• Campagnes

Soudan. Un journaliste détenu risque la torture. Faisal Mohammed Salih

, N° d'index: AFR 54/017/2012

Faisal Mohammed Salih, éminent journaliste soudanais, a été arrêté le 8 mai dans son pays par des agents du Service national de la sûreté et du renseignement. Son interpellation serait liée à une interview dans laquelle il a critiqué le gouvernement. Il est détenu au secret et risque fort de subir des actes de torture et d'autres mauvais traitements.

AU 129/12, AFR 54/017/2012 Soudan 8 mai 2012
ACTION URGENTE
UN JOURNALISTE DÉTENU RISQUE LA TORTURE
Faisal Mohammed Salih, éminent journaliste soudanais, a été arrêté le 8 mai dans son pays par
des agents du Service national de la sûreté et du renseignement. Son interpellation serait liée à
une interview dans laquelle il a critiqué le gouvernement. Il est détenu au secret et risque fort de
subir des actes de torture et d'autres mauvais traitements.
Des agents en civil ont arrêté Faisal Mohammed Salih le 8 mai à 11 h 45 du matin, alors qu'il se trouvait à son
domicile de Khartoum, la capitale. Depuis lors, cet homme est détenu sans pouvoir consulter d'avocat ni contacter
sa famille. Il risque fort de subir des actes de torture ou d'autres mauvais traitements.
Avant son arrestation, il a été harcelé pendant 13 jours par le Service national de la sûreté et du renseignement. Le
25 avril, il a été interrogé par des agents de ce service, à Khartoum-Nord, au sujet d'une intervention sur la chaîne
d'information par satellite Al Jazeera. Cette interview, diffusée le 19 avril à 18 heures, portait sur un discours
prononcé peu de temps auparavant par le président Omar el Béchir. L'agent chargé d'interroger Faisal Mohammed
Salih a critiqué les commentaires formulés par ce journaliste au cours de l'entretien télévisé et lui a vivement
conseillé de se montrer prudent lorsqu'il s'adresse à des médias étrangers. Faisal Mohammed Salih a ensuite été
convoqué presque tous les jours dans les locaux du Service national de la sûreté et du renseignement, où on le
faisait attendre de 9 heures du matin à 17 heures à la réception sans l'interroger. Le 8 mai, il ne s'y est pas rendu,
et c'est probablement la raison pour laquelle il a été arrêté.
Faisal Mohammed Salih est un prisonnier d'opinion, détenu uniquement pour avoir exercé son droit à la liberté
d'expression.
DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE AUX DESTINATAIRES
MENTIONNÉS CI-APRÈS (en arabe, en anglais ou dans votre propre langue) :
exhortez les autorités soudanaises à libérer Faisal Mohammed Salih immédiatement et sans condition ;
demandez-leur de veiller à ce que cet homme ne soit pas soumis à des actes de torture ni à d'autres
mauvais traitements, et à ce qu'il puisse avoir des contacts réguliers avec sa famille et l'avocat de son choix ;
appelez-les à mettre fin au harcèlement visant des journalistes et des militants politiques pacifiques.
ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 19 JUIN 2012 À :
Président
HE Omar Hassan Ahmad al-Bashir
Office of the President
People's Palace
PO Box 281
Khartoum
Soudan
Fax : +249 183 770 621 (merci de faire
preuve de persévérance)
Courriel : info@sudan.gov.sd
Formule d'appel : Your Excellency, /
Monsieur le Président,
Ministre de la Justice
Mohammed Bushara Dousa
Ministry of Justice,
PO Box 302
Al Nil Avenue, Khartoum, Soudan
Fax : +249 183 764 168
Formule d'appel : Your Excellency, /
Monsieur le Ministre,
Copies à :
Ministre de l'Intérieur
Ibrahim Mohamed Hamed
Ministry of Interior
PO Box 873
Khartoum, Soudan
Courriel : mut@isoc.sd
Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques du Soudan dans votre pays (adresse(s) à compléter) :
Nom(s), adresse(s), n° de fax ; courriel ; formule d'appel.
Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.
ACTION URGENTE
UN JOURNALISTE DÉTENU RISQUE LA TORTURE
COMPLÉMENT D'INFORMATION
Faisal Mohammed Salih, éminent journaliste soudanais, est également directeur de Teeba Press, organisation non
gouvernementale spécialisée dans la formation des journalistes. Ces 10 dernières années, il a écrit de nombreux articles sur le
Soudan, notamment dans Al Akhbar, Al Adwa et Al Shahid. En mars 2011, il a été accusé de calomnie et d'atteinte à la
réputation du Service national de la sûreté et du renseignement parce qu'il avait dénoncé le viol de la militante Safia Ishaag par
des agents de ce service.
Dans un document publié à l'occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, Amnesty International a indiqué que les
autorités soudanaises avaient recours à toute une série de nouvelles tactiques de répression pour réduire au silence les
journalistes depuis le début du soulèvement en Afrique du Nord, en janvier 2011. Le document intitulé Soudan : le harcèlement
contre les journalistes s'intensifie (http://www.amnesty.org/fr/news/journalists-face-increasing-harassment-sudan-2012-05-02)
détaille de quelle manière les autorités censurent désormais les journalistes, notamment en saisissant des exemplaires de
journaux après leur impression, en empêchant les revendeurs de les distribuer, et en inculpant des journalistes et des rédacteurs
en chef d'infractions fallacieuses.
Nom : Faisal Mohammed Salih
Genre : homme
AU 129/12, AFR 54/017/2012, 8 mai 2012

Dans quelle langue voulez-vous lire le rapport ?