• Campagnes

Tchad. Jean Laokolé inculpé, en attente de son procès

, N° d'index: AFR 20/002/2013

Jean Laokolé, écrivain et travailleur humanitaire, a été transféré vers le centre de détention d'Am Sinene à N'Djamena, la capitale du Tchad, le 25 mars dernier. Il était alors en détention au secret depuis trois jours. Cet homme a été inculpé de diffamation.

Action complémentaire sur l'AU 73/13, AFR 20/002/2013 Tchad 16 avril 2013
ACTION URGENTE
TCHAD. JEAN LAOKOLÉ INCULPÉ, EN ATTENTE DE SON PROCÈS
Jean Laokolé, écrivain et travailleur humanitaire, a été transféré vers le centre de détention d'Am Sinene à
N'Djamena, la capitale du Tchad, le 25 mars dernier. Il était alors en détention au secret depuis trois
jours. Cet homme a été inculpé de diffamation.
Jean Laokolé a comparu devant un juge le 1
er
avril 2013. Son avocat a déclaré que la procédure pour diffamation
n'avait pas été respectée et qu'il n'y avait aucune raison de refuser la libération sous caution au prévenu en
attendant qu'un juge examine le dossier de l'affaire.
Les conditions de détention à Am Sinene, se trouve Jean Laokolé, sont si déplorables qu'elles s'apparentent à
une peine ou un traitement cruel, inhumain ou dégradant. Cet homme est autorisé à contacter sa famille et un
avocat. Une audience devrait avoir lieu dans les prochains jours.
DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE AUX DESTINATAIRES CI-
APRÈS, en français, en anglais, en arabe ou dans votre propre langue :
faites part de votre inquiétude quant au fait que Jean Laokolé soit peut-être un prisonnier d'opinion, détenu
uniquement pour avoir exercé pacifiquement son droit à la liberté d'expression, auquel cas il doit être libéré
immédiatement et sans condition ;
exhortez les autorités à respecter le droit de cet homme à un procès équitable, ce qui comprend le droit de ne
pas être soumis à une détention provisoire inutile ;
dites-vous préoccupé-e par les conditions de détention déplorables à Am Sinene, qui s'apparentent à une peine
ou un traitement cruel, inhumain ou dégradant.
ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 28 MAI 2013 À :
Président du Tchad
Idriss Deby
Présidence de la République
BP 74, N'Djamena, Tchad
Fax : +235 2251 45 01
Formule d'appel : Monsieur le Président,
Ministre de la Justice
Abdoulaye Sabre Fadoul
Ministère de la Justice
BP 426, N'Djamena, Tchad
Courriel : justice@intnet.td
Formule d'appel : Monsieur le Ministre,
Copies à :
Ministre des Droits de l'Homme
Amina Kodjiyana
Ministère des Droits de l'Homme
BP 169, N'Djamena, Tchad
Courriel : justice@intnet.td
Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques du Tchad dans votre pays (adresse/s à compléter) :
nom(s), adresse(s), n° de fax, adresse électronique, formule de politesse
Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Ceci est la première mise à jour de l'AU 73/13.
Pour plus d'informations : http://www.amnesty.org/fr/library/info/AFR20/001/2013/fr.
16 avril 2013
ACTION URGENTE
TCHAD. JEAN LAOKOLÉ INCULPÉ, EN ATTENTE DE SON PROCÈS
COMPLÉMENT D'INFORMATION
Au Tchad, la vie des prisonniers est souvent mise en danger par les rudes conditions de détention. Les cellules sont surpeuplées,
la quantité de nourriture et d'eau potable est insuffisante, et les prisonniers dépendent de leur famille pour obtenir des produits
de première nécessité. Dans la majorité des prisons tchadiennes, les services de santé sont inexistants. Des émeutes ont éclaà
plusieurs reprises du fait de ces conditions épouvantables et des prisonniers ont été abattus. Les moyens affectés aux prisons,
déjà limités, sont ponctionnés par les pots de vin et la corruption.
Jean Laokolé est le fils de Jean-Baptiste Laokolé, dirigeant de l'opposition politique et secrétaire général adjoint d'une coalition
de partis politiques d'opposition, dont Ibni Oumar était le président. Ce dernier a été arrêté le 3 février 2008 par des membres
des services de sécurité à son domicile de N'Djamena, à la suite d'une attaque avortée de groupes de l'opposition armés dans la
capitale tchadienne. Personne ne l'a revu depuis.
La mère de Jean Laokolé est la sœur de Salek Kebzabo, chef de l'opposition au sein du Parlement tchadien et président du parti
politique de l'Union nationale pour le développement et le renouveau.
Nom : Jean Laokolé
Genre : homme
Action complémentaire sur l'AU 73/13, AFR 20/002/2013, 16 avril 2013

Dans quelle langue voulez-vous lire le rapport ?