Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

24 mars 2011

En amont d'une nouvelle manifestation, Amnesty International met le Yémen en garde contre tout recours meurtrier à la force

En amont d'une nouvelle manifestation, Amnesty International met le Yémen en garde contre tout recours meurtrier à la force

En amont d’une nouvelle manifestation, Amnesty International met le Yémen en garde contre tout recours meurtrier à la force

Les autorités yéménites doivent empêcher les forces de sécurité de recourir à une force meurtrière et à des tactiques brutales injustifiées lors d’une manifestation devant se tenir vendredi 25 mars, a déclaré Amnesty International.

« Le gouvernement ne peut sortir de cette crise par les armes, a déclaré Philip Luther, directeur adjoint du Programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International. Qu’elles soient en uniforme ou en civil, il doit immédiatement être interdit aux forces de sécurité de tirer à balles réelles sur des manifestants non armés.
 
« Après l’homicide atroce de dizaines de manifestants vendredi 18 mars, il est incroyablement choquant que les dirigeants yéménites aient accordé aux forces de sécurité des pouvoirs supplémentaires par l’intermédiaire d’une nouvelle loi d'urgence, au lieu de les brider. »

Les organisateurs ont annoncé que la manifestation de vendredi 25, surnommée « Vendredi du départ », suivra un itinéraire reliant le camp de manifestants établi non loin de l’université de Sanaa au palais présidentiel.

On s’attend à une action de protestation d’une certaine ampleur, après les attaques coordonnées contre les manifestants vendredi 18 mars, menées par des tireurs d’élite postés sur les toits et les forces de sécurité dans la rue, qui auraient fait au moins 52 morts.

Au moins 43 autres personnes ont été tuées au Yémen au cours des manifestations durant depuis des semaines en faveur du départ du président Ali Abdullah Saleh, au pouvoir depuis 32 ans, notamment lorsque des membres des forces de sécurité ont tiré à balles réelles sur des manifestants non armés.

Mercredi 24 mars, le Parlement yéménite a adopté une loi d’urgence octroyant aux forces de sécurité des pouvoirs étendus en matière d'arrestation, sans que celles-ci ne soient tenues de respecter la législation relative à la procédure pénale, et imposant de lourdes restrictions concernant la tenue de réunions publiques, susceptibles d'être utilisées pour interdire les manifestations.
 
Cette loi d’urgence accorde également aux autorités le pouvoir de suspendre, saisir et confisquer « tous les médias […] et moyens d’expression ».

Mercredi 23 mars, les locaux de la chaîne télévisée Al Jazira à Sanaa ont été fermés par les autorités. Les bureaux ont plus tard été mis à sac.

Les militants des droits humains au Yémen ont condamné l’instauration de l’état d’urgence, la qualifiant d’atteinte à la liberté d’expression, tandis que plusieurs députés yéménites ont contesté le sérieux du vote ayant débouché sur celle-ci.

« La loi d’urgence ressemble à une tentative désespérée de renforcer certains mécanismes afin d’écraser la contestation et tenir à l’écart les témoins de violations des droits humains », a ajouté Philip Luther.

« Le gouvernement yéménite doit faire respecter le droit de son peuple à exprimer des doléances légitimes et veiller à ce que justice soit rendue pour les victimes d’homicides illégaux. »

Pour en savoir plus :

Les autorités yéménites doivent réagir après la mort de manifestants tués par des tireurs embusqués (nouvelle, 18 mars 2011)
Les exigences de changement en Afrique du Nord et au Moyen-Orient (page spéciale)

Pays

Égypte 
Yémen 

Région ou pays

Moyen-Orient et Afrique du Nord 

Thème

Crise Moyen-Orient et Afrique du Nord 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

10 juillet 2014

Amnesty International rend publics les noms de certaines des personnes soupçonnées d’avoir ordonné ou commis les atrocités qui se déroulent actuellement en République... Pour en savoir plus »

05 juin 2014

Les manifestants descendant dans la rue au Brésil durant la Coupe du monde risquent d’être victimes de violences policières et militaires aveugles, les autorités renforçant les... Pour en savoir plus »

03 juin 2014

Dans la deuxième partie de cette série en deux volets, deux personnes dont le nom figurait sur la liste des « personnes les plus recherchées » en Chine pour leur rôle dans le... Pour en savoir plus »

11 juillet 2014

Sasha, militant pro-ukrainien âgé de 19 ans, a été enlevé par des séparatistes à Louhansk et frappé à maintes reprises pendant 24 heures.

Pour en savoir plus »
07 juillet 2014

La condamnation à 15 ans de prison d’un éminent avocat saoudien, défenseur des droits humains, est un nouveau coup porté au militantisme pacifique et à la liberté d’... Pour en savoir plus »