Porto Rico


La situation des droits humains : Commonwealth de Porto Rico


Amnesty International  Rapport 2013


L'entrée
Porto Rico est maintenant en ligne

Chef de l’État George W. Bush

Chef du gouvernement Aníbal Aceveda-Vilá

Peine de mort abolie

Population 4 millions

Espérance de vie 79 ans

Mortalité des moins de cinq ans (M/F) 9 / 8 ‰


D’après les informations reçues, des migrants et des habitants des quartiers pauvres auraient été victimes de brutalités policières ; la police aurait en outre pratiqué la discrimination et le profilage racial.


Mauvais traitements infligés par la police


"Selon les représentants de groupes de migrants, des policiers effectuaient régulièrement des descentes dans les quartiers pauvres à la recherche de migrants sans papiers..."

Des cas de brutalités policières à l’égard de migrants provenant de République dominicaine ont été signalés. En octobre, le consulat dominicain à San Juan a signalé dans un rapport au Sénat portoricain qu’il recevait de nombreuses plaintes de ses ressortissants faisant état d’exactions et de discriminations infligées par la police portoricaine. Le rapport citait 15 allégations récentes de violences policières. Selon les représentants de groupes de migrants, des policiers effectuaient régulièrement des descentes dans les quartiers pauvres à la recherche de migrants sans papiers, qu’ils arrêtaient arbitrairement. Les interpellés étaient alors remis aux autorités fédérales afin d’être expulsés, bien que la police portoricaine ne soit pas habilitée à faire appliquer la loi sur l’immigration. Le service de police de Porto Rico a nié les faits qui lui étaient imputés.


Pour avoir battu un homme à mort en 2003 et avoir tenté de dissimuler leurs actes, six agents du service de police municipal de San Juan ont été inculpés par un « grand jury » (jury d’accusation) de violation des droits civils reconnus par la législation fédérale et d’entrave à la justice.


Discrimination


Le rapporteur spécial des Nations unies sur le racisme s’est rendu en mai et juin à Porto Rico, où il a recueilli des témoignages sur les allégations selon lesquelles la police pratiquait le profilage racial et infligeait des mauvais traitements aux migrants et aux habitants des quartiers pauvres, comme celui de Villa Cañona, dans la ville de Loíza. Il s’est aussi rendu sur les lieux où le Bureau fédéral des enquêtes (FBI) avait abattu le militant indépendantiste Filiberto Ojeda Ríos en 2005, lors d’une opération fortement contestée. L’Union américaine pour les libertés publiques (ACLU) de Porto Rico lui a présenté les résultats préliminaires de ses enquêtes sur 42 décès inexpliqués survenus dans la prison de Guerrero en l’espace de trois ans. Le rapporteur spécial devait publier son rapport en 2009.