Burkina Faso

La situation des droits humains : Burkina Faso

Amnesty International  Rapport 2013


L'entrée
Burkina Faso est maintenant en ligne

Chef de l’État Blaise Compaoré
Chef du gouvernement Tertius Zongo

Peine de mort abolie en pratique

Population  15,2 millions
Espérance de vie 51,4 ans

Mortalité des moins de cinq ans (M/F)183 / 176 ‰

Taux d’alphabétisation des adultes 23,6 %


Plus de 300 personnes ont été arrêtées au cours de manifestations dénonçant l’augmentation du coût de la vie et plus de 80 d’entre elles ont été condamnées à des peines de réclusion sans avoir pu consulter un avocat.


Arrestations et détentions arbitraires 


En février, plusieurs manifestations visant à dénoncer l’augmentation du coût de la vie ont eu lieu dans la capitale, Ouagadougou, et dans la deuxième ville du pays, Bobo-Dioulasso. La situation a dégénéré lorsque des manifestants ont détruit des biens et lancé des pierres en direction de la police. Les forces de sécurité ont arrêté plusieurs centaines de personnes. En mars, 80 d’entre elles, peut-être davantage, ont été condamnées à des peines d’emprisonnement sans avoir pu bénéficier des services d’un avocat. 


  • Nana Thibaut, responsable du Rassemblement démocratique et populaire (RDP, opposition), a été condamné à trois années de détention. 


Impunité


Aucun progrès n’a été signalé dans l’enquête sur l’assassinat du journaliste Norbert Zongo, perpétré en 1998.


Droit à la santé


Le taux de mortalité maternelle demeurait très élevé, bien que le gouvernement ait adopté au cours des deux dernières années certaines mesures afin d’améliorer l’accès aux services de santé maternelle, notamment en diminuant les frais d’accouchement normal. 


Peine de mort


En février, un homme aurait été condamné à mort à Dédougou. 


Visites d’Amnesty International


Une délégation d’Amnesty International s’est rendue 
au Burkina Faso en juillet.