Eswatini
© Gianluigi Guercia/AFP/Getty Images
  • Descriptif du pays

Vue d'ensemble

Plusieurs centaines de personnes risquaient toujours d’être expulsées de force. L’État s’est engagé à instaurer un moratoire sur toutes les expulsions lors d’un entretien avec Amnesty International, mais aucune annonce publique n’a été faite en ce sens. Des avancées judiciaires positives ont été constatées s’agissant de l’indemnisation de victimes d’expulsions forcées imputables à des acteurs tant privés que publics. Les autorités ont rejeté la demande d’enregistrement d’une organisation de défense des droits des lesbiennes, des gays et des personnes bisexuelles, transgenres ou intersexes (LGBTI). Un homme a été arrêté pour terrorisme et sédition. La Loi relative aux infractions à caractère sexuel et aux violences domestiques a été adoptée en juillet 2018. En avril 2018, le roi a changé le nom du pays, désormais appelé royaume d’Eswatini.

Lire la suite

Peine de mort :

Abolitionniste en pratique

La peine de mort est inscrite dans la législation du pays ou territoire, mais les autorités n’ont procédé à aucune exécution depuis au moins 10 ans.

Nouvelles

Questions des médias

Robert Shivambu

Attaché de presse Afrique australe, +27 11 283 6000

Nos bureaux

Secrétariat international et bureaux régionaux

Voir tous les contacts