Djibouti - Rapport 2010 d'Amnesty International

La situation des droits humains : RÉPUBLIQUE DE DJIBOUTI

Amnesty International  Rapport 2013


L'entrée
Djibouti est maintenant en ligne

Chef de l’État
Ismaïl Omar Guelleh
Chef du gouvernement
Dileita Mohamed Dileita
Peine de mort
abolie
Population
0,9 million
Espérance de vie
55,1 ans
Mortalité des moins de cinq ans (M/F)
134 / 116 ‰
Taux d’alphabétisation des adultes
70,3 %

La liberté d’expression était restreinte. Le gouvernement a entravé des activités syndicales. Des défenseurs des droits humains ont subi des manœuvres de harcèlement et d’intimidation de la part des autorités.

Contexte

Le pays affichait toujours un taux de chômage élevé. La hausse du prix des denrées alimentaires constatée au niveau mondial a contribué à aggraver la malnutrition au sein de la population démunie. L’Érythrée a maintenu une présence militaire dans la région de Ras Doumeira et sur l’île de Doumeira, qui font l’objet d’un litige entre les deux pays.

Liberté d’expression

La liberté d’expression était restreinte. Les journalistes pratiquaient l’autocensure pour éviter d’être harcelés par les autorités, qui imposaient des restrictions à la presse indépendante. Les pouvoirs publics surveillaient l’action des défenseurs des droits humains, prêts à les harceler et à les intimider afin de les empêcher de mener à bien des activités légales.

  • Le poète Ahmed Darar Robleh a été arrêté le 2 juillet pour avoir écrit des textes critiques à l’égard du chef de l’État. Il a été condamné à six mois d’emprisonnement le 19 juillet.

Liberté d’association

Le gouvernement a, selon certaines informations, perturbé des activités syndicales.

  • Le 13 octobre, sur instruction du cabinet du Premier ministre, la police a empêché l’Union djiboutienne du travail (UDT) d’organiser un séminaire au Palais du peuple, à Djibouti.

Forces de sécurité

  • Des soldats auraient extorqué de l’argent à Houmad Mohamed Ibrahim, un chef local du district de Tadjourah. Après l’avoir frappé, ainsi que des membres de sa famille, les militaires ont emmené les hommes présents dans la caserne de Tadjouradh. Houmad Mohamed Ibrahim et ses proches ont été arbitrairement détenus, et battus de nouveau.