Inde
© Amnesty International
  • Descriptif du pays

Vue d'ensemble

Les autorités n’ont garanti la liberté d’expression que de manière sélective et ont réprimé la dissidence en restreignant illégalement les manifestations pacifiques et en faisant taire les critiques. Des défenseur·e·s des droits humains, notamment des étudiantes et étudiants, des universitaires, des journalistes et des artistes, ont été arrêtés arbitrairement, souvent sans être inculpés ni jugés ensuite. Bien que la Cour suprême ait ordonné de réduire la surpopulation carcérale afin de limiter la propagation du COVID-19, les autorités ont continué d’emprisonner de nombreuses personnes qui critiquaient le gouvernement. Les pouvoirs publics n’ont pas enquêté comme il se devait sur les affaires de violences fondées sur la caste ou le genre ni sanctionné les auteurs de ces actes, et ont orchestré des représailles contre des personnes qui dénonçaient des viols ou des infractions liées au système de castes. Les homicides et les agressions commis par des groupes d’autodéfense ou par la police à l’encontre de membres de minorités religieuses demeuraient généralement impunis et leurs auteurs étaient rarement inquiétés. Des restrictions extrêmes du droit de circuler librement ont été instaurées soudainement pour faire face à la pandémie, à la suite de quoi des milliers de travailleuses et travailleurs migrants se sont retrouvés bloqués, sans nourriture ni protection. D’autres restrictions liées à la pandémie menaçaient le droit au respect de la vie privée.

Lire la suite

Peine de mort :

Non abolitionniste

La peine de mort est inscrite dans la législation du pays ou territoire.

Nouvelles

Questions des médias

Nos bureaux

Bureau de la section

Ground Floor, # 235, 13th cross, Indira Nagar II Stage, Bangalore, Karnataka, India – 560 038.

Téléphone

00918049388000

Secrétariat international et bureaux régionaux

Voir tous les contacts