Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

19 décembre 2012

Bahreïn. Un mineur détenu sans inculpation dans une prison pour adultes

Bahreïn. Un mineur détenu sans inculpation dans une prison pour adultes
À Bahreïn, de plus en plus de mineurs âgés de 15 à 17 ans sont incarcérés dans des prisons et des centres de détention pour adultes depuis ces derniers mois.

À Bahreïn, de plus en plus de mineurs âgés de 15 à 17 ans sont incarcérés dans des prisons et des centres de détention pour adultes depuis ces derniers mois.

© Demotix/Satraawi Bahrain


Il est terriblement choquant d'apprendre que les autorités bahreïnites sont entrées par effraction chez ce garçon, qu'elles l'ont interpellé illégalement et qu'elles le maintiennent en détention dans une prison pour adultes sans même l'accuser d'aucune infraction.
Source: 
Hassiba Hadj Sahraoui, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International

La détention d'un Bahreïnite âgé de 16 ans, incarcéré dans une prison pour adultes, a été prolongée d'une semaine bien que les autorités bahreïnites n'aient pas expliqué quelles étaient les charges retenues contre lui, ce qui bafoue les normes internationales relatives à la justice, a déclaré Amnesty International.

Le 11 décembre 2012, des policiers ont fait une descente au domicile de Mohammad Mohammad Abdulnabi Abdulwasi sur l'île de Sitra, à l'est de Manama (capitale de Bahreïn) et ont appréhendé le jeune homme sans montrer aucun mandat d'arrêt. Les membres de sa famille qui étaient présents à ce moment-là affirment que les policiers ont cassé la porte principale et emporté de l'argent et d'autres biens.

Depuis son interpellation, le jeune homme de 16 ans n'a pas pu voir ses proches ou son avocat, et sa détention illégale à la prison pour adultes de Dry Dock a été prolongée jusqu'au 26 décembre prochain.

« Il est terriblement choquant d'apprendre que les autorités bahreïnites sont entrées par effraction chez ce garçon, qu'elles l'ont interpellé illégalement et qu'elles le maintiennent en détention dans une prison pour adultes sans même l'accuser d'aucune infraction, a déclaré Hassiba Hadj Sahraoui, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International.

« Mohammad Mohammad Abdulnabi Abdulwasi ne doit pas être traité comme un adulte devant la loi et les autorités doivent lui permettre immédiatement de contacter sa famille et son avocat. À moins qu'elles révèlent la raison de son arrestation et qu'elles l'inculpent d'une infraction reconnue par le droit international, elles doivent le libérer. »

Les proches de Mohammad Mohammad Abdulnabi Abdulwasi ignoraient où il se trouvait pendant les deux jours qui ont suivi son interpellation. Le 18 décembre, celui-ci a pu les appeler et leur dire qu'il était détenu à la prison de Dry Dock, mais il n'a toujours pas pu recevoir leur visite ou celle de son avocat.

Il semble qu'aucune charge ne soit retenue contre lui et on ne connaît toujours pas les raisons exactes de son arrestation.

Inquiétudes concernant la détention des mineurs

À Bahreïn, de plus en plus de mineurs âgés de 15 à 17 ans sont incarcérés dans des prisons et des centres de détention pour adultes depuis ces derniers mois. Ils seraient environ 80, d'après certaines sources.

La plupart de ces mineurs ont été arrêtés pendant des manifestations et sont accusés de « rassemblement illégal » et de participation à des émeutes.

Dans certains cas, ceux-ci semblent être pris pour cible uniquement pour avoir exercé leur droit à la liberté d'expression et de réunion.

Certains affirment avoir été battus au moment de leur interpellation ou alors qu'on les emmenait au poste de police, et avoir dû signer des « aveux ».

Aux termes du droit international, tout individu âgé de moins de 18 ans est un mineur, et les mineurs soupçonnés d'avoir commis une infraction doivent être traités dans le respect des règles du système de justice pour mineurs.

« Les mineurs doivent toujours être détenus séparément des adultes, et les autorités bahreïnites ont le devoir de protéger tous les détenus mineurs de la torture ou d'autres mauvais traitements, a ajouté Hassiba Hadj Sahraoui.

« Le mépris de Bahreïn pour les normes internationales relatives à la justice pour mineurs montre malheureusement une nouvelle fois que la situation des droits humains dans ce pays continue de se détériorer. »

Pays

Bahreïn 

Région ou pays

Moyen-Orient et Afrique du Nord 

Thème

Enfants 
Détention 
Liberté d'expression 
Torture et mauvais traitements 

Suivre #Bahrain @amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

18 septembre 2014

Les policiers et les militaires nigérians torturent couramment des hommes, des femmes et des adolescents – parfois âgés de seulement 12 ans – au moyen de diverses méthodes... Pour en savoir plus »

04 septembre 2014

Depuis plusieurs années, Amnesty International enquête et recueille des éléments de preuve sur la torture au Mexique. Voici quelques-uns des faits les plus troublants. 

Pour en savoir plus »
11 août 2014

Les familles de milliers de civils afghans tués par les forces américaines et de l’OTAN en Afghanistan ont été privées de justice, écrit Amnesty International dans un nouveau... Pour en savoir plus »

02 septembre 2014

Les poursuites engagées par les autorités turques contre des personnes les ayant critiquées sur Twitter mettent en évidence la profonde hypocrisie du pays hôte du Forum sur la... Pour en savoir plus »

03 septembre 2014

La décapitation du journaliste américain Steven Sotloff par des militants de l’État islamique est le dernier en date d’une série de crimes de guerre perpétrés par le groupe... Pour en savoir plus »