• Campagnes

Honduras. Un journaliste enlevé

, N° d'index: AMR 37/004/2013

Le 24 juin dernier, le journaliste hondurien Aníbal Barrow a été enlevé par trois hommes lourdement armés à San Pedro Sula, dans le nord du Honduras. On ignore où il se trouve actuellement et sa vie est en danger.

AU 165/13, AMR 37/004/2013 Honduras 26 juin 2013
ACTION URGENTE
HONDURAS. UN JOURNALISTE ENLEVÉ
Le 24 juin dernier, le journaliste hondurien Aníbal Barrow a été enle par trois hommes lourdement
armés à San Pedro Sula, dans le nord du Honduras. On ignore il se trouve actuellement et sa vie est
en danger.
Selon certaines informations, le 24 juin 2013 vers 15 h 45, la voiture dans laquelle se trouvait Aníbal Barrow,
accompagné de deux de ses proches et du chauffeur, a été interceptée près du stade olympique de San Pedro Sula
par un pick-up Mitsubishi non immatriculé. Trois hommes lourdement armés se seraient dirigés vers la voiture et
auraient obligé le chauffeur et les proches d'Aníbal Barrow à sortir. Ils sont ensuite partis en emmenant le
journaliste.
Lorsque cet enlèvement a été signalé, les autorités ont organisé des recherches dans les alentours de San Pedro
Sula. À 18 h 30, le véhicule d'Aníbal Barrow a été retrouvé près d'un champ de canne à sucre à la périphérie de la
ville. Les autorités ont indiqué avoir trouvé un impact de balle dans la vitre côté passager avant, ainsi que des traces
de sang à l'intérieur.
Les efforts pour retrouver Aníbal Barrow se poursuivent mais on ignore toujours se trouve cet homme. Sa famille
a dit ne pas avoir été contactée par les ravisseurs au sujet d'une quelconque rançon.
Aníbal Barrow travaille pour la chaîne télévisée Globo TV, sur laquelle il présente une émission d'informations
quotidienne. Le jour de son enlèvement, il s'est entretenu avec trois candidats du parti Libertad y Refundación qui
se présenteront lors des prochaines élections de novembre : Juan Barahona, dirigeant syndicaliste, Enrique Flores
Lanza et Jari Dixon, avocat. Les quatre hommes ont discuté du quatrième anniversaire du coup d'État qui a eu lieu
le 28 juin 2009 au Honduras.
DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS
CI-APRÈS, en espagnol ou dans votre propre langue :
appelez les autorités à prendre toutes les mesures nécessaires pour retrouver Aníbal Barrow, qui est en grave
danger ;
exhortez-les à diligenter une enquête minutieuse, impartiale et indépendante sur l'enlèvement de cet homme, à
rendre les conclusions publiques et à traduire les responsables présumés en justice.
ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 7 AOÛT 2013 À :
Ministre de l'Intérieur
Arturo Corrales
Secretaría de Estado en el Despacho de
Seguridad, Plantel Casamata, subida al
Picacho, Tegucigalpa, Honduras
Fax : +504 2220 1756
Formule d'appel : Estimado Sr. Ministro,
/ Monsieur le Ministre,
Directeur de la Police nationale
Juan Carlos Bonilla
Secretaría de Estado en el Despacho de
Seguridad, Plantel Casamata, subida al
Picacho, Tegucigalpa, Honduras
Fax : +504 2220 1711
Formule d'appel : Estimado Sr. Director, /
Monsieur,
Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques du Honduras dans votre pays (adresse/s à compléter) :
nom(s), adresse(s), n° de fax, adresse électronique, formule de politesse
Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.
26 juin 2013
ACTION URGENTE
HONDURAS. UN JOURNALISTE ENLEVÉ
COMPLÉMENT D'INFORMATION
Selon la Commission nationale des droits humains et le médiateur chargé des droits humains, 28 journalistes ont été tués au
Honduras depuis janvier 2010, période à laquelle le gouvernement actuel a pris ses fonctions.
En mai 2012, Amnesty International a adressé une lettre ouverte au gouvernement hondurien, dans laquelle elle exprimait sa
préoccupation face à la nette augmentation des agressions et menaces visant des journalistes et des défenseurs des droits
humains dans ce pays. Elle y appelait aussi les autorités à prendre sans délai des mesures pour mettre un terme à cette
situation.
En février 2012, après s'être rendue au Honduras, la Rapporteuse spéciale des Nations unies sur la situation des défenseurs des
droits de l'Homme a déclaré que dans ce pays, ces personnes continuaient d'être la cible de menaces de mort, d'agressions,
d'actes de harcèlement et de stigmatisation, et elle a par conséquent vivement appelé les autorités à établir de toute urgence un
programme de protection en leur faveur. Elle a également estimé que certains défenseurs honduriens, notamment les
journalistes, étaient particulièrement exposés.
Les journalistes qui militent en faveur des libertés fondamentales jouent un rôle essentiel dans la dénonciation d'atteintes aux
droits humains qui seraient autrement passées sous silence. Au Honduras, Amnesty International a enregistré une hausse du
nombre de menaces de mort et d'agressions visant des journalistes et des blogueurs, comme elle l'indique dans le rapport
Transformer la douleur en espoir. Les défenseur-e-s des droits humains dans les Amériques,
http://www.amnesty.org/fr/library/info/AMR01/006/2012/fr.
Nom : Aníbal Barrow
Homme
AU 165/13, AMR 37/004/2013, 26 juin 2012

Dans quelle langue voulez-vous lire le rapport ?