• Campagnes

Malawi. Des manifestations reportées après des pourparlers

, N° d'index: AFR 36/002/2011

Des manifestations qui devaient se dérouler le 17 août au Malawi ont été reportées par les participants à la suite de pourparlers entre des membres de la société civile et le gouvernement. Amnesty International a exprimé ses craintes pour la sécurité des participants aux manifestations pacifiques planifiées.

Informations complémentaires sur l'AU 244/11, AFR 36/002/2011 Malawi 19 août 2011
ACTION URGENTE
DES MANIFESTATIONS REPORTÉES APRÈS DES
POURPARLERS
Des manifestations qui devaient se dérouler le 17 août au Malawi ont été reportées par les
participants à la suite de pourparlers entre des membres de la société civile et le gouvernement.
Amnesty International a exprimé ses craintes pour la sécurité des participants aux manifestations
pacifiques planifiées.
Des défenseurs des droits humains, des étudiants et des membres de la société civile malawiens prévoyaient
d'organiser le 17 août des manifestations pacifiques à travers le pays pour protester contre bon nombre de sujets,
notamment les lois répressives, la gouvernance défaillante et les pénuries de combustibles. Ces manifestations ont
été reportées après que des représentants des Nations unies, permanents et en visite, ont facilité le dialogue entre
des membres d'organisations de la société civile et du Comité présidentiel sur le contact et le dialogue, qui joue le
rôle de négociateur pour le compte du gouvernement malawien.
Selon un communiqué conjoint publié après la réunion, les deux parties sont convenues de maintenir un processus
de dialogue avec l'appui des Nations unies, afin d'examiner les griefs des manifestants. Elles se sont également
accordées sur le fait qu'une manifestation pacifique pourrait se tenir dans les quatre semaines et que la date
pourrait être revue en fonction de l'avancement du dialogue.
La nouvelle des manifestations planifiées a incité Amnesty International à publier une action urgente à titre
préventif afin d'appeler la police et le gouvernement à faire preuve de retenue. Au moins 18 personnes ont été tuées
et de nombreuses autres blessées lors de la précédente série de manifestations nationales, le 20 juillet. La police
avait alors utilisé des munitions réelles pour disperser les manifestations dans plusieurs villes et avaient battu des
journalistes qui couvraient l'événement. Par ailleurs, les actes de harcèlement et les manœuvres d'intimidations
croissants visant des militants de la société civile et des dissidents au Malawi constituaient une raison
supplémentaire de craindre pour la sécurité des manifestants. En effet, plusieurs éminents défenseurs des droits
humains sont entrés dans la clandestinité et le président Bingu wa Mutharika a tenu des propos hostiles à l'égard
d'organisations non gouvernements (ONG) malawiennes.
Un grand merci à tous ceux qui ont envoyé des appels. Aucune action complémentaire n'est requise pour le
moment. Amnesty International continuera à suivre la situation.
Ceci est la première mise à jour de l'AU 244/11. Plus d'informations : http://www.amnesty.org/fr/library/info/AFR36/001/2011/fr.
Nom : manifestants
Genre : hommes et femmes
Informations complémentaires sur l'AU 244/11, AFR 36/002/2011, 19 août 2011

Dans quelle langue voulez-vous lire le rapport ?