• Campagnes

République Centrafricaine : « Disparition » / craintes de torture et de mauvais traitements / craintes d’exécution extrajudiciaire

, N° d'index: AFR 19/004/2001

Au moins 20 personnes, et peut-être beaucoup plus, auraient été exécutées sommairement ou soumises à des atteintes aux droits humains à la suite du coup d’état manqué à Bangui, la capitale du pays. De nombreuses personnes, parmi lesquelles Maxime Koko, ont « disparu » et risquent d’être victimes d’une exécution extrajudiciaire. D’autres, dont Jean-Pierre Gueret, ont été placées dans des centres de détention et risquent d’être torturées ou maltraitées. Amnesty International est vivement préoccupée par la sécurité de ces personnes.

Dans quelle langue voulez-vous lire le rapport ?