• Campagnes

Zimbabwe. Des militantes détenues

, N° d'index: AFR 46/021/2011

Douze militantes du mouvement pour la justice sociale Femmes du Zimbabwe, debout ! (WOZA) sont détenues illégalement au poste de police central de Bulawayo. Elles ont été arrêtées pour avoir pris part à une marche pacifique organisée à Bulawayo, la deuxième ville du pays, à l'occasion de la Journée mondiale de la paix. Certaines sont en mauvaise santé.

AU 288/11, AFR 46/021/2011 Zimbabwe 22 septembre 2011
ACTION URGENTE
DES MILITANTES DÉTENUES AU ZIMBABWE
Douze militantes du mouvement pour la justice sociale Femmes du Zimbabwe, debout ! (WOZA) sont
détenues illégalement au poste de police central de Bulawayo. Elles ont été arrêtées pour avoir pris part à
une marche pacifique organisée à Bulawayo, la deuxième ville du pays, à l'occasion de la Journée
mondiale de la paix. Certaines sont en mauvaise santé.
Le 21 septembre, la police de Bulawayo a eu recours à une force excessive pour disperser un défilé commémorant la
Journée mondiale de la paix lancée par les Nations unies. Cette marche avait été organisée par WOZA, un
mouvement en faveur de la justice sociale. Au moins 14 militantes ont été blessées et ont eu besoin de soins
médicaux, et 12 membres de WOZA notamment Jenni Williams et Magodonga Mahlangu, deux dirigeantes ont
été arrêtées et placées en détention au poste de police central de Bulawayo. Ces deux femmes seraient en mauvaise
santé à la suite d'opérations qu'elles ont subies ces dernières semaines. Le 22 septembre, la police a inculpé
10 détenues de « nuisance criminelle », et Jenni Williams et Magodonga Mahlangu ont été averties qu'elles seraient
inculpées d'« enlèvement et vol simple ».
Amnesty International considère ces 12 femmes comme des prisonnières d'opinion, arrêtées uniquement pour avoir
exercé leurs droits à la liberté d'expression pourtant garantis par la Constitution zimbabwéenne et les traités
internationaux relatifs aux droits humains, notamment la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples et la
Déclaration universelle des droits de l'homme.
Les militantes de WOZA ont été victimes de multiples arrestations et détentions arbitraires en raison de leur
participation à des manifestations pacifiques mettant en lumière des problèmes de justice sociale qui concernent
les femmes et leurs familles au Zimbabwe. Des membres de WOZA ont déjà été torturées ou soumises à d'autres
mauvais traitements en détention et privées de la possibilité de consulter un avocat, d'avoir accès à de l'eau et de la
nourriture, et de bénéficier des soins médicaux nécessaires.
DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS,
en anglais ou dans votre propre langue :
exhortez le responsable adjoint de la police nationale (section criminelle) à mettre fin aux actes de harcèlement et aux
manœuvres d'intimidation systématiques des militantes de WOZA orchestrés par des policiers et à veiller à ce que ceux-ci
respectent et protègent l'ensemble des droits humains, conformément à l'article premier du Code de conduite des policiers
adopté par l'Organisation de coopération des commissaires de police de la région de l'Afrique australe (SARPCCO) ;
demandez au responsable du poste de police central de Bulawayo de mettre fin aux violations des droits humains
systématiques commises par les policiers sous ses ordres et de veiller à ce que ceux-ci respectent et protègent l'ensemble des
droits humains, conformément à l'article premier du Code de conduite des policiers adopté par la SARPCCO ;
priez instamment ces deux autorités policières de faire en sorte que les 12 militantes de WOZA concernées soient libérées
immédiatement et sans condition.
ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 3 NOVEMBRE 2011 À :
Responsable adjoint de la police nationale (section criminelle)
Innocent Matibiri
Zimbabwe Republic Police
P. O. Box 8807, Causeway
Harare
Zimbabwe
Formule d'appel : Dear Commissioner General, / Monsieur,
Responsable de la police de Bulawayo
Bulawayo Central Police Station
Zimbabwe Republic Police
P.O. Box 2329
Fife St/ L Takawira Avenue
Bulawayo, Zimbabwe
Fax : +263 9 65763
Formule d'appel : Dear Officer in Charge, / Monsieur,
Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques du Zimbabwe dans votre pays (adresse(s) à compléter) :
Nom(s), adresse(s), numéro de fax, courriel, formule d'appel
Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.
Nom : Femmes du Zimbabwe, debout ! (WOZA)
Genre : femmes
AU 288/11, AFR 46/021/2011, 22 septembre 2011

Dans quelle langue voulez-vous lire le rapport ?