• Campagnes

Mexique. Des migrants en danger au Mexique

, N° d'index: AMR 41/060/2010

Les migrants séjournant dans un refuge de la ville de Saltillo, dans l'État de Coahuila (nord du Mexique), risquent à tout moment d'être enlevés par des réseaux de traite des personnes. D'autre part, les personnes qui travaillent ou séjournent dans ce refuge risquent également d'être harcelées et agressées. Les autorités n'ont pas pris de mesures suffisantes pour les protéger.

Action complémentaire sur l'AU 277/09, AMR 41/060/2010 Mexique 13 août 2010
ACTION URGENTE
DES MIGRANTS EN DANGER AU MEXIQUE
Les migrants séjournant dans un refuge de la ville de Saltillo, dans l'État de Coahuila (nord du Mexique),
risquent à tout moment d'être enlevés par des réseaux de traite des personnes. D'autre part, les personnes
qui travaillent ou séjournent dans ce refuge risquent également d'être harcelées et agressées. Les
autorités n'ont pas pris de mesures suffisantes pour les protéger.
Le 8 août vers 11 h 30, alors qu'ils attendaient à la gare de chemin de fer locale le train de marchandise qui devait les
emmener vers la frontière des États-Unis, trois hommes d'origine salvadorienne ont été abordés par un homme et une
femme. L'homme portait une arme dans un étui accroché autour de sa taille. Le couple a offert aux migrants de la
nourriture et leur a proposé de les emmener gratuitement en voiture. L'homme et la femme ont également interrogé les
migrants sur le refuge de Saltillo d'où ils arrivaient et sur les personnes, en particulier les femmes, qui y séjournaient.
Les trois hommes ont refusé de dire quoi que ce soit au couple. Ils ont alors vu, à une cinquantaine de mètres, un groupe
d'hommes armés pousser quatre migrants dans deux véhicules qui se sont ensuite éloignés. Les trois Salvadoriens sont
retournés au refuge en courant. En arrivant, ils on vu la même femme parler avec les migrants qui gardaient l'entrée du
refuge. Elle disait être venue chercher deux migrants. Elle leur a également posé des questions sur les mesures de sécurité
dont bénéficiait le refuge et sur les personnes qui y séjournaient. Elle est partie lorsque les trois Salvadoriens sont arrivés.
Trois migrants honduriens ont indiqué que cette femme et l'homme armé avaient tenté de les attirer avec la même
proposition le 5 août vers 19 heures à la gare.
Le personnel de ce refuge et les migrants qui y séjournent ont déjà subi des actes d'intimidation. En octobre 2009, le
personnel a reçu des appels téléphoniques intimidants et l'alimentation électrique du refuge a été coupée par des
vandales. Ces personnes courent un tel danger que la Commission national des droits humains du Mexique et la
Commission interaméricaine des droits de l'homme ont demandé aux autorités de les protéger. Les mesures de protection
n'ont cependant pas été pleinement mises en œuvre et les personnes séjournant ou travaillant au refuge sont toujours en
danger.
DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-
APRÈS (en espagnol ou dans votre propre langue) :
déclarez-vous inquiet pour la sécurité des personnes qui travaillent ou séjournent au refuge pour migrants de Saltillo ;
exhortez les autorités à mettre en œuvre les mesures de protection réclamées par la Commission nationale des droits
humains et la Commission interaméricaine des droits de l'homme, sur lesquelles se sont déjà mis d'accord le directeur du
refuge et les autorités ;
priez-les instamment d'enquêter sur toutes les atteintes aux droits humains subies par les migrants et les défenseurs
des droits humains qui s'occupent du refuge ;
demandez aux autorités de mettre en place une équipe spéciale rassemblant les principales autorités fédérales afin de
mener et de coordonner des actions visant à protéger les migrants en situation irrégulière au Mexique et à traduire en
justice les responsables présumés d'atteintes aux droits humains.
ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 24 SEPTEMBRE 2010 À :
Ministre de l'Intérieur
Lic. José Francisco Blake Mora
Secretaría de Gobernación
Bucareli 99, 1er. piso, Col. Juárez,
Delegación Cuauhtémoc
México D.F., C.P.06600, Mexique
Fax : +52 55 5093 3414
Courrier électronique :
secretario@segob.gob.mx
Formule d'appel : Estimado Señor
Secretario, / Monsieur le Ministre,
Gouverneur de l'État de Coahuila :
Profesor Humberto Moreira Valdés
Governador del Estado de Coahuila
Palacio de Gobierno, 1er. Piso Juárez e
Hidalgo s/n, Saltillo, C.P. 25000
Coahuila, Mexique
Fax : +52 844 411 8560
Courrier électronique :
s.particular@coahuila.gob.mx
Formule d'appel : Estimado Señor
Gobernador, / Monsieur le Gouverneur.
Procureur général de l'État d'Oaxaca :
Lic. Jesús Torres Charles
Fiscal General del Estado
Humberto Castilla Salas 600
Saltillo, C.P. 25050
Coahuila, Mexique
Fax : +52 844 438 0728
Courrier électronique :
pgje_coah@yahoo.com
Formule d'appel : Estimado Señor Fiscal
General, / Monsieur le Procureur général,
Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques du Mexique dans votre pays. Vérifiez auprès de votre section s'il faut
encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Ceci est la deuxième mise à jour de l'AU 277/09, AMR 41/053/2009. Pour en savoir
plus : http://www.amnesty.org/fr/library/info/AMR41/053/2009/fr
13 août 2010
ACTION URGENTE
DES MIGRANTS EN DANGER AU MEXIQUE
INFORMATIONS GÉNÉRALES
Chaque année, des milliers de migrants sont victimes d'agressions, de vols, de viols ou même de meurtres alors qu'ils traversent
le Mexique pour se rendre aux États-Unis. La majorité de ces atteintes sont commises par des bandes de criminels, mais des
éléments prouvent également l'implication voire la complicité de représentants de l'État à différents niveaux. D'après la
Commission nationale des droits humains, pas moins de 9 758 migrants ont été enlevés entre septembre 2008 et février 2009.
Tous les migrants en situation irrégulière risquent de subir des violations de leurs droits fondamentaux, mais les femmes et les
enfants sont particulièrement vulnérables. Ils sont en effet exposés aux agressions sexuelles ou aux trafics auxquels se livrent des
criminels, d'autres migrants et des agents de l'État corrompus. Bien que très peu d'affaires fassent l'objet de dépôts de plaintes
et que pratiquement aucune d'entre elles n'ait de suites judiciaires, certaines sources indépendantes considèrent que six femmes
et filles migrantes sur 10 sont victimes de violences sexuelles au cours de leur voyage.
Plus de 90 % de ces migrants sont originaires d'Amérique centrale et entre au Mexique par la frontière sud du pays. De là, ils
prennent la direction du nord, vers ce qu'ils espèrent être une nouvelle vie aux États-Unis, avec la promesse d'un travail et d'une
échappatoire à la pauvreté qu'ils ont laissée derrière eux.
Les migrants victimes ou témoins d'atteintes aux droits humains n'ont que peu de choix possibles. Ils peuvent décider de ne pas
porter plainte, alimentant ainsi le cercle de l'impunité et augmentant les dangers à la fois pour eux et pour les autres. Ou bien ils
peuvent prendre le risque de dénoncer ces violations auprès des autorités mexicaines, qui peuvent classer leur plainte sans suite
ou aggraver encore les atteintes subies. Même lorsque des migrants parviennent à porter plainte, ils sont alors confrontés à un
système généralement incapable de rendre la justice.
Le refuge pour migrants de Saltillo est l'un des nombreux refuges qui offrent une aide humanitaire aux migrants. Officiellement,
il s'agit du refuge pour migrants de Belén (Belén, Posada del Migrante).
En avril 2010, Amnesty International a lancé une campagne portant sur les difficultés et les dangers auxquels doivent faire face
les migrants originaires d'Amérique centrale qui traversent le Mexique du sud au nord pour se rendre aux États-Unis.
L'organisation demande au gouvernement mexicain de mettre en place une équipe spéciale rassemblant les principales autorités
fédérales afin de mener et de coordonner des actions visant à protéger les migrants en situation irrégulière au Mexique et à
traduire en justice les responsables présumés d'atteintes aux droits humains. Si vous souhaitez participer à cette action, rendez
vous sur : http://www.amnesty.org/fr/node/16637.
Action complémentaire sur l'AU 277/09, AMR 41/060/2010, 13 août 2010

Dans quelle langue voulez-vous lire le rapport ?