Rémunération des salariés

Rémunération des salariés

Amnesty International est le plus grand mouvement de défense des droits humains au monde, avec un revenu annuel d’environ 215 millions de livres sterling (278 millions d’euros) et quelque 2 400 employés dans 70 pays.

Nous sommes convaincus qu’il est important d’œuvrer pour la transparence et l’obligation de rendre des comptes dans l’ensemble de notre travail, y compris dans notre politique de rémunération.

Conformément au rapport de 2014 du National Council for Voluntary Organisations sur les salaires des dirigeants des organisations à but non lucratif, nous avons défini notre politique de rémunération des membres de notre direction générale.

Notre rapport d’impact contient des informations détaillées sur Amnesty International et son impact.

Notre philosophie de la rémunération

Nous sommes extrêmement conscients du fait que nous sommes financés par nos membres et que nous devons utiliser au mieux cet argent pour avoir un réel impact sur le terrain en matière de droits humains.

Nous proposons des contrats attractifs et compétitifs à tous nos salariés afin de pouvoir attirer et conserver les meilleures compétences dans les domaines du droit, de la recherche, du militantisme et du travail de campagne, de la communication et de la collecte de fonds.

Nous savons que nous sommes capables d’attirer du personnel à des salaires inférieurs aux prix du marché pour des postes similaires dans d’autres secteurs. Lorsque nous définissons des niveaux de salaire, notamment pour les postes de dirigeants, ce taux salarial inférieur est pris en compte.

Notre politique de rémunération tient compte des différences dans les multiples pays où se trouvent nos salariés, ainsi que de la culture et des valeurs mondiales de notre mouvement.

Comment les salaires sont déterminés

Le Bureau exécutif international, dont les membres sont directement élus par le Conseil international (CI), est chargé, via son Comité des rémunérations, de garantir une approche objective de la gestion des salaires et avantages, afin d’éviter toute partialité ou risque de conflit d’intérêts (réel ou ressenti). Le Comité des rémunérations décide des salaires de la direction générale.

Ce Comité est constitué du/de la président-e du Bureau exécutif international, de deux autres membres de ce Bureau et d’un expert indépendant. Il se réunit au moins deux fois par an. Amnesty International veille au respect des règles suivantes :

  • Les rémunérations et avantages offerts ne doivent pas dépasser les capacités de paiement de l’organisation.
  • Les salaires et la politique de rémunération ne doivent pas être discriminatoires.
  • Tous les postes sont analysés à l’aide d’un système d’évaluation à des fins d’équité et de transparence.
  • Aucun salaire additionnel n’est versé par le biais de primes ou de plans de motivation à long terme.
  • Tous les salaires sont soumis à l’impôt conformément à la législation locale.
  • Les avantages non salariaux (retraite, couverture médicale dans certains pays, etc.) sont évalués afin de s’assurer qu’ils concordent avec les pratiques reconnues et les avantages offerts.
  • Un système de gestion des performances assure une interconnexion entre les augmentations salariales et la réalisation d’un certain niveau de performance. Pour pouvoir prétendre à une augmentation, le salarié devra être allé au-delà du niveau de performance attendu.
  • La grille des salaires est revue chaque année, toute augmentation étant subordonnée à l’évaluation a) du budget disponible, b) des performances et c) du marché.
  • Nous publions chaque année le ratio entre le plus haut salaire au sein d’Amnesty International et le salaire médian (pour les postes basés au Royaume-Uni), ainsi que le ratio entre le plus haut salaire et le plus bas).
  • Nous rendons public annuellement le total des cinq plus hauts salaires versés aux membres du Secrétariat international, ainsi que le détail, ventilé par fourchette de rémunération, des salaires les plus élevés (supérieurs à 60 000 livres sterling). Ces informations apparaissent dans les comptes certifiés d’AI Limited, conformément aux pratiques recommandées au Royaume-Uni (Statements of Recommended Practice, ou SORP).
  • Nous prenons pour référence le 50e centile des postes comparables dans d’autres organisations du secteur caritatif. Cette donnée constitue le salaire médian cible pour un poste donné, avec une fourchette de -10 % à +20 %, la partie haute de cette fourchette s’appliquant au salaire d’une personne dont les performances sont excellentes.

Dernières données sur les salaires

  • Pour la période du 1er janvier 2014 au 31 décembre 2014, le montant total des cinq plus hauts salaires versés aux membres du Secrétariat international s’est élevé à 618 281 livres sterling (en 2013, ce montant était de 627 039 livres).
  • Le total des salaires annuels des membres de la direction générale au 31 janvier 2015 (huit personnes) était de 802 411 livres. Le salaire du secrétaire général, payé 205 000 livres, n’est pas compris dans ce total.
  • En 2014, le ratio entre le plus haut salaire et le salaire médian était de 4,0 (en 2013 : 4,1) et le ratio entre le plus haut et le plus bas salaire de 6,9 (en 2013 : 7,1).
  • Le tableau ci-dessous montre de façon plus détaillée la répartition des plus hauts salaires versés en 2014.

 

 

Nombre de salarié-e-s par fourchette de salaire

(selon les comptes annuels clos en décembre 2014)

Nombre de salarié-e-s par fourchette de salaire

n’ayant pas touché d’indemnités de licenciement

Nombre de salarié-e-s par fourchette de salaire

ayant touché des indemnités de licenciement

60,000 - 70,000 35 34 1
70,000 - 80,000 23 21 2
80,000 - 90,000 5 2 3
90,000 - 100,000 3 1 2
100,000 - 110,000 6 5 1
110,000 - 120,000 2 1 1
120,000 - 130,000 0 0 0
150,000 - 160,000 1 0 1
200,000 - 210,000 1 1 0
Total 76 65 11

Remarque : ce tableau indique le nombre de salariés par fourchette de salaire tel qu’il figure dans les comptes certifiés clos le 31 décembre 2014. Il précise le nombre d’employés londoniens qui ont touché des indemnités de licenciement en raison du programme de transition visant à nous rapprocher du terrain. Autrefois basée principalement à Londres, Amnesty International a ouvert des bureaux dans des villes d’Afrique, d’Asie et du Pacifique, d’Europe centrale et orientale, d’Amérique latine et du Moyen-Orient. Ces bureaux constituent des plateformes importantes d’où nous pouvons mener nos enquêtes, nos campagnes et notre communication. Ils nous permettent de réagir plus rapidement et plus efficacement aux violations des droits humains où qu’elles se produisent dans le monde.

Vous trouverez d’autres informations sur les salaires et les retraites dans le document certifié Rapports annuels et états financiers.

Dernière mise à jour : juin 2015