Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

30 novembre 2011

Bélarus : deux hommes condamnés à mort pour un attentat dans le métro de Minsk

Bélarus : deux hommes condamnés à mort pour un attentat dans le métro de Minsk
Ces condamnations à mort font suite à un procès entaché d'irrégularités qui n'était pas conforme aux normes internationales.

Ces condamnations à mort font suite à un procès entaché d'irrégularités qui n'était pas conforme aux normes internationales.

© AFP/Getty Images


Nous craignons fortement que Dimitri Konovalov et Vladislav Kovaliov n'aient été soumis à des mauvais traitements visant à les forcer à “avouer” et que ce procès ne résiste pas à une analyse internationale.
Source: 
John Dalhuisen, directeur adjoint du programme Europe et Asie centrale d'Amnesty International
Date: 
Me, 30/11/2011

Un tribunal de Minsk, la capitale du Bélarus, a prononcé mercredi 30 novembre des peines de mort à l'encontre de deux hommes à l'issue d'un procès qu'Amnesty International estime entaché d'irrégularités et non conforme aux normes internationales.

Le tribunal a condamné Dimitri Konovalov pour avoir produit des explosifs et commis des attentats terroristes, notamment dans le métro de Minsk cette année. Vladislav Kovaliov a été reconnu coupable de l'avoir aidé et de ne pas avoir informé les autorités.

« Nous craignons fortement que Dimitri Konovalov et Vladislav Kovaliov n'aient été soumis à des mauvais traitements visant à les forcer à “avouer” et que ce procès ne résiste pas à une analyse internationale, a souligné John Dalhuisen, directeur adjoint du programme Europe et Asie centrale d'Amnesty International.

« Le Bélarus possède un système judiciaire entaché d'irrégularités et bafoue systématiquement les normes internationales d'équité des procès, ce qui augmente le risque de commettre une erreur judiciaire et d'exécuter un innocent. »

Au cours du procès, Vladislav Kovaliov est revenu sur ses « aveux » qui, selon lui, ont été obtenus sous la pression. Il a indiqué que, au cours de son interrogatoire, il avait entendu Dimitri Konovalov crier et supposé qu'il serait à son tour torturé ensuite. Sa mère affirme que les deux hommes ont été battus pendant leur interrogatoire. D'après certaines sources, une ambulance a été appelée lors de celui de Dimitri Konovalov en raison des mauvais traitements qu'il a subis.
 
Ces deux hommes ont été arrêtés le 12 avril, au lendemain d'une explosion dans le métro de Minsk qui a fait 15 morts et plusieurs centaines de blessés.

Le 13 avril au matin, le président Alexandre Loukachenko a violé leur droit à la présomption d'innocence en déclarant que deux hommes arrêtés avaient avoué avoir commis cette attaque, ainsi que d'autres attentats à l'explosif commis précédemment au Bélarus. En fait, Dimitri Konovalov et Vladislav Kovaliov n'ont été interrogés que plus tard ce jour-là.

Il n'existe aucun élément médicolégal établissant un lien entre les deux hommes et l'explosion, et aucune trace d'explosifs n'a été retrouvée sur eux. De nombreux experts ont réfuté la théorie selon laquelle ils auraient préparé des explosifs dans une cave, après avoir conclu qu'il aurait été impossible de le faire.

Les juges ont bafoué à plusieurs reprises les droits fondamentaux des accusés, notamment en refusant d'entendre des témoins clés de la défense et en s'appuyant sur des vidéos montrant les deux hommes qui auraient été trafiquées.

Amnesty International a maintes fois condamné le recours à la peine de mort au Bélarus. Malgré des déclarations publiques faisant allusion à un moratoire sur cette pratique, les autorités bélarussiennes ont exécuté deux hommes en 2010 et au moins un cette année.

« La peine de mort est un châtiment irréversible et nous nous opposons à son recours dans tous les cas. Le président Loukachenko doit immédiatement décréter un moratoire sur la peine de mort et rejoindre les pays, de plus en plus nombreux, qui ont abandonné ce châtiment barbare, a ajouté John Dalhuisen.

« La peine capitale est le châtiment le plus cruel, inhumain et dégradant qui soit. Le Bélarus est le dernier pays d'Europe et de l'ex-Union soviétique à procéder encore à des exécutions. »

Campagnes

En finir avec la peine de mort 

Pays

Bélarus 

Région ou pays

Europe et Asie centrale 

Thème

Peine de mort 
Torture et mauvais traitements 
Procès et systèmes juridiques 

Suivre #DeathPenalty @amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

18 septembre 2014

Les policiers et les militaires nigérians torturent couramment des hommes, des femmes et des adolescents – parfois âgés de seulement 12 ans – au moyen de diverses méthodes... Pour en savoir plus »

04 septembre 2014

Depuis plusieurs années, Amnesty International enquête et recueille des éléments de preuve sur la torture au Mexique. Voici quelques-uns des faits les plus troublants. 

Pour en savoir plus »
11 août 2014

Les familles de milliers de civils afghans tués par les forces américaines et de l’OTAN en Afghanistan ont été privées de justice, écrit Amnesty International dans un nouveau... Pour en savoir plus »

02 septembre 2014

Les poursuites engagées par les autorités turques contre des personnes les ayant critiquées sur Twitter mettent en évidence la profonde hypocrisie du pays hôte du Forum sur la... Pour en savoir plus »

03 septembre 2014

La décapitation du journaliste américain Steven Sotloff par des militants de l’État islamique est le dernier en date d’une série de crimes de guerre perpétrés par le groupe... Pour en savoir plus »