Bahreïn

©Mohammed Al Shaikhafp/AFP/Getty Images
  • Descriptif du pays

Vue d'ensemble

Les autorités ont renforcé les restrictions pesant sur la liberté d’expression et d’association et elles ont continué de limiter le droit de réunion pacifique. Plusieurs défenseurs des droits humains ont été arrêtés et inculpés tandis que d’autres ont fait l’objet d’interdictions de se rendre à l’étranger. Le principal groupe d’opposition a été dissous ; plus de 80 personnes ont été déchues de leur nationalité bahreïnite et quatre d’entre elles ont été expulsées. Cette année encore, des dirigeants de l’opposition ont été incarcérés ; ces hommes étaient des prisonniers d’opinion. De nouvelles informations ont fait état de torture et de mauvais traitements ainsi que de procès inéquitables. Les femmes continuaient de faire l’objet de discrimination dans la législation et dans la pratique. Les travailleurs migrants ainsi que les lesbiennes, les gays et les personnes bisexuelles, transgenres ou intersexuées étaient en butte à la discrimination. Aucune condamnation à mort n’a été prononcée et aucune exécution n’a eu lieu.

Pour en savoir plus

Peine de mort:

Non abolitionniste

La peine de mort est inscrite dans la législation du pays ou territoire.

Nouvelles

Questions des médias

Tarek Wheibi

Attachée de presse Moyen-Orient et Afrique du Nord,+44 207 413 5511

Nos bureaux

عنوان: 114 شارع القاهرة، بناية مسابكي-سرحال، قسم أ، الطابق السابع، الحمرا، بيروت لبنان

Téléphone

+961 1 748751

Courriel

middleeast@amnesty.org

Secrétariat international et bureaux régionaux

Voir tous les contacts