Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

13 octobre 2011

Une défenseure ougandaise des droits des personnes LGBT reçoit un prestigieux prix des droits humains

Une défenseure ougandaise des droits des personnes LGBT reçoit un prestigieux prix des droits humains

Un prix des droits humains de renommée internationale a été décerné jeudi 13 octobre à Genève à une Ougandaise qui défend avec courage les droits des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres (LGBT), une minorité menacée dans son pays.

Kasha Jacqueline Nabagesera est la lauréate du prix Martin Ennals pour les défenseurs des droits de l'homme 2011, remis chaque année par 10 des principales organisations non gouvernementales mondiales de défense des droits humains, dont Amnesty International.

Elle est la fondatrice et la directrice exécutive de Freedom and Roam Uganda, une organisation de défense des droits des LGBT.

« Ce prix récompense l'immense courage de Kasha Jacqueline Nabagesera face aux discriminations et aux violences que subissent les personnes LGBT en Ouganda », a déclaré Michelle Kagari, directrice adjointe du programme Afrique d'Amnesty International.

« Sa passion pour la défense de l'égalité et son inlassable travail visant à mettre fin à l'odieux climat de peur qui règne dans son pays sont une source d'inspiration pour les militants en faveur des droits des LGBT du monde entier qui sont confrontés aux menaces, à la violence et à la prison en raison de leur orientation sexuelle et de leur identité de genre. »

La situation de la communauté LGBT en Ouganda est très difficile, ainsi que l'attestent les nombreux cas avérés de discriminations, d'arrestations arbitraires, de détention illégale, de torture et d'autres formes de mauvais traitements se fondant uniquement sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre. Les militants qui s'efforcent de dénoncer ces violations sont fréquemment pris pour cible.

Aux termes de la législation ougandaise, l'homosexualité est une infraction pénale passible de la réclusion à perpétuité. Une proposition de loi soumise en 2009 cherchait à encourager les discriminations et la haine à l'égard des personnes LGBT.

Le 26 janvier, le militant ougandais des droits des homosexuels David Kato a été assassiné après que Rolling Stone, un tabloïde ougandais, ait publié le « top 100 des homos » du pays et appelé à pendre les personnes qui y étaient nommées.

Le nom de Kasha Jacqueline Nabagesera figurait également sur cette liste.

« J'ai passé ma vie à lutter ouvertement en faveur des droits des homosexuels en Ouganda, et j'en ai payé le prix », a précédemment déclaré Kasha Jacqueline Nabagesera à Amnesty International.

« J'ai été expulsée de divers logements, de mon bureau. Je ne peux plus circuler dans la rue librement. J'ai été agressée. »

Bien que les manœuvres d'intimidation et les menaces ne faiblissent pas, Kasha Jacqueline Nabagesera continue à défendre la minorité LGBT ougandaise publiquement et dans les médias, dans son pays comme à l'étranger.

Elle est la 20e lauréate du prix Martin Ennals.

Pour en savoir plus :

Ouganda. Il faut enquêter sur l'homicide d'un défenseur des droits des personnes LGBT (communiqué de presse, 27 janvier 2011)
Prix Martin Ennals pour les défenseurs des droits de l'homme

Thème

Militants 
Orientation sexuelle et identité de genre  
Femmes 

Pays

Ouganda 

Région ou pays

Afrique 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

15 décembre 2014

Militante exemplaire, Maria Shongwe a surmonté un certain nombre d’obstacles auxquels sont confrontées de nombreuses femmes et jeunes filles en Afrique du Sud, notamment... Pour en savoir plus »

16 décembre 2014

Chelsea Manning purge une peine de 35 ans de prison pour avoir communiqué des informations confidentielles du gouvernement américain au site Internet Wikileaks. Depuis sa... Pour en savoir plus »

08 décembre 2014

Une démarche généreuse a transformé l’ouvrière chinoise Liu Ping en militante anticorruption acharnée. Liao Minyue, sa fille, raconte ce qui s’est passé.

 

Pour en savoir plus »
11 décembre 2014

Le commandant de sous-marin John Remø prenait soin de dissimuler toutes les preuves, cachant les vêtements de femme à la cave. Ce n’est qu’au bout de 30 ans que le... Pour en savoir plus »

12 décembre 2014

L’avocat Mohammed al Roken a été condamné à 10 ans d’emprisonnement en juillet 2013 à la suite d’une vague de répression contre les militants politiques et les... Pour en savoir plus »