Géorgie
© Amnesty International
  • Descriptif du pays

Vue d'ensemble

Les normes de sécurité au travail n’étaient pas sérieusement appliquées, d’où de nombreux accidents, parfois mortels, dans le cadre des activités professionnelles, qui ont motivé un renforcement de la législation relative aux droits des travailleuses et travailleurs. La réglementation électorale a changé, afin que les femmes soient davantage représentées au sein du Parlement. Les autorités ont continué de faire usage d’une force disproportionnée et aveugle contre des manifestant·e·s généralement pacifiques. Le recours aux poursuites judiciaires pour des raisons politiques restait préoccupant. La liberté de circulation entre les territoires séparatistes d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud (région de Tskhinvali) et le reste de la Géorgie était toujours limitée par la Russie et les autorités de facto de ces deux territoires. De nouvelles allégations de torture et un décès apparemment dû à de mauvais traitements ont suscité un vaste mouvement de protestation en Ossétie du Sud (région de Tskhinvali).

Lire la suite

Peine de mort :

Abolitionniste pour tous les crimes

Le pays ou territoire n’a pas recours à la peine de mort.

Nouvelles

Points de vue

Articles de fond, billets d'opinion, témoignages, et bien plus encore

Questions des médias

Nos bureaux

Secrétariat international et bureaux régionaux

Voir tous les contacts