Bénin - Rapport 2010 d'Amnesty International

La situation des droits humains : RÉPUBLIQUE DU BÉNIN

Amnesty International  Rapport 2013


L'entrée
Bénin est maintenant en ligne

Chef de l’État et du gouvernement
Thomas Boni Yayi
Peine de mort
abolie en pratique
Population
8,9 millions
Espérance de vie
61 ans
Mortalité des moins de cinq ans (M/F)
123 / 118 ‰
Taux d’alphabétisation des adultes
40,5 %

Plusieurs manifestations ont été interdites. Au moins une personne est morte en détention, apparemment à la suite de mauvais traitements. Les conditions carcérales demeuraient éprouvantes en raison de la surpopulation. Au moins cinq personnes ont été condamnées à mort.

Liberté de réunion

En mai, les autorités ont invoqué des raisons de sécurité pour interdire tout rassemblement public dans deux départements du nord du pays. En juillet, elles ont prohibé plusieurs manifestations organisées par les syndicats à Cotonou pour dénoncer la corruption et le renchérissement des produits de première nécessité.

Torture et autres mauvais traitements – mort en détention

  • En février, Adam Yessoufa, qui avait été arrêté par la gendarmerie de Karimama, dans le nord du pays, est mort pendant sa garde à vue, semble-t-il après avoir été frappé par des membres des forces de sécurité. L’affaire a été portée devant le procureur mais les résultats de l’enquête, si elle a eu lieu, n’ont pas été rendus publics et aucune inculpation n’a été prononcée.

Conditions carcérales

Les prisons continuaient d’être surpeuplées. Dans celle d’Abomey, située dans le centre du pays, le nombre de prisonniers était apparemment six fois supérieur à la capacité de l’établissement, d’où des conditions de vie très éprouvantes pour les détenus.

Peine de mort

Au moins cinq personnes ont été condamnées à mort par contumace, en novembre et en décembre, par la cour d’appel de Parakou. La dernière exécution remonterait à 1987.