Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

10 novembre 2010

Après les aveux de George W. Bush, il faut que les États-Unis ouvrent une information judiciaire concernant des actes de torture

Après les aveux de George W. Bush, il faut que les États-Unis ouvrent une information judiciaire concernant des actes de torture

Amnesty International a demandé le 10 novembre l'ouverture d'une information judiciaire sur le rôle joué par l'ancien président américain George W. Bush et d'autres responsables dans le recours à des techniques d'interrogatoire dites améliorées contre des personnes maintenues en détention par les États-Unis dans des lieux secrets, après que l'ancien président eut admis avoir autorisé ces pratiques.

Dans ses mémoires, publiés le 9 novembre, et dans un entretien diffusé sur NBC News le 8 novembre 2010, l'ancien président a confirmé son implication personnelle dans l'autorisation du waterboarding (simulacre de noyade) et d'autres techniques contre des « détenus de grande valeur ».

« Aux termes du droit international, le fait que l'ancien président admette avoir autorisé des actes s'apparentant à la torture suffisent pour que les États-Unis soient dans l'obligation d'enquêter sur ses propos et, s'ils sont corroborés, de le poursuivre », a déclaré Claudio Cordone, directeur général d'Amnesty International.

« Ses aveux mettent une fois de plus en évidence l'absence d'obligation de rendre des comptes pour la torture et les disparitions forcées, crimes de droit international dont les États-Unis se sont rendus coupables. »

Dans ses mémoires, l'ancien président a mis l'accent sur le cas de deux personnes détenues dans le cadre du programme secret de la CIA.

Abu Zubaydah a été incarcéré dans plusieurs sites secrets d'avril 2002 à septembre 2006. En août 2002, il a été soumis plus de 80 fois au waterboarding, pratique consistant à utiliser un peu d'eau pour provoquer un début de noyade.

Khalid Sheikh Mohammed a été arrêté le 1er mars 2003 au Pakistan, puis remis à la CIA qui l'a placé en détention secrète. Ce mois-là, d'après un rapport de l'inspecteur général de la CIA, il a subi le waterboarding à 183 reprises.

Au bout de trois ans et demi de détention au secret et à l'isolement dans des lieux clandestins, Khalid Sheikh Mohammed a été transféré à Guantánamo où il se trouve sous la responsabilité de l'armée. Abu Zubayhdah et lui-même n'ont toujours pas été jugés, de même que plus de 150 autres personnes.

Le waterboarding est loin d'avoir été la seule technique qui aurait été employée contre Khalid Sheikh Mohammed, Abu Zubayhdah et les autres hommes détenus dans le cadre du programme secret, en violation de l'interdiction internationale de la torture et des autres traitements cruels, inhumains ou dégradants.

On recense, parmi les autres techniques employées : la nudité prolongée, les menaces, l'exposition au froid, le maintien dans des positions douloureuses, les agressions physiques, l'utilisation prolongée d'entraves et la privation de sommeil.

« En vertu du droit international, quiconque est impliqué dans des actes de torture doit être traduit en justice, et cela n'exclut pas l'ancien président George W. Bush », a ajouté Claudio Cordone.

« Faute d'enquête diligentée par les États-Unis, d'autres pays doivent intervenir et effectuer cette enquête eux-mêmes », a conclu Claudio Cordone.

Pour en savoir plus :

USA: Former President's defence of torture highlights need for criminal investigations (document public,  9 novembre 2010)

Thème

Détention 
Torture et mauvais traitements 

Pays

États-Unis 

Région ou pays

Amériques 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

09 avril 2014

Une vue d'ensemble de la crise des droits humains de dimension historique qui secoue actuellement la République centrafricaine.

Pour en savoir plus »
04 mars 2014

Quand Brent Miller a été tué dans la prison de Louisiane où il travaillait, ni Teenie, son épouse, ni ses autres proches ne s’imaginaient qu’ils se retrouveraient mêlés à une... Pour en savoir plus »

27 mars 2014

Les tribunaux japonais ont enfin entendu raison et ordonné la tenue d’un nouveau procès pour un prisonnier qui a passé plus de 40 ans... Pour en savoir plus »

08 avril 2014

Attaques, discrimination, expulsions violentes, privation de logement et extrême pauvreté. La vie des 20 000 Roms de France – dont la plupart sont des migrants – est... Pour en savoir plus »

14 avril 2014

Les restrictions croissantes à la liberté d’expression imposées en cette période préélectorale en Algérie font apparaître des failles choquantes dans le bilan global des droits... Pour en savoir plus »