Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

30 octobre 2008

Des milliers de personnes fuient les affrontements en République démocratique du Congo

Des milliers de personnes fuient les affrontements en République démocratique du Congo
La crise humanitaire et des droits humains de la province du Nord-Kivu (dans l’est de la République démocratique du Congo RDC) s’aggrave rapidement. Les forces rebelles du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) menacent de déborder les troupes gouvernementales et la MONUC, la mission de maintien de la paix des Nations unies.

Le 28 octobre, le CNDP, sous le commandant du général dissident Laurent Nkunda, a envahi la ville de Rutshuru. Le CNDP progresse maintenant vers Goma, la capitale de la province.

Pris de panique, des milliers de civils fuient à son approche, et doivent abandonner leurs camps et villages pour aller au nord de Goma, tandis que s’affrontent les forces gouvernementales et les rebelles.

La MONUC atteint ses limites. Cette mission, qui compte 17 000 membres, est la plus grande force onusienne de maintien de la paix au monde, mais elle peine à remplir son mandat dans un pays aussi grand.

Plus tôt dans le mois, Alan Doss, le chef de la mission des Nations unies en RDC, avait demandé au Conseil de sécurité des renforts, un soutien aérien et du matériel supplémentaire. Le Conseil de sécurité n’a pas encore indiqué s’il allait accéder à cette demande.

Des mouvements de protestation ont été orchestrés pour dénoncer l’incapacité de la MONUC à endiguer les violences et à protéger les civils.

Ces violences ont entraîné une nouvelle rupture des relations entre la RDC et le Rwanda. Le gouvernement de la RDC a accusé le Rwanda de soutenir le CNDP, et le Rwanda accuse l’armée de la RDC de s’allier aux Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), un groupe armé essentiellement formé de Hutus.

Les affrontements au Nord-Kivu se sont intensifiés depuis le mois d’août 2008. Ce conflit et d’autres hostilités auraient provoqué le déplacement de plus d’un million de personnes de la province.

Amnesty International demande au Conseil de sécurité des Nations unies de renforcer de toute urgence la mission de maintien de la paix en RDC, et de lui fournir tout le soutien nécessaire à l'accomplissement de son mandat de protection des civils.

Amnesty International souhaite également que des pressions soient exercées au plus haut niveau de la communauté internationale sur la RDC et le Rwanda, pour que ces deux pays résolvent leur différend, et que les groupes armés ne fassent pas sombrer le pays dans un bain de sang.

Dans une lettre adressée au Conseil de sécurité le 23 octobre, Amnesty International a indiqué que la communauté internationale allait voir mise à l’épreuve sa volonté d’instaurer la paix et la sécurité en RDC.

L’organisation a également appelé le Conseil de sécurité à accroître ses pressions sur les groupes armés afin de mettre un terme aux attaques contre les civils et d'obtenir la libération immédiate de tous les enfants utilisés par ces groupes, ainsi que celle des femmes et des jeunes filles retenues comme esclaves sexuelles.

Amnesty International a exigé en outre que le Conseil de sécurité obtienne du gouvernement de la RDC une authentique réforme du secteur de la sécurité, pour que ses forces armés soient en mesure de protéger réellement les civils de façon neutre et professionnelle, les auteurs présumés de violations des droits humains devant être exclus de l’armée et de la police.

Thème

Conflit armé 
Groupes armés 
Réfugiés, personnes déplacées et migrants 

Pays

République démocratique du Congo 

Région ou pays

Afrique 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

15 janvier 2015

Dans un rapport rendu public jeudi 15 janvier, Amnesty International appelle les autorités de transition du Burkina Faso à ouvrir une enquête sur l’utilisation d’une force... Pour en savoir plus »

12 janvier 2015

Un nouveau rapport d’Amnesty International décrit le manque tragique de progrès réalisés dans la reconstruction du pays depuis le tremblement de terre de 2010, il y a cinq ans... Pour en savoir plus »

08 décembre 2014

Une démarche généreuse a transformé l’ouvrière chinoise Liu Ping en militante anticorruption acharnée. Liao Minyue, sa fille, raconte ce qui s’est passé.

 

Pour en savoir plus »
16 janvier 2015

Au moins 69 arrestations se sont succédé en France cette semaine, les prévenus comparaissant pour « apologie du terrorisme », infraction dont la définition reste vague. Le... Pour en savoir plus »

12 décembre 2014

L’avocat Mohammed al Roken a été condamné à 10 ans d’emprisonnement en juillet 2013 à la suite d’une vague de répression contre les militants politiques et les... Pour en savoir plus »