Face au mouvement de protestation, le respect des droits doit être prioritaire pour le gouvernement tunisien