Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

13 juillet 2010

Zimbabwe. Libération sous caution du militant des mines de diamants

Zimbabwe. Libération sous caution du militant des mines de diamants

Amnesty International se félicite de la libération sous caution d'un militant zimbabwéen incarcéré pendant cinq semaines après avoir dénoncé les atteintes aux droits humains commises dans les mines de diamants de Marange.

Lundi 12 juillet, en contrepartie d'une caution de 1 500 dollars (1 200 euros environ), Farai Maguwu a été mis en liberté conditionnelle par un tribunal de Harare, après que le juge eut rejeté les arguments du parquet selon lesquels le militant risquait de faire pression sur des témoins entendus dans l'enquête de police sur les actes délictueux qu'il était censé avoir commis.

Placé en détention le 3 juin, Farai Maguwu a été inculpé de « publication ou communication d'informations erronées portant préjudice à l'État », parce qu'il aurait parlé des violations des droits humains commises par les forces de sécurité dans les mines de diamants de Marange à un inspecteur chargé de surveiller le commerce de diamants.

« La libération sous caution de Farai Maguwu est une bonne nouvelle, mais toutes les charges retenues contre lui doivent être immédiatement abandonnées, a déclaré Michelle Kagari, directrice adjointe du programme Afrique d'Amnesty International.
 
« Les poursuites menées contre cet homme sont liées aux activités licites qu'il mène pour surveiller la situation des droits humains et collecter des informations sur les violations commises par les forces de sécurité dans certaines mines de diamants du Zimbabwe », a-t-elle ajouté.

La libération conditionnelle avait été refusée à plusieurs reprises lors d'audiences précédentes, notamment vendredi 9 juillet, après que le représentant du ministère public eut déclaré qu'il fallait davantage de temps pour que l'enquête soit menée à bien. Par la suite, les avocats avaient fait appel de la décision du tribunal.

Selon les avocats de Farai Maguwu, leur client a été placé en détention à titre de sanction parce qu'il a révélé des informations sur des violations des droits humains à un inspecteur du système de certification du Processus de Kimberley, chargé de vérifier que les diamants bruts ne sont liés à aucune forme de violence.

Abbey Chikane, inspecteur du Processus de Kimberley pour le Zimbabwe, a indiqué dans son rapport sur le respect du système de certification par ce pays qu'il avait rencontré Farai Maguwu en présence d'agents des services de renseignement, ce qui permettait de craindre pour la sécurité du militant.

Dans ce document, il a également remis en cause les méthodes utilisées dans le cadre du Processus de Kimberley pour assurer la protection des personnes qui fournissent des informations sur les atteintes aux droits humains perpétrées dans les mines de diamants zimbabwéennes.

Farai Maguwu a été relâché alors que des membres du Processus de Kimberley et du Conseil mondial du diamant devaient se rencontrer deux jours plus tard à Saint-Pétersbourg, en Russie, pour évoquer la question de la certification des diamants de Marange.

Farai Maguwu dirige le Centre pour la Recherche et le Développement (CRD). Cette organisation, au nombre des observateurs officiels du Processus de Kimberley, a joué un rôle déterminant en enquêtant sur les violations des droits humains commises à l'encontre des personnes travaillant dans les mines de diamants de Marange ou des habitants des environs.

Pour en savoir plus :

Il faut libérer le militant arrêté pour avoir dénoncé les violations dans les mines de diamants du Zimbabwe (nouvelle, 6 juillet 2010)

Thème

Militants 
Détention 
Liberté d'expression 
Procès et systèmes juridiques 

Pays

Zimbabwe 

Région ou pays

Afrique 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

09 octobre 2014

Le président tchadien Idriss Déby a été mis en garde au sujet du projet de loi homophobe actuellement examiné par le Parlement : son adoption constituerait une violation... Pour en savoir plus »

04 octobre 2014

Les États-Unis sont quasiment le seul pays du monde à incarcérer des milliers de prisonniers en isolement cellulaire pendant de longues périodes ou pour une durée indéterminée... Pour en savoir plus »

23 septembre 2014

Le commerce, la fabrication et l’exportation des instruments de torture par des entreprises chinoises, en plein essor, alimentent les violations des droits humains en Afrique... Pour en savoir plus »

20 octobre 2014

Des dizaines de familles se retrouveront à la rue si les autorités françaises procèdent à l’évacuation prévue cette semaine d’un campement rom installé dans une banlieue de... Pour en savoir plus »

03 septembre 2014

La décapitation du journaliste américain Steven Sotloff par des militants de l’État islamique est le dernier en date d’une série de crimes de guerre perpétrés par le groupe... Pour en savoir plus »