Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

25 février 2010

Une décision de la Cour constitutionnelle inflige un revers aux partisans de l'abolition de la peine de mort en Corée du Sud

Une décision de la Cour constitutionnelle inflige un revers aux partisans de l'abolition de la peine de mort en Corée du Sud

Amnesty International s'est déclarée extrêmement déçue par la décision de la Cour constitutionnelle sud-coréenne, prise ce 25 février, de maintenir la peine de mort.

La Cour constitutionnelle a estimé, par cinq voix contre quatre, que la peine capitale ne portait pas atteinte à « la dignité et la valeur humaines » protégées par la Constitution.

« Cette décision constitue une véritable défaite pour la Corée du Sud et va à l'encontre de la tendance actuelle à l'abolitionnisme dans ce pays, où personne n'a été exécuté depuis une dizaine d'années », a déclaré Roseann Rife, directrice adjointe du programme Asie-Pacifique à Amnesty International.

Amnesty International considère que la Corée du Sud est abolitionniste en pratique, puisqu'elle n'a mis personne à mort depuis l'arrivée au pouvoir de l'ancien président Kim Dae-jung, en février 1998. Kim Dae-jung a lui-même été condamné à la peine capitale, en 1980. Des sentences de mort continuent cependant à être prononcées ; 57 personnes se trouvent actuellement sous le coup d'une telle condamnation.

De plus en plus de pays cessent de recourir à la peine capitale comme châtiment suprême. Plus de 70 % des pays ont instauré un moratoire sur les exécutions ou aboli la peine de mort.

« Malgré cette décision, nous demandons au gouvernement sud-coréen de rester sur sa position abolitionniste et l'exhortons à abroger cette peine. Tout recul sur ce terrain fait beaucoup de tort à la réputation de la Corée du Sud dans le monde. Meneur sur le plan économique, ce pays devrait également montrer l'exemple en respectant pleinement le droit de tous à la vie », a ajouté Roseann Rife.

Amnesty International est opposée en toutes circonstances à la peine capitale car elle constitue le châtiment le plus cruel, inhumain et dégradant qui soit, ainsi qu'une violation du droit à la vie. La peine de mort est irréversible, et il existe toujours le risque qu'un innocent soit exécuté.

C'est en outre un châtiment fondamentalement arbitraire qui frappe de manière disproportionnée les plus démunis, les membres de minorités et les personnes marginalisées.

La Cour constitutionnelle sud-coréenne a été établie en septembre 1988 et est notamment habilitée à se prononcer sur la constitutionnalité de textes de loi, à arbitrer des conflits de compétence entre entités gouvernementales, à juger les recours de droit public formés par des particuliers, à rendre une décision finale dans les procédures de destitution et à statuer sur la dissolution de partis politiques.

Pour en savoir plus :

Malgré quelques revers, le monde est « en train de gagner » la bataille contre la peine de mort (nouvelle, 25 février 2010)

Thème

Peine de mort 

Pays

Corée du Sud 

Région ou pays

Asie - Pacifique 

@amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

09 avril 2014

Une vue d'ensemble de la crise des droits humains de dimension historique qui secoue actuellement la République centrafricaine.

Pour en savoir plus »
04 mars 2014

Quand Brent Miller a été tué dans la prison de Louisiane où il travaillait, ni Teenie, son épouse, ni ses autres proches ne s’imaginaient qu’ils se retrouveraient mêlés à une... Pour en savoir plus »

27 mars 2014

Les tribunaux japonais ont enfin entendu raison et ordonné la tenue d’un nouveau procès pour un prisonnier qui a passé plus de 40 ans... Pour en savoir plus »

08 avril 2014

Attaques, discrimination, expulsions violentes, privation de logement et extrême pauvreté. La vie des 20 000 Roms de France – dont la plupart sont des migrants – est... Pour en savoir plus »

14 avril 2014

Les restrictions croissantes à la liberté d’expression imposées en cette période préélectorale en Algérie font apparaître des failles choquantes dans le bilan global des droits... Pour en savoir plus »