• Campagnes

Salvador. Le gouvernement doit respecter sa promesse envers Beatriz

, N° d'index: AMR 29/006/2013

La Cour interaméricaine des droits humains a pris des mesures de protection en faveur de Beatriz, ordonnant au gouvernement salvadorien de fournir de toute urgence à cette femme les soins médicaux dont elle a besoin pour survivre. La ministre de la Santé a déclaré être en faveur d'un tel traitement mais ses propos doivent maintenant se traduire par des actions concrètes.

Action complémentaire sur l'AU 93/13, AMR 29/006/2013 Salvador 31 mai 2013
ACTION URGENTE
SALVADOR. LE GOUVERNEMENT DOIT RESPECTER SA
PROMESSE ENVERS BEATRIZ
La Cour interaméricaine des droits humains a pris des mesures de protection en faveur de Beatriz,
ordonnant au gouvernement salvadorien de fournir de toute urgence à cette femme les soins médicaux
dont elle a besoin pour survivre. La ministre de la Santé a déclaré être en faveur d'un tel traitement mais
ses propos doivent maintenant se traduire par des actions concrètes.
Le 29 mai 2013, la chambre constitutionnelle de la Cour suprême a rendu son verdict, refusant à Beatriz la
possibilité de bénéficier d'un avortement thérapeutique, obligeant le personnel médical qui s'occupe de cette
femme à prendre la responsabilité de toute cision la concernant. Ce jugement signifie que le sort de Beatriz est
totalement entre les mains du gouvernement salvadorien, dernier garant de ses droits humains.
Le 30 mai, la Cour interaméricaine des droits de l'Homme a pris des mesures de protection en faveur de cette
femme, ordonnant au gouvernement de lui fournir sans délai les soins dont elle a besoin. Cette décision est
juridiquement contraignante pour le gouvernement salvadorien.
Le même jour, la ministre de la Santé a déclaré publiquement que Beatriz recevrait le traitement dont elle a besoin.
Nous saluons vivement ces propos qui doivent anmoins se traduire rapidement par des actions concrètes, sans
délais supplémentaires et cruels. Votre participation est essentielle : en agissant maintenant, vous contribuez à
veiller à ce que le Salvador respecte sa promesse.
DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS
CI-APRÈS, en espagnol, en anglais ou dans votre propre langue :
saluez la déclaration de la ministre de la Santé et précisez que ses propos doivent se traduire sans délai par des
actions concrètes, afin que le gouvernement puisse se conformer aux mesures de protection juridiquement
contraignantes prises par la Cour interaméricaine des droits de l'Homme ;
Vous pouvez également envoyer un message au président du Salvador sur Twitter (voir les idées de tweets dans le
« complément d'information ») ;
appelez l'ambassade du Salvador dans votre pays ou demandez un entretien avec l'ambassadeur, ou organisez
une manifestation devant l'ambassade pour transmettre votre message.
ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 12 JUILLET 2013 À :
Président du Salvador
Mauricio Funes
Dirección orientation: Alameda Dr.
Manuel
Enrique Araujo, No. 5500
San Salvador, Salvador
Fax : +503 2243 9947
Twitter : @presidencia_sv
Formule d'appel : Estimado Sr
Presidente, / Monsieur le Président,
Ministre de la Santé
María Isabel Rodríguez
Dirección orientation: Calle Arce No.827
San Salvador, Salvador
Fax : +503 2221 0991 (merci de vous
montrer persévérant-e)
Courriel : mrodriguez@salud.gob.sv
Formule d'appel : Estimada Sra Ministra,
/ Madame la Ministre,
Copies à :
Mouvement citoyen pour la
dépénalisation de l'avortement
thérapeutique, éthique et eugénique
Fax : +503 2226 0356 (dites « tono de
fax » si quelqu'un décroche)
Courriel :
agrupacionporladespenalizacion@gmail.c
om
Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques du Salvador dans votre pays (adresse/s à compléter) :
nom(s), adresse(s), n° de fax, adresse électronique, formule de politesse
Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Ceci est la troisième mise à jour de l'AU 93/13.
Pour plus d'informations : http://amnesty.org/fr/library/info/AMR29/005/2013/fr.
31 mai 2013
ACTION URGENTE
SALVADOR. LE GOUVERNEMENT DOIT RESPECTER SA
PROMESSE ENVERS BEATRIZ
COMPLÉMENT D'INFORMATION
Amnesty International a publié un communiqué de presse le 30 mai dernier : http://www.amnesty.org/en/news/beatriz-2013-05-
30.
Les droits sexuels et reproductifs découlent des droits fondamentaux reconnus par les traités internationaux, les normes
régionales, les constitutions nationales et les diverses normes en la matière relatives aux droits humains. La réalisation de ces
droits comprend le respect des droits relatifs à l'intégrité physique et mentale, notamment à la vie, à la liberté et à la sécurité de
la personne ; du droit de ne pas être torturé et de ne pas être soumis à des traitements cruels, inhumains ou dégradants ; du
droit à la vie privée et à la vie familiale ; des droits relatifs à la liberté d'opinion et d'expression ; et du droit de ne pas subir de
discrimination. Ces droits proviennent directement des principes qui sont à la base des droits sexuels et reproductifs : l'intégrité
physique et mentale de la personne, son autonomie, et le principe de non-discrimination quels que soient le genre, la race, la
nationalité ou l'origine, l'orientation sexuelle, le handicap ou le statut socioéconomique de l'intéressé.
Les droits sexuels et reproductifs sont une composante essentielle des droits fondamentaux de toute personne. Leur respect est
indispensable à la dignité humaine et au bien-être physique, affectif, mental et social, et leur réalisation améliore les conditions
de vie et les relations personnelles, et contribue à l'égalité des genres et à l'autonomisation. Toute personne doit avoir la
possibilité d'en jouir en toute liberté et sans contrainte, discrimination ou violence.
En juin 2011, la Rapporteuse spéciale des Nations unies chargée de la question de la violence contre les femmes a fait part de
ses vives inquiétudes quant à la situation au Salvador dans ce domaine, et a rappelé que l'inaction des autorités en matière
d'enquêtes, de poursuites et de réparation pour ce type de crimes engendre un climat d'impunité pour les violences liées au
genre.
Dans son rapport, la Rapporteuse spéciale a également exhorté le gouvernement à réviser les lois interdisant l'avortement en
toutes circonstances, y compris en cas de grossesse à risque élevé ou résultant d'un viol.
Suggestions de tweets :
En anglais : @presidencia_sv We welcome the Minister of Heath's promise to #saveBeatriz but this must happen now with no more cruel delays
En français: @presidencia_sv Nous saluons la promesse de la ministre de la Santé de #sauver Beatriz mais elle doit agir maintenant sans délais
supplémentaires et cruels
En espagnol: @presidencia_sv Bienvenido el compromiso de la Ministra de Salud que se dara el tratamiento para que se #salveBeatriz pero q lo
hagan ya!
En anglais: @presidencia_sv Comply with the protective measures ordered by the Inter-American Court of Human Rights and #saveBeatriz now!
En français: @presidencia_sv Respectez les mesures de précaution et de protection ordonnées par la Commission interaméricaine des droits de
l'homme et #sauvez Beatriz !
En espagnol : @presidencia_sv Cumpla con las medidas provisionales de la Corte Interamericana de DDHH ya y #salveBeatriz
En anglais : @presidencia_sv Every day there are more of us: now over 170,000 people across the world want you to #saveBeatriz
En français: @presidencia_sv Chaque jour nous sommes plus nombreux : plus de 170 000 personnes à travers le monde espèrent que vous allez
#sauver Beatriz
En espagnol: @presidencia_sv Cada dia somos mas: ahora mas de 170.000 personas a lo largo del mundo queremos que Ud #salveBeatriz
Nom : Beatriz
Genre : femme
Action complémentaire sur l'AU 93/13, AMR 29/006/2013, 31 mai 2013

Dans quelle langue voulez-vous lire le rapport ?