Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

23 février 2012

Mali : le gouvernement doit cesser de bombarder les civils

Mali : le gouvernement doit cesser de bombarder les civils
Des milliers de réfugiés ont fui les combats dans le nord du Mali qui menacent de plonger la région dans le chaos.

Des milliers de réfugiés ont fui les combats dans le nord du Mali qui menacent de plonger la région dans le chaos.

© AFP/ Getty Images


Ce sont les civils qui sont les victimes principales de ces bombardements aveugles.
Source: 
Gaëtan Mootoo, chercheur d'Amnesty International sur l'Afrique de l'Ouest

Le gouvernement malien doit cesser de bombarder la population civile dans le nord du pays, a dit Amnesty International aujourd'hui, après le mort d'une fillette de 4 ans atteinte par un obus.

Fata Walette Ahmedou a été blessée hier après-midi lorsqu'un hélicoptère de l'armée a bombardé le campement de Kel Essouck près de Kidal, une ville située à quelque 1 600 km au nord-est de Bamako, la capitale. La fillette est morte de ses blessures ce matin.

Au moins douze autres personnes ont été blessées dans l'attaque, y compris Khawlata Walette Alladi qui a subi de graves blessures pelviennes et a été amputée d'une jambe. Une autre femme qui avait récemment accouché a été blessée à la tête.

« Ce sont les civils qui sont les victimes principales de ces bombardements aveugles. Au-delà des pertes humaines, ces bombardements ont décimé des dizaines de bovins, de chameaux et de chèvres qui constituent le moyen de subsistance des populations nomades touarègues », a dit Gaëtan Mootoo, chercheur d'Amnesty International sur l'Afrique de l'Ouest.

« Ces bombardements violent le droit international humanitaire et le gouvernement doit y mettre fin immédiatement. »

La région de Kidal est bombardée par des hélicoptères de l'armée depuis le 11 février 2012.

Un témoin a dit à Amnesty International : « Après l'attaque, quinze cartouches avec hélices ont été retrouvées. »

Le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), un groupe d'opposition armé, a lancé une rébellion militaire le mois dernier dans le nord du pays.

Depuis lors, des dizaines de personnes ont été tuées et des milliers d'autres ont été déplacées suite aux affrontements qui opposent le MNLA et l'armée malienne. Beaucoup ont trouvé refuge dans les pays voisins, le Niger, le Burkina Faso et la Mauritanie.

Le 18 février 2012, le MNLA aurait tué Moussa Balobo Maïga, chef du village de Hombori, (environ 900 km nord-est de Bamako). Le MNLA a réfuté ces accusations et a accusé la gendarmerie malienne.

Amnesty International s'inquiète également des informations indiquant que, le 17 février 2012, deux Touaregs travaillant pour la Croix-Rouge ont été brièvement détenus et maltraités par l'armée à l'extérieur de la ville de Kidal.

« L'armée malienne et le MNLA doivent tout faire en leur pouvoir afin de protéger toute personne ne participant pas activement aux hostilités tels que cela est stipulé dans les Conventions de Genève », a dit Gaëtan Mootoo.

Thème

Conflit armé 
Groupes armés 
Enfants 
Crimes contre l'humanité et crimes de guerre 
Équipement militaire, de sécurité et de police 
Réfugiés, personnes déplacées et migrants 

Pays

Mali 

Région ou pays

Afrique 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

15 décembre 2014

Militante exemplaire, Maria Shongwe a surmonté un certain nombre d’obstacles auxquels sont confrontées de nombreuses femmes et jeunes filles en Afrique du Sud, notamment... Pour en savoir plus »

16 décembre 2014

Chelsea Manning purge une peine de 35 ans de prison pour avoir communiqué des informations confidentielles du gouvernement américain au site Internet Wikileaks. Depuis sa... Pour en savoir plus »

08 décembre 2014

Une démarche généreuse a transformé l’ouvrière chinoise Liu Ping en militante anticorruption acharnée. Liao Minyue, sa fille, raconte ce qui s’est passé.

 

Pour en savoir plus »
11 décembre 2014

Le commandant de sous-marin John Remø prenait soin de dissimuler toutes les preuves, cachant les vêtements de femme à la cave. Ce n’est qu’au bout de 30 ans que le... Pour en savoir plus »

12 décembre 2014

L’avocat Mohammed al Roken a été condamné à 10 ans d’emprisonnement en juillet 2013 à la suite d’une vague de répression contre les militants politiques et les... Pour en savoir plus »