Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

4 janvier 2011

Ouganda : les défenseurs des droits humains saluent une décision historique pour les droits des LGBT

Ouganda : les défenseurs des droits humains saluent une décision historique pour les droits des LGBT

En Ouganda, après la campagne d'un tabloïde contre des homosexuels supposés, les groupes de défense des droits humains se félicitent d'une décision de justice interdisant aux médias de publier les noms de lesbiennes, gays et personnes bisexuelles et transgenres (LGBT).

Un juge de la Haute Cour a statué contre le tabloïde Rolling Stone, qui a publié l'an dernier plusieurs listes de noms et des photos de personnes présentées par les rédacteurs comme étant homosexuelles. Certaines ont été agressées après que leur nom eut été rendu public.

Le juge Vincent Musoke-Kibuuke a interdit à Rolling Stone de révéler l'identité de personnes homosexuelles, bisexuelles ou transgenres et a étendu cette décision à tous les médias ougandais.

« Les défenseurs des droits humains se réjouissent de cette décision, qu'ils considèrent comme un tournant dans la lutte pour la protection de la dignité humaine et du droit à la vie privée quelle que soit l'orientation sexuelle des personnes », a indiqué dans une déclaration la Coalition de la société civile pour les droits humains et le droit constitutionnel en Ouganda.

Lancé en 2010 par des étudiants diplômés d'université, le tabloïde hebdomadaire Rolling Stone a publié le 2 octobre 2010 un article intitulé « Photos : le top 100 des homos ougandais ». Un autre article exposait une liste de noms ainsi que des photos sous le titre « Pendez-les ».

Des groupes de défense des droits humains ont averti que ces articles mettaient en danger la vie de personnes LGBT. Au moins quatre des personnes nommées dans cet article ont déclaré avoir été agressées. Une femme a notamment indiqué qu'elle avait dû partir de chez elle après que des voisins eurent lancé des pierres sur sa maison.

Par le passé, d'autres tabloïdes ougandais tels que Red Pepper ou l'Onion avaient également publié des articles homophobes.

« Si cette injonction représente une avancée pour les homosexuels en Ouganda, il n'en demeure pas moins que, depuis longtemps, le gouvernement reste sans réaction face aux discriminations, aux menaces et à la violence dont sont victimes les lesbiennes, gays et personnes bisexuelles, transgenres ou intersexuées en Ouganda », a déclaré Kasha Jacqueline, l'une des trois personnes LGBT qui avaient déposé plainte contre Rolling Stone.

Le rédacteur en chef de Rolling Stone a indiqué qu'il ferait appel de la décision rendue par la Haute Cour contre le tabloïde.

Les personnes LGBT sont couramment victimes de discrimination en Ouganda, où la police arrête de manière arbitraire et maintient en détention des hommes et des femmes accusés d'avoir eu des relations sexuelles entre adultes consentants du même sexe.

Des organisations de défense des droits humains ont recensé des cas de lesbiennes et de gays torturés en détention en raison de leur orientation sexuelle.

Un projet de « loi contre l'homosexualité », qualifié par Amnesty d'« attaque contre la liberté d'expression », avait été rédigé en octobre 2009. Il n'a pas encore été adopté par le Parlement.

Le militant LGBT Frank Mugisha, qui fait partie des personnes citées par Rolling Stone, a déclaré en novembre à Amnesty International : « Toute cette homophobie est le résultat de l'ignorance. Il n'y a pas d'espace pour la discussion, pas d'espace pour la compréhension, c'est pour cela que les pouvoirs publics ne comprennent pas les problèmes des LGBTI. »

Pour en savoir plus :

Ouganda : « Je dois regarder derrière moi encore plus que d'habitude » déclare un militant des droits des homosexuels (article, 5 novembre 2010)
Ouganda : la loi contre l'homosexualité menace les libertés et les défenseurs des droits humains (nouvelle, 15 octobre 2009)

Thème

Militants 
Discrimination 

Pays

Ouganda 

Région ou pays

Afrique 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

18 septembre 2014

Les policiers et les militaires nigérians torturent couramment des hommes, des femmes et des adolescents – parfois âgés de seulement 12 ans – au moyen de diverses méthodes... Pour en savoir plus »

04 septembre 2014

Depuis plusieurs années, Amnesty International enquête et recueille des éléments de preuve sur la torture au Mexique. Voici quelques-uns des faits les plus troublants. 

Pour en savoir plus »
11 août 2014

Les familles de milliers de civils afghans tués par les forces américaines et de l’OTAN en Afghanistan ont été privées de justice, écrit Amnesty International dans un nouveau... Pour en savoir plus »

02 septembre 2014

Les poursuites engagées par les autorités turques contre des personnes les ayant critiquées sur Twitter mettent en évidence la profonde hypocrisie du pays hôte du Forum sur la... Pour en savoir plus »

03 septembre 2014

La décapitation du journaliste américain Steven Sotloff par des militants de l’État islamique est le dernier en date d’une série de crimes de guerre perpétrés par le groupe... Pour en savoir plus »