Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

4 juillet 2012

Autorité palestinienne : il faut que les victimes de violences policières à Ramallah obtiennent justice

Autorité palestinienne : il faut que les victimes de violences policières à Ramallah obtiennent justice
Des dizaines de policiers palestiniens ont agressé des manifestants pacifiques lors de deux manifestations à Ramallah.

Des dizaines de policiers palestiniens ont agressé des manifestants pacifiques lors de deux manifestations à Ramallah.

© ABBAS MOMANI/AFP/GettyImages


La police a attaqué le journaliste indépendant Mohammad Jaradat alors qu'il effectuait un reportage sur les manifestations.

© Amnesty International


La violence policière dont notre délégation a été témoin à Ramallah est choquante et parfaitement inacceptable. La commission formée pour enquêter sur ces faits doit disposer des ressources et de l'autorité nécessaires pour mener avec célérité une enquête fiable, indépendante et efficace.
Source: 
Ann Harrison, directrice adjointe du programme Moyen Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International

L'enquête sur le recours excessif à la force par la police palestinienne contre des manifestants pacifiques à Ramallah doit être menée de manière indépendante et transparente et les responsables doivent être traduits en justice, a déclaré Amnesty International mercredi 4 juillet dans une lettre adressée au président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.

Le cabinet du président a nommé, lundi 2 juillet, une commission chargée d'enquêter sur les faits du 30 juin et du 1er juillet, lorsque les forces de sécurité ont attaqué des dizaines de personnes qui manifestaient à Ramallah, en Cisjordanie.

Des représentants d'Amnesty International ont assisté à la manifestation du 1er juillet et ont vu des manifestants pacifiques être attaqués et roués de coups par les forces de sécurité (y compris des policiers en civil) dont certains membres étaient armés. Ils ont également recueilli les témoignages de personnes qui avaient été hospitalisées pour des blessures causées par la police lors des manifestations du 30 juin et du 1er juillet.

« La violence policière dont notre délégation a été témoin à Ramallah est choquante et parfaitement inacceptable. La commission formée pour enquêter sur ces faits doit disposer des ressources et de l'autorité nécessaires pour mener avec célérité une enquête fiable, indépendante et efficace », a déclaré Ann Harrison, directrice adjointe du programme Moyen Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International.

« Il faut que les résultats de l'enquête soient rendus publics dans les meilleurs délais et les responsables doivent être traduits en justice dans le cadre de procédures conformes aux normes internationales en matière d'équité des procès. Le droit des victimes à obtenir réparation, y compris – mais pas uniquement - une indemnisation, doit également être garanti.

Les manifestations pacifiques ont été organisées par des groupes de la société civile et des militants palestiniens opposés à une rencontre entre Mahmoud Abbas et le vice-Premier ministre israélien Shaul Mofaz, qui était prévue pour le 1er juillet.

Jeudi 30 juin, après 17 heures, environ 200 personnes se sont rassemblées sur la place al Manara de Ramallah et ont commencé à descendre dans le calme la rue d'Israel en direction des locaux présidentiels.

Des dizaines de policiers palestiniens en uniforme et en civil étaient présents et ont eu recours à la force pour empêcher la foule d'avancer.

Cinq manifestants ont été maintenus en détention pendant cinq heures au principal poste de police de Ramallah où, selon leurs dires, la police les aurait maltraités.

Les journalistes qui couvraient la manifestation ont également été frappés et ont été empêchés de filmer ou de prendre des photos.

Le journaliste indépendant Mohammad Jaradat, 33 ans, a été hospitalisé pour des blessures reçues alors qu'il effectuait un reportage sur la manifestation du 30 juin.

Lorsqu'il s'est entretenu avec les représentants d'Amnesty International à l'hôpital de Ramallah le 30 juin, Mohammad Jaradat leur a expliqué comment des policiers en civil l'ont attaqué, notamment en le frappant à coups de poing et de pied et en le jetant au sol, à la fois dans la rue pendant la manifestation puis après l'avoir traîné au poste de police.

Selon ses déclarations, lorsqu'il était au poste de police, il a été maintenu à terre et frappé sur tout le corps à l'aide d'une matraque par un policier en civil. Amnesty International estime que le traitement qu'il a reçu alors qu'il était en garde à vue équivaut à de la torture.

Mohammad Jaradat n'a été libéré et conduit à l'hôpital principal de Ramallah qu'après avoir été reconnu par un policier. Il s'est fait admettre à l'hôpital, où il est resté deux jours et a été soigné pour de graves blessures dues aux coups qu'il avait reçus.

Dix manifestants ont reçu des soins à l'hôpital pour des blessures causées par la police et les forces de sécurité le 30 juin. Au soir du 1er juillet, 18 manifestants avaient déposé des plaintes auprès de la Commission indépendante pour les droits humains.

Des événements similaires se sont déroulés le dimanche 1er juillet, quand une seconde marche a été organisée pour protester contre les violences policières de la veille. La délégation d'Amnesty International a observé la manifestation.

Plusieurs des personnes blessées lors de la manifestation du 1er juillet ont plus tard décrit à Amnesty International la manière dont elles ont été frappées, notamment à coups de pied, poussées, insultées et autrement maltraitées par les forces de sécurité.

Dalia, 22 ans, a été admise à l'hôpital pour des blessures à la tête, aux bras et aux jambes après avoir reçu des coups de poing et de pied et avoir été griffée par des policiers lors de la manifestation de dimanche.

Amnesty International et des organisations locales de défense des droits humains qui ont assisté aux manifestations n'ont rien vu qui indique que des manifestants prônaient ou avaient recours à la violence.

« Les témoignages que nous avons entendus soulèvent de graves inquiétudes quant au respect de l'Autorité palestinienne pour le droit de se réunir pacifiquement et le droit à la liberté d'expression, garantis par la loi fondamentale palestinienne ainsi que par les traités internationaux relatifs aux droits humains », a souligné Ann Harrison.

« Pour en finir avec le climat d'impunité qui a caractérisé de précédentes enquêtes sur des fautes commises par la police, dont les résultats n'ont pas été rendus publics, celle de la commission sur les récents événements à Ramallah doit être menée de manière transparente et rendue publique dans les meilleurs délais.

Il est essentiel que les responsables de ces graves atteintes aux droits humains perpétrées contre des manifestants pacifiques soient traduits en justice lors de procès conformes aux normes internationales d'équité. Annoncer la tenue d'une enquête n'est que la première étape pour rendre justice et apporter réparation aux personnes blessées par les forces de sécurité et Amnesty International suivra de près chaque étape du processus. »

Thème

Liberté d'expression 
Application des lois 

Pays

Israël et territoires palestiniens occupés 

Région ou pays

Moyen-Orient et Afrique du Nord 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

18 septembre 2014

Les policiers et les militaires nigérians torturent couramment des hommes, des femmes et des adolescents – parfois âgés de seulement 12 ans – au moyen de diverses méthodes... Pour en savoir plus »

04 septembre 2014

Depuis plusieurs années, Amnesty International enquête et recueille des éléments de preuve sur la torture au Mexique. Voici quelques-uns des faits les plus troublants. 

Pour en savoir plus »
23 septembre 2014

Le commerce, la fabrication et l’exportation des instruments de torture par des entreprises chinoises, en plein essor, alimentent les violations des droits humains en Afrique... Pour en savoir plus »

02 septembre 2014

Les poursuites engagées par les autorités turques contre des personnes les ayant critiquées sur Twitter mettent en évidence la profonde hypocrisie du pays hôte du Forum sur la... Pour en savoir plus »

03 septembre 2014

La décapitation du journaliste américain Steven Sotloff par des militants de l’État islamique est le dernier en date d’une série de crimes de guerre perpétrés par le groupe... Pour en savoir plus »