23 novembre 2012
Indonésie : les autorités doivent se pencher sur les actes de violence sexuelle commis contre des femmes et des jeunes filles

Des victimes du conflit d'Aceh manifestent en faveur d'une commission vérité devant le Parlement régional à Banda Aceh, dans la province de Nanggroe Aceh Darussalam, en décembre 2010.
© Koalisi NGO HAM Aceh

 

Lorsque le général Suharto était au pouvoir et pendant la période de transition qui a suivi, l'Indonésie a traversé une série de conflits marqués par de graves violations des droits humains. Des membres des forces de sécurité et de groupes armés ont violé et infligé d'autres violences sexuelles à des femmes et des jeunes filles et, bien que certains de ces conflits aient pris fin, peu de progrès ont été réalisés pour prendre des mesures à ce sujet et empêcher ce type d'agissements.

De nombreuses femmes n'ont pas bénéficié des traitements ou des soins nécessaires, que ce soit sur le plan physique ou psychologique ou en matière de santé sexuelle et reproductive. Elles ont doublement souffert durant ces conflits, à la fois en tant que victimes directes et en tant que proches de personnes tuées ou « disparues ».

En outre, les tentatives pour traduire en justice les auteurs de viols et d'autres actes de violence sexuelle ont été parfaitement inadaptées et, pour nombre de ces femmes, il est toujours impossible d'obtenir justice, vérité ou réparations pour ces crimes.

Selon certaines informations encourageantes, le président de l'Indonésie aurait donné pour instruction au Conseil consultatif présidentiel d'élaborer un projet visant à prendre des mesures à la suite des graves violations des droits humains commises par le passé dans le pays. C'est l'occasion pour nous tous de faire pression sur les autorités afin que ce projet prévoie des démarches adaptées face à la situation des femmes victimes de ces conflits.

Nous vous demandons de signer la pétition ci-dessous et de rejoindre ces femmes et leur combat pour obtenir vérité, justice et réparations. Vos signatures seront remises au Conseil consultatif présidentiel.



Monsieur,

Nous sommes profondément préoccupés par le fait que des victimes de violences sexuelles lors des conflits dans la province de Nanggroe Aceh Darussalam et dans toute l'Indonésie n'ont toujours pas pu obtenir justice, vérité et réparations.

Nous accueillons avec bon espoir les informations selon lesquelles le président de l'Indonésie aurait donné pour instruction au Conseil consultatif présidentiel d'élaborer un projet visant à prendre des mesures à la suite des graves violations des droits humains commises par le passé dans le pays et nous appelons vivement les autorités indonésiennes à prendre immédiatement les initiatives suivantes pour améliorer la situation des femmes victimes de conflit :

• présenter, adopter et mettre en œuvre sans délai une nouvelle loi portant sur des commissions vérité, conforme aux normes et au droit internationaux, garantissant que les actes de violence sexuelle et liée au genre perpétrés contre des femmes ne restent pas impunis ;

• établir un programme national pour accorder des réparations pleines et entières, effectives et « transformatives » (comprenant la restitution, l'indemnisation, la réadaptation, la réhabilitation et des garanties de non-répétition) à toutes les personnes dont les droits fondamentaux ont été bafoués par le passé ;

• veiller à ce que toutes les atteintes aux droits humains, y compris les actes de violence sexuelle, commises dans le passé par des acteurs étatiques ou des agents non gouvernementaux fassent l'objet d'enquêtes exhaustives et de poursuites judiciaires efficaces.

Veuillez agréer, Monsieur, l'expression de notre haute considération.

1606
appels envoyés

Passez à l'action

Campaign has expired
653,687
Nombre total d’actions entreprises
par des personnes telles que vous