Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

8 mars 2013

Libye : une chaîne télévisée attaquée alors que les tensions montent autour de la loi sur l'isolement politique

Libye : une chaîne télévisée attaquée alors que les tensions montent autour de la loi sur l'isolement politique
Des hommes armés ont fait irruption au siège d'une chaîne de télévision privée.

Des hommes armés ont fait irruption au siège d'une chaîne de télévision privée.

© AFP PHOTO/MAHMUD TURKIA


Si les déclarations officielles condamnant cette attaque vont dans le bon sens, le seul moyen de protéger la liberté d'expression en Libye consiste à enquêter sur cet événement et à contrôler les milices, par l'entremise d'un programme efficace de désarmement, de démobilisation et de réinsertion.
Source: 
Hassiba Hadj Sahraoui, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International

L'attaque contre une chaîne de télévision à Tripoli, après la diffusion d'un débat sur la loi qui interdirait aux anciens cadres du régime Kadhafi d'occuper des postes à responsabilités au sein des institutions publiques, doit alerter les autorités et les inciter à prendre le contrôle des milices locales, a déclaré Amnesty International vendredi 8 mars.

Quelques jours auparavant, le 5 mars, la réunion du Congrès général national a été violemment interrompue par des centaines de manifestants qui cherchaient à obliger les députés à promulguer la loi sur le bannissement politique. Son président, Mohammad Magarief, a essuyé des tirs alors qu'il partait à bord d'un véhicule, les membres du Congrès ayant finalement été autorisés à quitter les lieux.

Le 7 mars, un large groupe d'hommes non identifiés ont fait irruption au siège d'Al Assema TV, chaîne privée d'informations basée à Tripoli. Ils ont enlevé quatre hommes, dont le propriétaire de la chaîne Jumaa Al Usta, l'ancien directeur exécutif Nabil Al Shibani et les journalistes Mohammad Al Houni et Mahmoud Al Sharkassi.

Les deux journalistes ont été relâchés quelques heures plus tard ; en revanche, on ignore toujours où se trouvent Jumaa Al Usta et Nabil Shibani.

Selon certaines informations, cette attaque aurait été menée en représailles, suite à la diffusion par la chaîne d'une discussion sur la loi sur le bannissement politique, proposition actuellement débattue devant le Parlement libyen. Aux termes de cette loi, les anciens cadres du régime de Kadhafi seraient écartés des postes à responsabilités dans les institutions publiques pendant 10 ans.

« Les parlementaires libyens affirment que les médias doivent pouvoir débattre et traiter des questions d'intérêt public sans restrictions et en toute sécurité, a commenté Hassiba Hadj Sahraoui, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International. Jumaa Al Usta et Nabil Al-Shibani doivent être libérés immédiatement.

« Si les déclarations officielles condamnant cette attaque vont dans le bon sens, le seul moyen de protéger la liberté d'expression en Libye consiste à enquêter sur cet événement et à contrôler les milices, par l'entremise d'un programme efficace de désarmement, de démobilisation et de réinsertion. »

Sous sa forme actuelle, la loi sur l'isolement politique interdit à 36 catégories de fonctionnaires qui ont été directement responsables « de la corruption de la vie politique, économique, sociale et administrative » en Libye sous le régime de Kadhafi, d'occuper des postes à responsabilités au sein des institutions publiques pendant une période de 10 ans.

Cette loi prévoit d'exclure les membres du Conseil de commandement révolutionnaire, ceux qui ont accumulé des richesses au détriment du peuple libyen, comme ceux qui ont participé à des activités ou des travaux scientifiques, universitaires, religieux, culturels ou sociaux ayant pour but de glorifier Mouammar Kadhafi et son gouvernement.

Différentes versions du projet de loi ont cherché à élargir ou au contraire à resserrer les critères d'exclusion, ce qui témoigne des vives tensions que suscite cette loi.

« Amnesty International reconnaît qu'il est crucial de rétablir la confiance dans les institutions publiques en Libye, après 42 années d'un régime répressif marqué par les atteintes aux droits humains, a indiqué Hassiba Hadj Sahraoui.

« Toutefois, nous sommes préoccupés par la formulation vague, les critères extrêmement étendus pouvant justifier l'exclusion, et l'absence de procédure de révision, qui fait que les personnes soumises à un contrôle ne peuvent pas faire appel de la décision.

« Une procédure de filtrage ne doit pas se transformer en purge. Exclure du service public des personnes responsables d'atteintes aux droits humains est capital pour la protection des droits ; cependant, aux termes du droit international relatif aux droits humains, les autorités libyennes sont également tenues de respecter les droits de ces personnes. »

Thème

Liberté d'expression 

Pays

Libye 

Région ou pays

Moyen-Orient et Afrique du Nord 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

22 juillet 2014

Le gouvernement gambien doit abolir les lois et pratiques draconiennes à l’origine de deux décennies de violations généralisées des droits humains, a déclaré Amnesty... Pour en savoir plus »

05 juin 2014

Les manifestants descendant dans la rue au Brésil durant la Coupe du monde risquent d’être victimes de violences policières et militaires aveugles, les autorités renforçant les... Pour en savoir plus »

03 juin 2014

Dans la deuxième partie de cette série en deux volets, deux personnes dont le nom figurait sur la liste des « personnes les plus recherchées » en Chine pour leur rôle dans le... Pour en savoir plus »

11 juillet 2014

Sasha, militant pro-ukrainien âgé de 19 ans, a été enlevé par des séparatistes à Louhansk et frappé à maintes reprises pendant 24 heures.

Pour en savoir plus »
07 juillet 2014

La condamnation à 15 ans de prison d’un éminent avocat saoudien, défenseur des droits humains, est un nouveau coup porté au militantisme pacifique et à la liberté d’... Pour en savoir plus »