Guinée équatoriale. Des proches de deux prisonniers évadés sont détenus sans inculpation ni jugement depuis un an

Par Amnesty International, , N° d'index: AFR 24/003/2011

Au moment où la Guinée équatoriale, ancienne colonie espagnole, fête sa 43e année d'indépendance, des violations des droits humains continuent d'être perpétrées dans ce pays, et notamment des prises d'otages, des arrestations arbitraires et des détentions au secret sans inculpation ni jugement. Au moins 30 personnes sont encore détenues sans inculpation ni jugement, après avoir été arrêtées en octobre et novembre 2010. La plupart d'entre elles semblent avoir été arrêtées parce qu'elles font partie de l'entourage familial et amical de deux prisonniers politiques qui se sont échappés le 12 octobre 2010 de la prison d'Evinayong, sur le continent. À ce jour, elles sont toujours détenues au secret, sans pouvoir consulter un avocat, rencontrer les membres de leurs familles ou bénéficier de soins médicaux.

Dans quelle langue voulez-vous lire le rapport ?