Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

3 novembre 2010

Le Soudan doit libérer des militants darfouriens des droits humains

Le Soudan doit libérer des militants darfouriens des droits humains

Amnesty International exhorte les autorités soudanaises à libérer ou inculper huit hommes et femmes darfouriens qui auraient été arrêtés entre le 30 octobre et le 1er novembre 2010. Ils seraient détenus au secret et risqueraient d'être torturés.

D'après les informations émanant d'organisations non gouvernementales (ONG) et de militants locaux, plusieurs militants, dont certains surveillent la situation des droits humains au Darfour, auraient été interpellés et placés en détention par des agents du Service national de la sûreté et du renseignement (NISS) à Khartoum entre le 30 octobre et le 1er novembre.

Les autorités n'ont pas encore reconnu avoir arrêté ces personnes et leurs familles n'ont eu aucune information concernant l'endroit où se trouvent leurs proches ou les motifs de leur arrestation.

« Au Soudan, il est fréquent que les agents du NISS recourent à la détention, à la torture et aux mauvais traitements contre des défenseurs des droits humains et des journalistes, particulièrement s'ils sont Darfouriens, a indiqué Erwin van der Borght, directeur du programme Afrique d'Amnesty International.

« Les autorités doivent révéler les noms de toutes les personnes détenues et le sort qui leur a été réservé. Elles doivent les inculper d'infractions prévues par la loi ou les libérer immédiatement. »

Ces récentes arrestations ont pris pour cibles des Darfouriens membres du Réseau de défense des droits de l'homme en faveur de la démocratie (HAND), une coalition d'organisations militantes qui publie des rapports sur la situation des droits humains au Darfour.

Elles semblent également avoir visé des collaborateurs présumés de Radio Dabanga, station soudanaise qui diffuse des informations sur le conflit au Darfour. On pense que HAND et Radio Dabanga ont leurs locaux dans le même immeuble de bureaux à Khartoum.

En juillet 2010, le rapport d'Amnesty International intitulé Soudan. Les agents de la terreur. Le Service national de la sûreté et du renseignement au Soudan rendait compte des atteintes aux droits humains commises par le NISS et de la répression imposée à la liberté d'expression et d'association au Soudan, dénonçant le fait que des défenseurs des droits humains, des militants et des journalistes sont régulièrement arrêtés pour avoir fait leur travail, tandis que d'autres sont torturés ou jugés pour des motifs politiques.

Aux termes de la Loi relative à la sécurité nationale, le NISS jouit de pouvoirs très étendus en matière d'arrestation et de détention. En outre, ses agents bénéficient de l'immunité de poursuites pour tout acte commis dans le cadre de leurs fonctions.

« En vertu de ces lois, les agents du NISS se livrent à des violations des droits humains sans craindre d'être tenus pour responsables de leurs actes, a expliqué Erwin van der Borght.

« Il importe de modifier la Loi relative à la sécurité nationale de 2010 afin de supprimer les pouvoirs excessifs qu'elle confère au NISS.

« Le gouvernement doit aussi veiller à ce que les défenseurs des droits humains et les journalistes qui travaillent au Soudan ne soient ni harcelés ni intimidés par les agents du NISS simplement parce qu'ils font leur travail. »

Pour en savoir plus :

Le Soudan doit lever les restrictions à la liberté d'expression avant le référendum (nouvelle, 23 septembre 2010)
Un service de sécurité soudanais mène une campagne brutale contre les opposants (nouvelle, 18 juillet 2010)

Thème

Militants 
Détention 
Liberté d'expression 
Torture et mauvais traitements 

Pays

Soudan 

Région ou pays

Afrique 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

15 janvier 2015

Dans un rapport rendu public jeudi 15 janvier, Amnesty International appelle les autorités de transition du Burkina Faso à ouvrir une enquête sur l’utilisation d’une force... Pour en savoir plus »

12 janvier 2015

Un nouveau rapport d’Amnesty International décrit le manque tragique de progrès réalisés dans la reconstruction du pays depuis le tremblement de terre de 2010, il y a cinq ans... Pour en savoir plus »

08 décembre 2014

Une démarche généreuse a transformé l’ouvrière chinoise Liu Ping en militante anticorruption acharnée. Liao Minyue, sa fille, raconte ce qui s’est passé.

 

Pour en savoir plus »
16 janvier 2015

Au moins 69 arrestations se sont succédé en France cette semaine, les prévenus comparaissant pour « apologie du terrorisme », infraction dont la définition reste vague. Le... Pour en savoir plus »

12 décembre 2014

L’avocat Mohammed al Roken a été condamné à 10 ans d’emprisonnement en juillet 2013 à la suite d’une vague de répression contre les militants politiques et les... Pour en savoir plus »