balles supplémentaires avant de partir au volant de la voiture. Adelaida
Plasencia est actuellement en convalescence à l'hôpital.
Depuis 2004, le village de Lomas del Poleo est encerclé par une clôture en fil de fer barbelé et des agents de sécurité privés,
engagés par des propriétaires terriens qui revendiquent ce terrain comme le leur, patrouillent à l'entrée. Ses habitants sont la
cible d'actes de harcèlement et d'agressions depuis 2003. D'après leurs dires, en 2005, 40 habitations ont été incendiées et une
personne a été battue à mort par les agents de sécurité. Aujourd'hui, très peu de familles vivent encore dans ce village. Selon
elles, bien que le procureur local ait été informé des faits, aucune enquête sérieuse n'a été menée.
Adelaida Plasencia a apporté des éléments de preuve devant un tribunal agraire chargé d'étudier le litige foncier qui oppose les
habitants de Lomas del Poleo à une famille locale de propriétaires terriens. Cette dernière attaque semble faire partie d'une
tentative visant à intimider les personnes qui prennent part aux audiences du tribunal. Adelaida Plasencia avait remarqué une
voiture blanche sans plaque d'immatriculation garée devant chez elle tous les jours pendant les deux semaines qui ont précé
son agression. Elle pense qu'il s'agissait, là aussi, d'une tentative d'intimidation à son égard. Amnesty International ignore s'il y a
eu d'autres actes d'intimidation à l'égard des autres habitants de Lomas del Poleo précédemment menacés : Agustina Contreras,
Carmen Quiñones Ortíz, Alfredo Piñon Valenzuela et Martin Gabino.
DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS
(en espagnol ou dans votre propre langue) :
exhortez les autorités à veiller à ce qu'Adelaida Plasencia Sierra et les autres habitants de Lomas del Poleo qui ont été
agressés par des agents de sécurité travaillant pour des propriétaires terriens locaux bénéficient d'une protection adaptée, dans le
respect de leurs souhaits ;
priez-les instamment de diligenter une enquête indépendante et impartiale sur les attaques qu'ils ont subies et de déférer les
responsables présumés à la justice ;
engagez-les à empêcher toute tentative illégale dont le but serait de chasser les habitants de Lomas del Poleo de leurs terres
et à redoubler d'efforts afin de régler rapidement ce litige foncier de manière équitable et satisfaisante devant le tribunal agraire
compétent.
ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 21 JANVIER 2010 À :
Gouverneur de l'État de Chihuahua :
Lic. José Reyes Baeza Terrazas
Gobernador del Estado de Chihuahua,
Palacio de Gobierno, 1er piso, C.
Aldama #901, Col. Centro,
Chihuahua, Estado de Chihuahua, C.P.
31000, Mexique
Fax : +52 614 429 3300 (puis
composez l'extension 11066)
Formule d'appel : Señor Gobernador, /
Monsieur le Gouverneur,
Procureure générale de l'État de
Chihuahua :
Patricia González Rodríguez
Procuradora del Estado de Chihuahua
Procuraduría General de Justicia del
Estado
Vicente Guerrero 616, Col. Centro
Chihuahua 31000, Mexique
Fax : +52 614 415 0314
Formule d'appel : Señora Procuradora, /
Madame la Procureure générale,
Maire de Ciudad Juárez :
Lic. José Reyes Ferriz
Presidente Municipal de Ciudad Juárez
Unidad Administrativa Benito Juárez.
Primer piso, ala norte.
Av. Francisco Villa # 950 Norte, Cd.
Juárez, Chihuahua, Mexique
Fax : +52 656 615 0690
Formule d'appel : Señor Presidente
Municipal, / Monsieur le Maire,
Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques du Mexique dans votre pays. Vérifiez auprès de votre section s'il faut
encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Ceci est la deuxième mise à jour de l'AU 15/09 (AMR 41/004/2009). Pour plus
d'informations : http://www.amnesty.org/fr/library/info/AMR41/004/2009/fr et http://www.amnesty.org/fr/library/info/AMR41/048/2009/fr.
10 décembre 2009
ACTION URGENTE
UNE HABITANTE D'UN TERRAIN FAISANT L'OBJET D'UN LITIGE BLESSÉE PAR BALLE
INFORMATIONS GÉNÉRALES
Le terrain de Lomas del Poleo a pris de la valeur au cours des dernières années en raison de sa situation, entre Ciudad Juárez et
une zone où un groupe d'hommes d'affaires compte développer un nouveau centre urbain et industriel.
Un tribunal agraire a procédé à de nombreuses audiences. Les habitants de Lomas del Poleo et une famille de propriétaires
terriens locaux y participent, mais l'affaire progresse très lentement.
Action complémentaire sur l'AU 15/09, AMR 41/065/2009, 10 décembre 2009

Dans quelle langue voulez-vous lire le rapport ?