Saint-Kitts-et-Nevis


La situation des droits humains : Fédération de Saint-Kitts-et-Nevis


Amnesty International  Rapport 2013


L'entrée
Saint-Kitts-et-Nevis est maintenant en ligne

Chef de l’État Elizabeth II, 
représentée par Cuthbert Montraville Sebastian

Chef du gouvernement Denzil Llewellyn Douglas

Peine de mort maintenue

Espérance de vie 70 ans

Taux d’alphabétisation des adultes 97,8 %


Un moratoire sur les exécutions a été levé et un homme a été exécuté en décembre.


Peine de mort


Après dix ans de moratoire, les exécutions ont repris. Charles Elroy Laplace a été pendu le 19 décembre. Cet homme avait été condamné à mort le 30 mars 2006 pour le meurtre de sa femme, commis en 2004. Le Premier ministre a fait savoir que la Cour d’appel avait, le 29 octobre 2008, déclaré irrecevable un recours qui n’avait pas été déposé dans les délais prescrits. Il y a lieu de se demander si toutes les voies de recours disponibles ont été véritablement utilisées et si le prisonnier a pu faire valoir son droit à solliciter l’amnistie, la grâce ou une commutation de peine.

"D’après les informations communiquées par la presse, huit prisonniers étaient encore sous le coup de la peine capitale dans le pays.
"

Lorsqu’il a annoncé l’exécution à l’Assemblée nationale, le Premier ministre a qualifié la peine capitale de « mesure dissuadant les membres de la population d’ôter la vie à autrui ». La montée de la criminalité violente a rendu l’opinion publique plus favorable à la reprise des exécutions. 


D’après les informations communiquées par la presse, huit prisonniers étaient encore sous le coup de la peine capitale dans le pays.


En décembre, Saint-Kitts-et-Nevis a voté contre la résolution de l’Assemblée générale des Nations unies sur l’instauration d’un moratoire mondial sur les exécutions.


Documents d’Amnesty International


Saint-Kitts-et-Nevis. L’exécution qui a eu lieu est un acte scandaleux (22 décembre 2008).