Italie

© Amnesty International
  • Descriptif du pays

Vue d'ensemble

Plus de 4 500 réfugiés et migrants ont trouvé la mort ou ont disparu en Méditerranée alors qu’ils tentaient de rejoindre l’Italie, soit le chiffre le plus élevé jamais enregistré ; plus de 181 000 sont arrivés dans le pays. La mise en œuvre par les autorités italiennes de l’approche dite des « hotspots » ou « centres de crise » de l’UE, qui vise à repérer les réfugiés et à les séparer des autres migrants présumés en situation irrégulière, a donné lieu à des cas de recours excessif à la force, de détention arbitraire et d’expulsions collectives. Les Roms ont continué de faire l’objet d’une discrimination en matière d’accès au logement. Plusieurs milliers d’entre eux vivaient dans des campements à l’écart du reste de la population, et plusieurs centaines ont subi une expulsion forcée. Le Parlement a adopté une loi instaurant une union civile pour les couples de même sexe. L’Italie n’a toujours pas inscrit le crime de torture dans son Code pénal.

Pour en savoir plus

Peine de mort:

Abolitionniste pour tous les crimes

Le pays ou territoire n’a pas recours à la peine de mort.

Nouvelles

Questions des médias

Stefan Simanowitz

Responsable médias pour l’Union européenne, les Balkans et la Turquie, +44 (0)20 3036 5599

Nos bureaux

Bureau de la section

Via Magenta, 5 00185 ROMA

Téléphone

00390644901

Fax

0039064490222

Consulter le site de la section

Secrétariat international et bureaux régionaux

Voir tous les contacts