• Campagnes

Mexique. Une journaliste et défenseure des droits humains est en danger. Lydia Cacho

, N° d'index: AMR 41/045/2011

Lydia Cacho, une journaliste et défenseure des droits humains vivant à Cancún, dans l'État de Quintana Roo (sud-est du Mexique), a reçu de nouvelles menaces de mort par courriel et par téléphone. Sa sécurité fait l'objet de vives inquiétudes.

AU 207/11, AMR 41/045/2011 Mexique 4 juillet 2011
ACTION URGENTE
MEXIQUE. UNE JOURNALISTE ET DÉFENSEURE DES DROITS HUMAINS EST EN DANGER
Lydia Cacho, une journaliste et défenseure des droits humains vivant à Cancún, dans l'État de Quintana Roo (sud-
est du Mexique), a reçu de nouvelles menaces de mort par courriel et par téléphone. Sa sécurité fait l'objet de vives
inquiétudes.
Le 14 juin, Lydia Cacho a reçu des menaces de mort dans un courriel envoyé au siège de la Fondation Lydia Cacho, en Espagne.
Le 17 juin, elle a de nouveau été menacée, cette fois-ci au téléphone, par un inconnu. Dans les deux cas, son travail de
journaliste a été évoqué elle a été prévenue qu'elle serait tuée si elle continuait à s'exprimer librement, et qu'il n'y aurait pas
d'autre avertissement. Des plaintes ont été déposées auprès de la police tant au Mexique, auprès de la Direction générale de la
police, qu'en Espagne, auprès de la Garde civile.
Lydia Cacho a commencé à faire l'objet de multiples menaces et manœuvres de harcèlement après la publication, en 2005, d'un
livre dans lequel elle révélait l'existence d'un réseau de pornographie enfantine qui, semble-t-il, était connu de responsables
politiques et d'hommes d'affaires des États de Quintana Roo et de Puebla et fonctionnait avec leur soutien. À la suite
d'accusations de diffamation contre sa personne et d'irrégularités de procédure, elle a subi une détention de courte durée en
décembre 2006 et a été la cible de menaces et d'actes de harcèlement. Plus tard, des enregistrements de conversations
téléphoniques, rendus publics par les médias, ont mis en évidence l'implication d'anciens hauts responsables du gouvernement
de l'État de Puebla dans sa détention et dans le harcèlement auquel elle a été en butte. Lydia Cacho a continué à recevoir des
menaces au cours des années suivantes, parfois en représailles au travail de journaliste et défenseure des droits fondamentaux
qu'elle mène dans un centre d'accueil pour femmes à Cancún.
En 2009, la Commission interaméricaine des droits de l'homme (CIDH) a demandé au gouvernement du Mexique de prendre des
mesures de protection en faveur de Lydia Cacho. En 2010, la journaliste a publié un autre livre, mettant une nouvelle fois au jour
la traite de femmes et de jeunes filles et révélant l'identité d'individus qui seraient liés à ces réseaux criminels.
DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS
CI-APRÈS (en espagnol ou dans votre propre langue) :
faites part de votre inquiétude pour la sécurité de Lydia Cacho et demandez que le gouvernement du Mexique assure sa
sécurité ;
exhortez les autorités à faire le nécessaire pour que Lydia Cacho bénéficie de mesures de protection efficaces, dans le strict
respect de ses souhaits, comme l'a ordonné la Commission interaméricaine des droits de l'homme ;
appelez-les à mener sans délai une enquête minutieuse et impartiale sur les menaces anonymes dont Lydia Cacho a fait
l'objet, et à traduire en justice les auteurs présumés des manœuvres d'intimidation auxquelles elle a été soumise.
VEUILLEZ ENVOYER VOS APPELS AVANT LE 15 AOÛT 2011 À :
Ministre de l'Intérieur
Lic. José Francisco Blake Mora
Secretario de Gobernación
Bucareli 99, 1er. Piso, Col. Juárez
Delegación Cuauhtemoc
México DF, CP 06600, Mexique
Fax : +52 55 50933414 (une
messagerie demandera le numéro de
poste : composez le 32356)
Formule d'appel : Señor Ministro, /
Monsieur le Ministre,
Procureure générale de la République
Marisela Morales Ibáñez
Procuradora General de Justicia de la
República, Av. Paseo de la
reforma 211 213, Col. Cuahtemoc,
Del. Cuahtemoc, México D.F., Mexique
Fax : +52 55 5346 0908 (merci de
faire preuve de persévérance)
Courriel : mmoralesi@pgr.gob.mx
Formule d'appel : Estimada Señora
Procuradora, / Madame la Procureure
générale,
Copies à :
Fundación Lydia Cacho
C/ Gravina 13. 1º Izquierda
Madrid
28004
Espagne
Fax : +34 91 521 63 94
Courriel : info@fundacionlydiacacho.org
Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques du Mexique dans votre pays (adresse/s à compléter).
Nom(s), adresse(s), n° de fax, courriel, formule d'appel
Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.
4 juillet 2011}
ACTION URGENTE
MEXIQUE. UNE JOURNALISTE ET DÉFENSEURE DES
DROITS HUMAINS EST EN DANGER
INFORMATIONS GÉNÉRALES
Au Mexique, les journalistes et autres professionnels des médias sont exposés à un risque élevé d'être attaqués, voire tués, en
raison de leur travail. Selon la Commission nationale des droits humains, au moins 70 journalistes ont été tués depuis 2000 et
on ignore toujours le sort de 13 autres journalistes enlevés. Les personnes qui enquêtent sur la criminalité et la corruption ou qui
signalent ces faits sont particulièrement exposées à des attaques ou des manœuvres d'intimidation. Dans la grande majorité des
cas, les auteurs présumés ne sont pas traduits en justice, ce qui crée un climat d'impunité.
En 2007, Lydia Cacho a fait partie de la liste des candidats sélectionnés pour le prix Martin Ennals pour les défenseurs des
droits de l'homme.
Nom : Lydia Cacho
Genre : femme
AU 207/11, AMR 41/045/2011, 4 juillet 2011

Dans quelle langue voulez-vous lire le rapport ?