Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

20 mars 2012

Les habitants de bidonvilles de toute l'Afrique appellent les gouvernements à respecter le droit au logement

Les habitants de bidonvilles de toute l'Afrique appellent les gouvernements à respecter le droit au logement
Kibera est l'une des zones d'habitat informel les plus étendues du Kenya.

Kibera est l'une des zones d'habitat informel les plus étendues du Kenya.

© Amnesty International


Des enfants vivant dans un bidonville de Lomé, au Togo, participent à la campagne d'Amnesty International.

© Amnesty International


Les dirigeants africains doivent en faire plus pour mettre un terme aux expulsions forcées et tenir compte en priorité, dans leurs politiques de logement et de gestion des terres, des besoins des populations qui vivent dans la pauvreté.
Source: 
Erwin van der Borght, directeur du programme Afrique d'Amnesty International

Des milliers d'habitants de bidonvilles, dont certains sont menacés d'expulsion forcée, participent à une semaine d'action dans toute l'Afrique, soutenus par Amnesty International et ses partenaires.

Des militants vivant en Égypte, au Ghana, au Kenya, au Nigeria, au Tchad et au Zimbabwe vont appeler leurs gouvernements à mettre un terme aux expulsions forcées et à veiller à ce que les habitants de bidonvilles aient un accès égal à l'eau, à l'éducation, à la santé et aux autres services de base.

« Chaque année, sur l'ensemble du continent, des centaines de milliers de personnes se retrouvent à la rue après une expulsion forcée. La plupart du temps, ces expulsions sont menées dans le mépris le plus complet du droit international et des normes les plus fondamentales en matière de droits humains », a déclaré Erwin van der Borght, directeur du programme Afrique d'Amnesty International.

« Les dirigeants africains doivent en faire plus pour mettre un terme aux expulsions forcées et tenir compte en priorité, dans leurs politiques de logement et de gestion des terres, des besoins des populations qui vivent dans la pauvreté. »

Les rassemblements qui vont avoir lieu un peu partout sur le continent coïncident avec la Conférence ministérielle africaine sur le logement et le développement urbain, qui se déroule à Nairobi du 20 au 23 mars.

Mercredi 21 mars, quelque 1 000 personnes vivant dans des bidonvilles défileront à Accra, la capitale du Ghana, accompagnées d'une fanfare pour faire entendre leurs exigences.

À Nairobi, la capitale kényane, 54 habitants de quartiers informels, représentant chacun symboliquement un pays de l'Union africaine, participeront jeudi 22 mars à une conférence parallèle, intitulée « Nous vivons ici », reflétant la Conférence ministérielle officielle qui se déroulera dans le même bâtiment.

Les participants seront des représentants des bidonvilles de Nairobi et un représentant de zones d'habitat informel du Zimbabwe, du Ghana et du Nigeria. Les militants prendront part à une discussion en direct sur Facebook à 11 heures TU.

Le même jour, dans la ville de Gizeh, en Égypte, des enfants de plusieurs zones d'habitat informel donneront des représentations de théâtre, de danse, de chant et de poésie au théâtre El Samer, dans le quartier Mohandessin.

Jeudi également, des centaines d'habitants de cinq quartiers situés au bord de l'eau à Port Harcourt, au Nigeria, parleront de leur expérience, des menaces d'expulsion forcée et des conséquences des démolitions.

Au Zimbabwe, Harare, la capitale, accueillera un festival de théâtre et de musique durant lequel trois troupes joueront des pièces sur les expulsions forcées, écrites pour l'occasion, et interpréteront les revendications des habitants des bidonvilles en matière de droit au logement.

Enfin, un véhicule podium transportera ce week-end des animateurs et des célébrités locales, telles que le rappeur kényan Juliani, à travers Korogocho, Kibera, Mathare et Mukuru Kwa Njenga, des bidonvilles situés autour de Nairobi.

« Sans cesse, des gouvernements dans toute l'Afrique enfreignent le droit international et laissent des millions de personnes sans abri et sans ressources », a déclaré Erwin van der Borght.

« Les autorités de ces pays doivent faire participer activement les personnes les plus concernées à l'élaboration de solutions pouvant permettre de rompre le cercle vicieux de la pauvreté et des atteintes aux droits humains, qui emprisonne nombre d'entre elles. »


Participez à la semaine d'action – signez la pétition pour en finir avec les expulsions forcées

Région ou pays

Afrique 
Afrique 

Pays

Tchad 
Égypte 
Ghana 
Kenya 
Nigeria 
Zimbabwe 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

15 septembre 2014

La nouvelle mission de maintien de la paix des Nations unies en République centrafricaine doit être déployée de toute urgence dans son intégralité pour être en mesure d’assurer... Pour en savoir plus »

04 septembre 2014

Depuis plusieurs années, Amnesty International enquête et recueille des éléments de preuve sur la torture au Mexique. Voici quelques-uns des faits les plus troublants. 

Pour en savoir plus »
11 août 2014

Les familles de milliers de civils afghans tués par les forces américaines et de l’OTAN en Afghanistan ont été privées de justice, écrit Amnesty International dans un nouveau... Pour en savoir plus »

02 septembre 2014

Les poursuites engagées par les autorités turques contre des personnes les ayant critiquées sur Twitter mettent en évidence la profonde hypocrisie du pays hôte du Forum sur la... Pour en savoir plus »

03 septembre 2014

La décapitation du journaliste américain Steven Sotloff par des militants de l’État islamique est le dernier en date d’une série de crimes de guerre perpétrés par le groupe... Pour en savoir plus »