• Recherches

Burundi: Dites-moi juste ce que je dois avouer

, N° d'index: AFR 16/2298/2015

Lors d’une récente visite à Bujumbura, la capitale du Burundi, Amnesty International a rencontré plusieurs personnes ayant participé à des manifestations et vivant dans la clandestinité. Elles craignaient d’être arrêtées mais, par-dessus tout, d’être torturées. Durant cette visite, Amnesty International a également recueilli de nombreux témoignages d’anciens détenus, décrivant de manière très précise les tortures subies, qui laissent à penser que ces craintes sont bel et bien fondées. Le recours à la torture et à d’autres mauvais traitements contre des opposants politiques, réels ou présumés, semble se généraliser et s’aggraver. Plusieurs sources, notamment des défenseurs des droits humains et des fonctionnaires burundais, ont également confirmé à Amnesty International que la torture au Burundi était de plus en plus fréquente.

Dans quelle langue voulez-vous lire le rapport ?