• Campagnes

Colombie. La fille d'une défenseure des droits humains colombienne menacée. Cendy Torres Vergara

, N° d'index: AMR 23/008/2011

Cendy Torres Vergara, la fille de la défenseure des droits humains Ingrid Vergara, a reçu des menaces de mort par téléphone. Sa mère fait partie des dirigeants du Mouvement national des victimes de crimes d'État (MOVICE), dans le département de Sucre (nord de la Colombie).

Action complémentaire sur l'AU 301/09, AMR 23/008/2011 Colombie 31 mars 2011
ACTION URGENTE
LA FILLE D'UNE DÉFENSEURE DES DROITS HUMAINS
COLOMBIENNE MENACÉE
Cendy Torres Vergara, la fille de la défenseure des droits humains Ingrid Vergara, a reçu des
menaces de mort par téléphone. Sa mère fait partie des dirigeants du Mouvement national des
victimes de crimes d'État (MOVICE), dans le département de Sucre (nord de la Colombie).
Le 30 mars, Cendy Torres Vergara était à l'école à Sincelejo, dans le département de Sucre, lorsqu'elle a reçu un
appel sur son téléphone mobile ; son interlocuteur lui a dit qu'elle finirait morte sur la route.
Cendy Torres Vergara a reçu plusieurs menaces de mort au cours de ces dernières années, probablement en
représailles des activités de défense des droits humains menées par sa mère. Ingrid Vergara, qui travaille pour la
branche du MOVICE du département de Sucre, fait campagne contre l'impunité dans les affaires d'atteintes aux
droits humains commises par des groupes paramilitaires, qui agissent souvent avec le soutien des forces armées et
des politiciens locaux, et se bat pour la restitution de terres volées pendant des opérations paramilitaires. Le
1
er
décembre 2010, des hommes armés sont entrés au domicile d'Ingrid Vergara, ont agressé Cendy Torres Vergara
physiquement et verbalement et ont menacé de la tuer. Ils sont partis après avoir enlevé de force le disque dur d'un
ordinateur qui contenait les travaux d'Ingrid Vergara concernant les litiges fonciers, notamment des documents qui
devaient servir lors d'une réunion publique prévue deux jours plus tard.
Les 10, 11 et 12 mars 2011, le MOVICE a organisé sa cinquième conférence nationale appelant à mettre fin à
l'impunité, à laquelle Cendy Torres Vergara a participé.
DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS
CI-APRÈS (en espagnol ou dans votre propre langue) :
faites part de votre inquiétude concernant la sécurité de Cendy Torres Vergara, Ingrid Vergara et leur famille, et
exhortez les autorités à garantir leur protection dans le strict respect de leurs souhaits ;
appelez-les à diligenter une enquête minutieuse et impartiale sur toutes les menaces, y compris les précédentes
menaces de mort, adressées à Ingrid Vergara, à sa fille et à ses collègues, à rendre les conclusions de cette enquête
publiques et à traduire les responsables présumés en justice ;
rappelez-leur qu'elles doivent s'acquitter de leur obligation de protéger les défenseurs des droits humains,
conformément à la Déclaration des Nations unies de 1998 sur les défenseurs des droits de l'homme.
ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 12 MAI 2011 À :
Président de la Colombie
Señor Juan Manuel Santos
Señor Presidente Juan Manuel Santos
Presidente de la República, Palacio de
Nariño, Carrera 8 No. 7-26, Bogotá,
Colombie
Fax : +57 1 596 0631
Formule d'appel : Excmo. Sr.
Presidente Santos, / Monsieur le
Président,
Ministre de l'Intérieur et de la Justice
Señor Germán Vargas Lleras
Ministerio del Interior y de Justicia
Carrera 9a. No. 14-10, Bogotá
Colombie
Fax : +57 1 599 8961
Formule d'appel : Estimado Sr.
Ministro, / Monsieur le Ministre,
Copies à :
MOVICE
Movimiento Nacional de Víctimas de
Crímenes de Estado
Calle 38 No 28 A 30
Barrio Bogotá
Sincelejo, Colombie
Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques de la Colombie dans votre pays. Vérifiez auprès de votre section s'il faut
encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Ceci est la quatrième mise à jour de l'AU 301/09. Pour plus d'informations :
http://www.amnesty.org/fr/library/info/AMR23/027/2009/fr, http://www.amnesty.org/fr/library/info/AMR23/007/2010/fr,
http://www.amnesty.org/fr/library/info/AMR23/019/2010/fr, http://www.amnesty.org/fr/library/info/AMR23/036/2010/fr et
http://www.amnesty.org/fr/library/info/AMR23/007/2011/fr.
31 mars 2011
ACTION URGENTE
LA FILLE D'UNE DÉFENSEURE DES DROITS HUMAINS
COLOMBIENNE MENACÉE
INFORMATIONS GÉNÉRALES
Le 23 mars 2011, Eder Verbel Rocha, membre du MOVICE dans le département de Sucre, a été tué (voir l'AU 94/11,
AMR 23/007/2011, Colombie).
Le 18 mai 2010, Rogelio Martínez, un des dirigeants de la branche de Sucre du MOVICE, a été abattu. Il faisait campagne pour
le droit à la vérité, à la justice et à réparation pour les populations déplacées de force lors de la vague d'attaques perpétrées au
cours des dernières années par des paramilitaires soutenus par l'armée.
Le 2 avril 2008, des inconnus ont menacé de tuer Cendy Torres Vergara, probablement en représailles des activités de défense
des droits humains menées par sa mère. Le 26 octobre 2009, elle a reçu une menace de mort adressée à Ingrid Vergara.
Le 12 octobre 2010, alors qu'Ingrid Vergara se trouvait sur la place Majagual, à Sincelejo, l'un de ses gardes du corps, envoyé
par le programme de protection du ministère de l'Intérieur, a remarqué près d'elle trois hommes à l'air suspect qui parlaient de
l'absence de son deuxième garde du corps. Lorsque deux autres hommes se sont approchés d'elle à moto, le garde du corps lui a
dit de rapidement quitter les lieux. Ingrid Vergara pense que ces hommes avaient peut-être prévu de la tuer.
Le 20 novembre 2010, Ingrid Vergara a reçu un appel sur son téléphone mobile. Son interlocuteur lui a dit de « ne pas se mêler
des litiges fonciers », puis il est resté silencieux un moment avant de raccrocher.
Le MOVICE est une vaste coalition d'organisations de la société civile qui militent pour que les victimes d'atteintes aux droits
humains commises au cours du conflit armé qui déchire la Colombie depuis de nombreuses années obtiennent vérité, justice et
réparation. Ingrid Vergara et ses collègues du MOVICE ont révélé bon nombre d'affaires sur lesquelles ils avaient rassemblé des
informations, au sujet d'homicides et de disparitions forcées commis par les forces de sécurité et des groupes paramilitaires dans
le département de Sucre.
Le gouvernement colombien a mis en place plusieurs mesures de protection pour Ingrid Vergara et Cendy Torres Vergara ; il leur a
notamment envoyé des gardes du corps et fourni un téléphone mobile et un véhicule, bien que les restrictions sur le carburant
semblent limiter la mobilité d'Ingrid Vergara.
Depuis quelques années, les militants qui font campagne pour la restitution de terres volées principalement par des groupes
paramilitaires au cours du conflit colombien risquent particulièrement d'être victimes de menaces et d'assassinats. La plupart de
ces agressions sont imputées à des groupes paramilitaires. Des groupes de guérilla prennent également pour cible des défenseurs
des droits humains et d'autres militants des droits sociaux considérés comme une menace pour leurs intérêts.
Bien que les autorités affirment que tous les paramilitaires ont été démobilisés au cours d'un programme lancé en 2003 et
soutenu par le gouvernement, ces groupes continuent d'agir et de commettre de graves atteintes aux droits humains à l'encontre
de défenseurs des droits humains et d'autres civils, parfois avec l'assentiment, voire la complicité, des forces de sécurité.
Action complémentaire sur l'AU 301/09, AMR 23/009/2011, 31 mars 2011

Dans quelle langue voulez-vous lire le rapport ?